À Limoilou, Pascal Clément et Gino Brousseau ont contribué à bâtir la première dynastie en volleyball masculin collégial au Canada.

Clément, Brousseau et Caron au Temple canadien du volley collégial

Gino Brousseau, Olivier Caron et Pascal Clément seront intronisés au Temple de la renommée de l’Association canadienne du sport collégial (ACSC) lors d’un banquet tenu à Québec, le 12 juin.

On connaît les trois hommes de volleyball pour leurs succès actuels et passés avec le Rouge et Or. Clément dirige l’équipe d’élite masculine de l’Université Laval depuis 26 ans et Brousseau est son bras droit depuis 2010, tandis que Caron vient de conclure une sixième saison à la tête de la troupe féminine.

Mais ils sont tous trois passés par le réseau collégial avec beaucoup de succès. Clément et Caron seront honorés à titre d’entraîneurs, tandis que Brousseau accumule une autre récompense pour sa carrière de joueur conclue en 2001 avec une participation olympique et plusieurs championnats professionnels.

Après que l’attaquant Brousseau ait propulsé les Titans du Cégep Limoilou au sommet de la hiérarchie canadienne en 1985 et en 1986, Clément a pris la barre de l’équipe pour la maintenir encore trois ans de plus sur le trône national, de 1987 à 1989, puis une dernière fois en 1992 avant de quitter pour l’Université Laval. Chacun à leur façon, les deux hommes ont bâti ce qui s’est avéré la première dynastie en volleyball masculin collégial au Canada.

Quant à Caron, c’est aux commandes des Élans du Cégep Garneau durant 13 ans qu’il a remporté quatre titres canadiens (1990, 1996, 1997 et 1998), en plus de participer à deux autres finales. Comme Clément en 1989 du côté masculin, Caron a été nommé entraîneur par excellence au Canada en volley féminin collégial à deux reprises, en 1997 et en 1998.

En tout, 10 intervenants, tous du Québec, seront admises au Temple de la renommée de l’ACSC lors de cette soirée spéciale. Les intronisations de John Davidson (Dawson) et de Glenn Ruiter (John Abbott) ont aussi déjà été annoncées.