Monica Seles lors de son dernier titre de Grand Chelem, à l’Omnium d’Australie en 1996

Cinq grands retours du sport

LOS ANGELES — L’Américain Tiger Woods a réussi un retour au premier plan spectaculaire après une blessure de près de deux ans en remportant dimanche le Tournoi des Maîtres, son quinzième succès en Grand Chelem onze ans après sa victoire à l’Omnium des États-Unis en 2008. Cinq autres grands athlètes avaient effectué un retour réussi après une blessure ou une défaite.

Greg LeMond 

La légende du cyclisme américain a frôlé la mort à la suite d’un accident de chasse en Californie en 1987. Le vainqueur en titre du Tour de France (1986) avait été touché par plus de 60 plombs sur un coup de fusil tiré par son beau-frère. Transporté par avion à l’hôpital, le coureur avait perdu beaucoup de sang. Cet accident l’avait empêché de participer aux deux éditions suivantes du Tour de France. Mais il était revenu en 1989, remportant la Grande Boucle dans un final mémorable avec huit secondes d’avance sur le porteur du maillot jaune au départ de cet ultime contre-la-montre individuel, le Français Laurent Fignon.

Niki Lauda 

Le pilote autrichien, alors en passe de remporter un deuxième titre de champion du monde de Formule 1, a été victime d’un grave accident sur le circuit allemand du Nürburgring en 1976. À la sortie d’un virage, sa Ferrari est allée percuter le rail de sécurité avant de s’embraser. Coincé dans l’habitacle avant d’être secouru, Lauda a souffert de graves brûlures. De façon incroyable, il a repris la compétition 43 jours plus tard lors du Grand Prix d’Italie. Il remportera deux nouveaux titres de champion du monde avant de se retirer définitivement des circuits.

George Foreman 

Le poids lourd américain avait peu à peu sombré dans l’oubli à la suite de sa mémorable défaite par K.-O. à la huitième reprise face à Mohamed Ali, le 30 octobre 1974 à Kinshasa, lors du célèbre «Rumble in the jungle» (Combat dans la jungle). Après ce revers, Foreman avait combattu à six autres reprises avant de se retirer en 1977 après une nouvelle défaite (aux points) contre Jimmy Young. Mais en 1987, il a stupéfait le monde de la boxe en remontant sur le ring à l’âge de 40 ans, se contentant toutefois de combats discrets dans une catégorie à l’époque dominée par Mike Tyson. Puis il a échoué à sa première tentative de reconquérir un titre mondial, battu par Evander Holyfield aux points en 1991. Pourtant, trois ans plus tard, Foreman était de retour au sommet mondial, battant Michael Moorer (de 18 ans son cadet) par K.-O. à la 10e reprise le 5 novembre 1994. Foreman retrouvait un titre mondial 20 ans après l’avoir abandonné, devenant à 45 ans le plus vieux champion du monde des poids lourds de l’histoire.

Monica Seles 

Au début des années 90, la Yougoslave Monica Seles (naturalisée américaine en 1994) semblait devoir dominer le tennis féminin après être devenue la plus jeune N.1 mondiale de l’histoire en 1991, avant de remporter trois titres en Grand Chelem en 1992 (Melbourne, Roland-Garros, Omnium des États-Unis). En 1993, alors qu’elle semblait bien partie pour dominer de nouveau après une première victoire à l’Omnium d’Australie, elle était victime d’une agression au couteau par un spectateur au cours d’un match à Hambourg. Bien qu’elle se soit vite remise de ses blessures, Seles n’a pas joué pendant les deux années suivantes. Elle est finalement revenue en 1995, et a remporté en 1996 son 10et dernier titre en Grand Chelem, à l’Omnium d’Australie.

Mohamed Ali 

Après avoir refusé d’intégrer l’armée américaine en 1966, le champion du monde des poids lourds a été empêché de boxer pendant trois ans entre 1967 et 1970, personne ne voulant lui accorder une licence. De retour, il a concédé la première défaite de sa carrière en 1971, battu aux points par Joe Frazier lors du combat du siècle. En 1974, alors qu’on ne lui donnait aucune chance, Ali récupérait sa couronne mondiale en battant George Foreman par K.-O. à la huitième reprise lors du célèbre «Rumble in the jungle» (Combat dans la jungle) de Kinshasa, à l’âge de 32 ans.