Paul Casey a bien cru que Tiger Woods parviendrait à forcer une prolongation au 18e trou, lui qui venait de réussir un oiselet après un roulé de 45 pieds au 17e.

Casey brise le rêve de Tiger

PALM HARBOR, Flo. — Dès que Paul Casey a eu l’impression qu’il allait gagner le Championnat Valspar, il a jeté un coup d’oeil à la télévision et il a vu une scène un peu trop familière.

Vêtu de son traditionnel chandail rouge du dimanche, Tiger Woods a soulevé la foule en réussissant un oiselet d’une distance d’environ 45 pieds au 17trou et il a retranché un coup à l’avance de Casey. Au trou suivant, alors qu’il tentait de forcer une prolongation, l’approche de Woods l’a laissé à un peu moins de 40 pieds de la coupe et sa tentative d’oiselet s’est tout juste arrêtée à deux pieds du trou. «J’ai aimé son coup roulé au 17e trou. C’était extraordinaire, a affirmé Casey. Je croyais bien qu’il allait refaire le coup au 18e

Pas cette fois. Ce tournoi relevé du circuit de la PGA a vu un joueur mettre fin à une longue disette sans victoire, mais pas celui que les partisans étaient venus encourager.

Casey a remis une carte de 65 (- 6) et il est venu de l’arrière pour effacer un retard de cinq coups et se sauver avec le titre.

Casey a réussi trois oiselets consécutifs au début du deuxième neuf pour s’emparer de la tête. Il a par la suite conclu la ronde finale en sauvant des normales pour afficher un pointage cumulatif de - 10. Il s’agissait de sa première victoire sur le circuit de la PGA depuis 2009, à l’Omnium de Houston.

«C’est la seule fois que Tiger m’a félicité tout de suite après une victoire, a déclaré Casey. D’habitude, c’est l’inverse qui se produit. C’est très spécial. Je suis convaincu qu’il était déçu de ne pas avoir gagné et je croyais vraiment qu’il allait le faire avant le début de la quatrième ronde.»

Patrick Reed a lui aussi gaspillé une occasion de causer une prolongation. L’Américain a vu son long coup roulé pour un oiselet revenir à ses pieds et il a finalement commis un boguey. «Je devais passer par-dessus la bordure et retourner sur le vert. J’avais l’impression que je pouvais effectuer un coup roulé, a observé Reed. J’ai appliqué un peu plus de force parce que je savais que la balle allait sursauter ou sortir plus lentement. Je ne l’ai pas frappée assez fort.»

Woods a joué 70 et il a terminé à égalité au deuxième rang avec Reed. Il s’agit de son meilleur résultat lors d’un tournoi officiel depuis sa deuxième place au Barclays, en 2013. «J’ai eu une bonne occasion de gagner ce tournoi, a indiqué Woods. De meilleurs coups roulés ici et là et le résultat aurait pu être bien différent.»


« C’est la seule fois que Tiger m’a félicité tout de suite après une victoire. D’habitude, c’est l’inverse qui se produit. »
Paul Casey

Le Canadien Corey Conners a amorcé la journée au sommet du classement, mais il a vite dégringolé. Conners a commis quatre bogueys et un double boguey pour signer une carte de 77. Il a glissé à égalité au 16e échelon, à - 3.

L’autre représentant de l’unifolié à prendre part au tournoi, Adam Hadwin, a connu une ronde aux antipodes de son compatriote. Hadwin a bouclé le parcours en 68 coups et il s’est hissé en 12e position, à - 4.

OISELET PAYANT POUR SINGH

Par ailleurs, Vijay Singh a réussi un oiselet au dernier trou lui permettant de prendre un coup d’avance pour remporter la Classique Toshiba présentée à Newport Beach (Californie), dimanche.

Singh a remis une carte de 66 (- 5) lors de la ronde finale pour se hisser au premier rang. Le Fidjien a complété le tournoi avec un pointage cumulatif de - 11. Le membre du temple de la renommée âgé de 55 ans a terminé devant Tommy Tolles, Tom Pernice Jr. et Scott McCarron pour mettre la main sur son premier titre individuel du circuit des Champions de la PGA. Il avait fait équipe avec Carlos Franco l’an dernier pour remporter le tournoi des Légendes de Bass Pro Shops.

Singh dispose d’un horaire limité sur le circuit des 50 ans et plus, puisqu’il continue de compétitionner sur le circuit de la PGA, où il compte 34 victoires en carrière.