Nathan MacKinnon (à gauche) célèbre avec Mikhail Grigorenko et Erik Johnson un des buts du Colorado contre Montréal samedi soir. Avant les matchs d'hier, l'attaquant de l'Avalanche était à égalité au quatrième rang des marqueurs de la LNH avec 20 points.

Cole Harbour a un nouveau meneur

Comme d'habitude, il y a un joueur natif de Cole Harbour, en Nouvelle-Écosse, parmi les meilleurs marqueurs de la LNH. Et ce n'est pas Sidney Crosby...
Nathan MacKinnon connaît le meilleur début de saison de sa jeune carrière et mène la course aux marqueurs originaires de Cole Harbour. Avec huit buts et 12 mentions d'aide, sa récolte de 20 points était suffisante avant les matchs de mercredi pour lui permettre d'occuper le quatrième rang des pointeurs de la LNH, à égalité avec trois autres joueurs dans la ligue. Crosby, lui, était à égalité en 155e position avec neuf points (deux buts et sept passes).
«Nous verrons à la fin de la saison», a déclaré MacKinnon mardi à Toronto. «Je suis certain que Sid va retrouver sa touche bientôt. J'espère que ce ne sera pas contre nous lors du prochain match... J'espère qu'il terminera la saison avec plus de points que moi. Il le mérite. Nous verrons, je crois, à la fin de la saison.»
Plus calme
L'Avalanche du Colorado rendra visite aux Penguins de Pittsburgh jeudi soir lorsque MacKinnon croisera le fer avec Crosby pour la quatrième fois. Crosby a obtenu le trophée Hart remis au joueur par excellence à deux reprises et est considéré par plusieurs comme étant le meilleur hockeyeur au monde, mais c'est MacKinnon, après une deuxième saison décevante dans le circuit Bettman, qui retient l'attention.
MacKinnon a déjà amassé plus de la moitié des points (38) qu'il a récoltés la saison dernière, une situation qu'il attribue à un meilleur positionnement sur la patinoire et à la chance. Mais ce n'est pas tout.
«Je suis un peu plus calme qu'auparavant», a confié le joueur de 20 ans, qui donnait l'impression d'être un vétéran aguerri. «Mes premières saisons étaient plutôt en dents de scie. J'ai l'impression d'être plus constant cette année.»
Chime avec Duchene
Son entraîneur-chef  Patrick Roy a noté non seulement un gain de maturité chez MacKinnon, mais aussi plus de confiance. Il le fait jouer au sein d'un trio en compagnie de Matt Duchene et le résultat est plus que probant au niveau de la vitesse.
«Ils sont rapides», a noté Roy. «C'est un duo très rapide, et ils rendent la vie difficile aux joueurs adverses.»
De plus, la chimie entre les deux joueurs ne cesse de se développer. «Il lutte avec acharnement, il travaille très fort», a résumé Duchene. «Il est très tenace. Je crois que l'an dernier il réfléchissait un peu trop. Il joue très bien. Il est très bon depuis le début de la saison.»
Autonome avec compensation cet été
MacKinnon sera joueur autonome avec compensation cet été si l'Avalanche ne lui offre pas de prolongation de contrat d'ici là. «C'est la nature humaine : si tu n'as pas de contrat pour la prochaine saison, tu y penses un peu», a admis MacKinnon. «Mais je n'y ai pas trop songé.»
MacKinnon préférerait un contrat à long terme plutôt qu'un fameux «contrat de transition», qui le forcerait à retourner à la table des négociations avec l'Avalanche assez rapidement. «Je veux rester ici pour longtemps», a-t-il assuré. «La plupart des gars ici ont des ententes à long terme, donc je suis certain qu'ils voudront faire la même chose avec moi.»