Thomas Chabot s’est engagé à long terme avec les Sénateurs d’Ottawa en septembre dernier.

Chabot plaide pour Pageau

Thomas Chabot s’est engagé à long terme avec les Sénateurs d’Ottawa en septembre dernier, apposant sa signature à une prolongation de contrat de huit ans qui entrera en vigueur la saison prochaine.

En tant que pilier de l’avenir du club, le défenseur québécois est évidemment curieux de voir ce qui va se passer au cours des trois prochaines semaines, soit d’ici à la date limite des transactions, le 24 février.

Comme les partisans de l’équipe et les journalistes qui couvrent les activités des Sénateurs, Chabot se demande ce que le directeur général Pierre Dorion entend faire avec ses vétérans qui pourraient devenir joueurs autonomes sans compensation le 1er juillet prochain, en particulier le centre gatinois Jean-Gabriel Pageau.

Assistant-capitaine au sein d’une formation qui n’a pas de capitaine, Pageau a aidé Chabot à s’adapter au rythme de vie dans la Ligue nationale de hockey depuis qu’il est débarqué pour de bon dans la capitale, il y a trois ans.

Le Québécois de 23 ans ne veut pas se mêler des affaires de son coéquipier qui connaît la meilleure campagne de sa carrière avec ses 20 buts, mais il souhaite évidemment qu’il trouve un moyen de s’entendre avec l’équipe.

« On n’en parle pas trop vu que c’est hors de notre contrôle, au bout de la ligne, notre rôle, c’est d’aller sur la glace et jouer du mieux qu’on le peut. C’est certain que Jean-Gab, c’est un leader incroyable pour nous. Moi, il m’a toujours aidé, depuis le premier jour que j’ai été repêché par cette équipe-là. Il a été là, un des premiers à m’aider à faire ma place dans l’équipe et tout ça. Il a fait des choses incroyables pour cette organisation-là et c’est certain qu’on le veut avec nous, tout le monde l’adore, autant les fans que les gars dans la chambre. Mais en même temps, c’est un peu hors de notre contrôle, on va voir ce qui va arriver », a-t-il confié récemment au Droit.

Le choix de première ronde en 2015 est débarqué pour de bon dans la capitale lors de la saison 2017-2018. Depuis, il a vu plusieurs vedettes de l’équipe partir, à commencer par celui dont il était considéré comme le dauphin, Erik Karlsson. Puis en février l’an dernier, les Sénateurs ont liquidé les attaquants Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel après des mois de spéculations. Il est donc curieux de voir quels seront les prochains rebondissements avec sa formation en reconstruction.

« C’est certain que oui, j’ai hâte de voir [ce qui va se passer]. C’est toujours le moment plate de l’année, il y a plusieurs rumeurs, il y a plusieurs personnes qui commencent à en parler de plus en plus. Peu importe ce qui va arriver, je pense que ce sont les décisions qui vont être les meilleures pour l’organisation qui vont être prises », estime-t-il.

« C’est certain que ça va être intéressant, mais en même temps, en tant qu’équipe, on ne veut pas se laisser déconcentrer par ça. Dans les dernières années, on a eu beaucoup de distractions avec ça et ça nous a déconcentrés de notre jeu un peu. Les gars, on veut continuer à jouer de la même façon qu’on joue, on veut continuer de bâtir pour les années à venir et on verra ce qui va arriver », a-t-il ajouté.

Il ne semble pas y avoir eu de négociations jusqu’à maintenant avec Pageau, ni avec Mark Borowiecki et Dylan DeMelo, deux partenaires de Chabot à la ligne bleue, mais Dorion a déclaré avant d’aller faire une tournée de dépistage en Europe la semaine dernière qu’un contrat « peut se négocier en un seul appel téléphonique ».