Chicoutimi 2/Baie-Comeau 1: le Drakkar vend chèrement sa peau

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
BAIE-COMEAU — Le Drakkar de Baie-Comeau a offert une belle opposition, il a chèrement vendu sa peau, mais pour une cinquième reprise en autant de matchs cette saison contre les Saguenéens de Chicoutimi, il s’est incliné, cette fois par la marque de 2-1.

Le but vainqueur de cette rencontre serrée est survenu à 11:40 de la période médiane. Après un revirement en zone neutre, le nouveau venu Félix Bibeau s’est élancé en zone ennemie et Justin Ducharme a profité de sa passe précise pour ne laisser aucune chance à Lucas Fitzpatrick.

En troisième, le Drakkar a eu ses meilleures chances de la rencontre, dont notamment en désavantage numérique, mais il n’a pas su les concrétiser. Les locaux ont même pu jouer à six contre quatre durant la dernière minute du match, mais les visiteurs ont tenu le fort.

«C’est de la façon dont on voulait partir pour les Fêtes. À part le résultat, il n’y a personne qui a à être déçu», a déclaré l’entraîneur-chef Jon Goyens. «On a eu du fun à compétitionner et on a commencé à l’heure. On a même eu trois à quatre chances de qualité en désavantage numérique. Éventuellement, on va parvenir à mettre la rondelle au fond du filet», a-t-il ajouté.

«On est venus ici avec 10 attaquants, on se devait de jouer un match serré. En première, on a été couçi-couça, mais en deuxième et en troisième, j’ai vraiment aimé de la façon dont on a fait les choses», a fait valoir Yanick Jean, le pilote de l’autre côté. «On a fait des jeux simples. Ce n’est pas nécessairement l’ADN de notre équipe qu’on a vu aujourd’hui, mais on avait besoin d’un match comme ça.»

Comme la veille, les Saguenéens ont rapidement pris les devants, cette fois à 1:38, par l’entremise de Tristan Pelletier. Le Drakkar a répliqué à son premier avantage numérique avec le 16e de Nathan Légaré, un tir des poignets des majeures logé dans la lucarne avec une précision déconcertante.

Les deux meilleurs hommes sur la glace ont fort probablement été ceux qui étaient masqués. Alexis Shank et Fitzpatrick ont chacun stoppé 29 rondelles, dont plusieurs pas commodes. Les deux cerbères ont d’ailleurs reçu des éloges de leur coach respectif.

Ouverture des échanges

On peut en douter en dénombrant le nombre de transactions qui ont été dévoilées dans les derniers jours, mais la période d’échanges dans la LHJMQ débute officiellement ce dimanche. Déjà plusieurs joueurs d’impact ont changé d’adresse, mais encore aucun appartenant au Drakkar.

Les rumeurs expédient le défenseur Xavier Bouchard au Cap-Breton et le capitaine Gabriel Fortier de l’autre côté du fleuve, à bord de l’Océanic de Rimouski. L’attaquant de puissance Nathan Légaré est en demande de la part de certains des directeurs généraux classés dans la catégorie des acheteurs. Fitzpatrick est aussi un candidat à se retrouver sous d’autres cieux.

Goyens en avait long à dire contre ceux qui se précipitent sur les réseaux sociaux et qui lancent des transactions prétendument conclues. «C’est malheureux que certains visent avant tout à être les premiers sur Twitter, mais ils ne font pas ça de la bonne façon. Ils s’en foutent que ce soient des jeunes», a-t-il lancé lorsqu’amené sur le sujet des échanges.

«Certains ont beaucoup de pouvoir sur les réseaux sociaux, ils donnent des noms mais ils maganent des jeunes, ils maganent des familles. J’espère que des adultes vont dénoncer ces manœuvres. Nous, on veut faire ça de la bonne façon et si ça sort sur les réseaux sociaux, ce n’est pas parce qu’on le veut», a ajouté Goyens.

Ceci dit, l’entraîneur-chef a bien sûr convenu qu’il y aura du changement à bord du Drakkar, à un niveau qu’il n’a pas voulu identifier. «Les changements qui vont être faits vont être bons pour les joueurs qui vont partir et les joueurs qui vont arriver», a-t-il conclu.