Combat de championnat sur la voie rapide pour Kevin Bizier

Abandonnant son projet de combat optionnel contre l'Argentin Diego Chaves, le champion du monde des mi-moyens de l'IBF, l'Anglais Kell Brook (35-0, 24 K.-O.), passera immédiatement à la défense obligatoire de son titre contre Kevin Bizier (25-2, 17 K.-O.), accélérant l'accession du Québécois à un premier combat de championnat.
Des négociations en ce sens s'amorceront à Québec, mercredi, entre le promoteur de Bizier, Yvon Michel, et celui de Brook, Eddie Hearn, qui sera présent dans la capitale, à l'occasion du combat de championnat du monde des super-moyens de l'IBF entre Lucian Bute et James DeGale.
Le duel entre Bizier et Brook, surnommé «Special K», pourrait se tenir au Centre Vidéotron ou en Angleterre, aussi tôt qu'en janvier. Ce scénario ne serait toutefois pas idéal pour le Québécois, qui sort à peine de son combat contre Fredrick Lawson. Yvon Michel espère par conséquent s'entendre avec Hearn sur une date en mars, car le Centre Vidéotron sera occupé en février par le Tournoi international de hockey pee-wee. Un délai qui pourrait plaire au promoteur britannique, dont le poulain se remet d'une blessure aux côtes subie à l'entraînement, il y a un mois.
«Nous sommes dans une période de négociations libres jusqu'au 23 décembre. Si le 23 décembre, on ne s'est pas entendus, l'IBF va nous envoyer un autre avis comme quoi il y aura appel d'offres dans les 10jours suivants. [...] Selon les règles de l'IBF, à partir du moment où on aura une entente, ou au pire à la fin de l'appel d'offres, le combat doit avoir lieu dans une période allant de un à trois mois. Si on s'entendait demain [mercredi], que ce soit ici ou en Angleterre, le combat aurait lieu au plus tôt le 25 décembre et au plus tard le 25 février», a expliqué Yvon Michel, en rencontre de presse, à Québec, mardi.
Selon le promoteur de Bizier, le clan Brook serait ouvert à se battre dans la capitale, surtout que le combat serait alors fort probablement télédiffusé dans le cadre de la série Premier Boxing Champions (PBC), sur une grande chaîne américaine.
«J'ai parlé avec le gérant de Kevin, Al Haymon. Il m'a réitéré que la télé américaine nous supportait, que PBC serait derrière Kevin pour tenter de convaincre Brook ou bien aller en appel d'offres pour tenter d'amener le combat ici. [...] Si on devait perdre l'appel d'offres ou si on devait conclure une entente pour aller là-bas, le combat ne serait pas télédiffusé, sauf peut-être au Québec, mais pas par PBC, qui ne fait pas de diffusion provenant de l'extérieur de l'Amérique du Nord», a indiqué Michel.
Le promoteur profitera de son séjour à Québec pour rencontrer les dirigeants de Québecor Sports et divertissement, de la Ville de Québec et des Remparts afin d'étudier les possibilités qui s'offrent à lui. Déjà, Interbox a offert son appui dans l'organisation d'un éventuel affrontement à Québec.
Une première
Il s'agira d'un premier combat de championnat du monde pour un boxeur originaire de la région de Québec. Un objet de fierté pour Bizier. «Je ne savais pas que j'étais le premier de Québec! Je suis content de le savoir. Si en plus, je remplis le Centre Vidéotron, ça va être encore plus l'fun!» s'est enthousiasmé l'athlète originaire de Saint-Émile.
Si le combat devait finalement se dérouler en Angleterre, Bizier ferait contre mauvaise fortune bon coeur. «Là-bas, ce serait ok, mais à Québec, ce serait deux fois mieux!»
«L'anomalie Jo Jo Dan»
<p>Kevin Bizier et Jo Jo Dan</p>
La réputation de Kevin Bizier a peut-être perdu des plumes après ses deux seules défaites en carrière contre le Montréalais Jo Jo Dan, mais pas suffisamment pour que sa convaincante prestation face à l'Américain Fredrick Lawson ne parvienne à la racheter, estime Yvon Michel. «Les deux combats contre Jo Jo Dan n'ont pas donné une idée juste de la valeur de Kevin, parce qu'il se battait contre un gars très intelligent. C'était un gaucher, qui savait comment éliminer son crochet de gauche», a analysé le promoteur, qui entrevoit une issue différente contre Kell Brook, même si ce dernier a battu Jo Jo Dan par arrêt de l'arbitre au quatrième round, par la suite. «Si tu fais une règle de trois, tu te dis : "Jo Jo Dan n'a pas fait long feu contre Brook. Qu'est-ce que Kevin aurait fait contre Brook?" Moi, je réfute ça. Je pense que Jo Jo Dan a pris le combat contre Kell Brook de façon prématurée», a jugé Michel, affirmant que «Brook est un bon style pour Kevin».  
Une recette qui fonctionne pour Bizier
Ayant choisi d'effectuer la préparation de son combat contre Fredrick Lawson avec Marc Ramsay à Montréal, Kevin Bizier a d'ores et déjà décidé d'emprunter la même recette gagnante lorsque viendra le temps de s'entraîner en vue de son duel contre Kell Brook. Dans le gymnase du réputé entraîneur, Bizier croise quotidiennement les Beterbiev, Alvarez, Rivas, baignant dans une «tout autre ambiance», selon Yvon Michel. «C'est sûr qu'il va devoir laisser femme, enfant, famille pour s'expatrier à Montréal et revenir les week-ends, de temps en temps. [...] C'est [un processus] qui est épuisant physiquement et mentalement. Si on réussit à repousser le combat jusqu'en mars, Kevin n'aura pas à refaire d'entraînement de boxe avant les Fêtes. Il va donc avoir le temps de récupération requis. Si on est en rush pour se battre en janvier, il va falloir qu'on analyse ça comme il le faut», a indiqué le promoteur. Et s'il advenait que les clans de Bizier et de Brook ne parviennent pas à s'entendre? «On perd la place», explique Michel.