Jesperi Kotkaniemi, du Canadien de Montréal.

Championnat mondial de hockey junior: quelques grands absents

Les partisans canadiens sont habituellement ceux qui critiquent le plus les équipes de la Ligue nationale de hockey qui ne laissent pas leurs jeunes espoirs participer au Championnat mondial de hockey junior. Cette année encore, plusieurs nations ne pourront pas compter sur quelques jeunes prodiges pour le tournoi qui se mettra en branle le 26 décembre.

La Presse canadienne propose une liste de ces joueurs qui ne seront pas à Vancouver et Victoria.

Jesperi Kotkaniemi (Finlande)

Premier joueur né dans les années 2000 à évoluer dans la LNH, le joueur de 18 ans impressionne jusqu’ici avec le Canadien de Montréal. Kotkaniemi a quatre buts et 12 aides en 36 matchs comme centre du troisième trio du Tricolore. Le troisième choix du dernier repêchage aurait grandement aidé la Finlande, qui souhaiterait remonter sur le podium pour la première fois en trois ans, soit depuis sa médaille d’or de 2016.

Rasmus Dahlin, des Sabres de Buffalo.

Rasmus Dahlin (Suède)

Le tout premier choix du repêchage de 2018 a été un important pivot pour les surprenants Sabres de Buffalo. Dhalin a trois buts et 16 aides et mène tous les défenseurs de première année du circuit avec 19 points. Il vient également au troisième rang du club avec un temps moyen de jeu de 20 minutes, 32 secondes (20:32) après 35 rencontres. Le patineur de 18 ans, qui avait récolté six aides quand la Suède avait remporté la médaille d’argent l’an dernier, aurait mené la délégation suédoise à la ligne bleue, mais il n’a jamais vraiment été question que les Sabres le laissent aller.

La Suède pourra toutefois compter sur Adam Boqvist, Erik Brannstrom et Rasmus Sandin, ainsi que sur le centre Isac Lundestrom, le 23e choix au total en juin dernier, libéré par les Ducks d’Anaheim pour le tournoi.

Miro Heiskanen, des Stars de Dallas.

Miro Heiskanen (Finlande)

Le défenseur de 19 ans connaît des débuts impressionnants avec les Stars de Dallas. En 35 matchs, Heiskanen a marqué sept buts et ajouté 10 aides, en plus de jouer 23:07 en moyenne, meilleur temps d’utilisation de tous les défenseurs recrue de la LNH. Troisième choix au total en 2017, il a joué l’an dernier pour la Finlande dans ce tournoi, mais pas cette fois-ci. La Finlande a néanmoins reçu de bonnes nouvelles en provenance de Chicago, où les Blackhawks ont permis au défenseur Henri Jokiharju de disputer la compétition.

Brady Tkachuk, des Sénateurs d’Ottawa.

Brady Tkachuk (États-Unis)

Quatrième choix au total en juin dernier, Tkachuk est devenu un rouage important des Sénateurs d’Ottawa. À 19 ans, il a déjà 10 buts et 18 points à sa fiche en 24 rencontres. Tkachuk avait inscrit trois buts et six aides pour les Américains l’an dernier, terminant le tournoi à égalité au cinquième rang des marqueurs. Il ne faut pas se sentir mal pour les États-Unis: l’équipe disposera d’une excellente formation, notamment en raison de la présence de Jack Hugues, qui pourrait bien être le tout premier choix du repêchage 2019.

Robert Thomas et Michael Rasmussen (Canada)

Bien que ce ne soit pas comparable à devoir se passer de Connor McDavid, le Canada sera néanmoins privé de ces deux centres de 19 ans. Rasmussen ne sera pas libéré par les Red Wings de Detroit, tandis que Robert Thomas demeurera à St. Louis. Neuvième choix en 2017, Rasmussen a récolté 10 points (5-5) en 34 matchs à Detroit. Le patineur de Vancouver avait été retranché avant le tournoi l’an dernier.

Thomas, qui avait obtenu six points pour le Canada, médaillé d’or à Buffalo en 2018, compte aussi 10 points, dont deux buts, en 28 rencontres avec les Blues.