Cataractes: «On a étiré l’élastique au maximum» [VIDÉO]

Shawinigan — C’est parce que son équipe manquait de constance que Martin Mondou s’est séparé de Daniel Renaud dimanche matin.

Le directeur-gérant des Cataractes s’est expliqué à la presse lundi matin, 24 heures après avoir informé son pilote avec qui il faisait équipe depuis deux ans et demi qu’il allait procéder à un changement. «Pour moi, ce fut une des journées les plus difficiles en 13 ans. J’ai congédié une bonne personne, un ami, un gars qui avait toujours la pédale au fond à l’aréna. Je ne serais pas surpris s’il se retrouve du boulot rapidement. Si j’ai agi ainsi, c’est qu’on voyait que le tapis était en train de glisser sous nos pieds et il fallait stopper cette glissade», a raconté Mondou, les yeux encore rougis par l’émotion, en défendant le timing du renvoi de Renaud. «On a attendu si longtemps car on voulait que ça fonctionne avec Dan. On a eu une grosse rencontre en novembre, on lui a fourni des outils. On a étiré l’élastique au maximum mais c’est sûr que lorsqu’on s’est retrouvé dans le boulier (il y a deux semaines), on a commencé à réfléchir sérieusement à la situation.»

Mondou en est venu à la conclusion qu’il allait procéder à un changement uniquement s’il trouvait la bonne personne. Or il croit que Gordie Dwyer peut réellement servir d’électrochoc. «Notre équipe est capable du meilleur comme du pire. On veut voir le meilleur! Plusieurs équipes aimeraient miser sur notre alignement. Gordie a le mandat de nous faire performer davantage. Il a beaucoup d’expérience, il sait dans quoi il s’embarque. On veut causer des surprises en séries», a ajouté le directeur général.

____________________________

À LIRE AUSSI

> Daniel Renaud congédié et remplacé par Gordie Dwyer

> Le changement de ton fera-t-il la différence?

____________________________

Dwyer est effectivement au parfum des problèmes de l’équipe dont il hérite. Il l’a vue jouer il y a deux semaines. Il a aussi placé plusieurs appels. Lundi, avant de rencontrer la presse, il s’est adressé à ses joueurs en leur disant partir d’une page blanche, et en identifiant les valeurs qui le guideront au cours des prochaines semaines. «Au hockey, pour profiter au maximum des opportunités, l’éthique de travail doit être irréprochable et ça, c’est non négociable pour moi. Les gars doivent aussi apprendre à devenir de bons coéquipiers, et ils doivent être disciplinés. Je suis ici pour les aider à devenir de meilleurs joueurs, et ainsi à former une meilleure équipe», a martelé l’ex-redresseur de torts dans la LNH, qui en sera à un deuxième passage comme pilote dans la LHJMQ après avoir dirigé à Charlottetown. Au cours des quatre dernières saisons, il a dirigé en Europe, principalement dans la KHL. «Je suis content de revenir dans la LHJMQ. J’ai eu des opportunités un peu plus tôt cette saison mais celle-ci correspondait davantage à ce que je recherchais. J’ai donc mis un terme à mon boulot d’entraîneur dans l’atome A, le peewee AAA et le bantam avec mes fils pour m’en venir ici», rigolait Dwyer, sous contrat jusqu’à la fin de la saison. Cette entente plaît aux deux parties, qui rediscuteront de la suite lorsque l’année sera terminée.

Un nouvel adjoint

Renaud n’est pas le seul homme de hockey à avoir perdu son boulot au cours des dernières heures. Son adjoint Adrien Plavsic, qui avait le mandat de développer les défenseurs, a lui aussi été congédié. C’est Darren Rumble, ex-pilote des Wildcats de Moncton, qui prendra la relève.

Rumble ne sera toutefois pas derrière le banc des Cataractes mardi, lorsqu’ils se mesureront au Drakkar à Baie-Comeau. Il va rejoindre l’équipe à Shawinigan à la fin de la semaine.

Autre absent de taille, Mavrik Bourque ne sera pas du premier match de Dwyer à la barre de l’équipe, ni des prochains. Le verdict médical est tombé dans le cas du surdoué de 17 ans qui s’est blessé vendredi et il n’est pas réjouissant: Bourque sera absent entre quatre et six semaines. «C’est sûr que ce n’est pas une bonne nouvelle mais en même temps, ça va donner des opportunités à d’autres joueurs. Comme joueur, c’est ce que tu recherches, des opportunités. Aux gars de la saisir», a souligné Dwyer.

Carnet de notes

L’ex-joueur du Canadien est devenu le sixième pilote depuis 2012 à diriger les Cataractes, un roulement qui n’est pas signe de stabilité. Mondou a plutôt fait valoir que c’était le sixième depuis 2007 et que plusieurs avaient quitté de leur plein gré. «Il n’y a eu que deux congédiements», a-t-il précisé. Il aurait pu ajouter que lors du premier congédiement, les Cataractes avaient atteint la finale de la LHJMQ… Le directeur-gérant a également défendu sa gestion des trois casiers de 20 ans dans le vestiaire. Les Cataractes n’ont disputé qu’un seul match cette année avec trois vétérans de dernière année dans la formation. «C’est une critique que j’entends souvent et je ne la comprends pas. Chaque situation est différente. Et j’aime rappeler que nous avons gagné la Coupe Memorial avec seulement deux joueurs de 20 ans dans l’équipe.»