Ligue Can-Am

Le commissaire déçu du fiasco dominicain

Avec une fiche de 0-5 et un déficit de 75-8 au tableau indicateur, l’équipe de la République dominicaine s’avère un véritable fiasco depuis le début de la série internationale de la Ligue Can-Am. Une disgrâce, diraient certains…

Et cela ne tient pas compte du résultat du match de jeudi, au New Jersey, où les Jackals avaient signé des victoires écrasantes de 19-2 et 15-0 dans les deux premiers affrontements, mardi et mercredi.

«Nous sommes déçus, ils n’ont vraiment pas envoyé une bonne équipe», admettait le commissaire de la Ligue Can-Am, Miles Wolff, jeudi.

Le Stockade de Salina, l’autre formation invitée à affronter les six clubs du circuit de baseball indépendant, a surpris les Champions d’Ottawa à son premier match pour ensuite encaisser trois dégelées de 13-0, 7-1 et 13-2 avant le programme à Trois-Rivières, jeudi.

«Les responsables de la République dominicaine doivent envoyer d’autres lanceurs pour la tournée au Canada, en début de semaine. Ils ont sous-estimé le calibre de jeu de notre ligue en plus d’avoir été confrontés à des problèmes de visa pour les matchs aux États-Unis», soulignait Wolff.

À sa première visite dans la Ligue Can-Am, en 2017, la République dominicaine avait conservé un piètre dossier de 2-15. L’expérience n’avait guère été positive, contrairement aux deux tournées de l’équipe japonaise en 2015 et en 2016 et à la première de Cuba, en 2016.

«Il y avait une personne de l’entourage du groupe Cano parmi les responsables, on pensait que tout serait plus professionnel que l’an passé», ajoutait-il.

Il y a quelques semaines, Wolff a songé à annuler la venue de la République dominicaine. Il avait trouvé un club plus respectable de la Ligue Pecos, d’où provient le Stockade, de passage à Québec pour une série de trois matchs à compter de vendredi.

«Les résultats du Stockade ne sont pas très bons, mais ils sont sérieux. L’idée de ne pas faire venir la République a été abandonnée à la demande de nos clubs aux États-Unis, qui y tenaient. Avant qu’on nous confirme qu’ils avaient leurs papiers pour rentrer au Canada, on a pensé à les remplacer, mais tout est en ordre et ils compléteront leur tournée», précisait le commissaire.

Il serait étonnant que la République dominicaine fasse encore partie de la série internationale, l’an prochain. «Je ne veux pas élaborer là-dessus, mais le sujet sera assurément abordé à l’assemblée annuelle de l’automne. Les Japonais trouvaient que ça leur coûtait cher de venir chaque année, mais ils veulent revenir en 2019 après leur pause de 2018.»

Laplante n’abandonne pas

Le président des Capitales Michel Laplante n’est pas prêt à faire une croix sur l’aventure internationale de la Ligue Can-Am, ni sur celle de la République dominicaine.

«Tout à coup que Vladimir [Guerrero] nous dit, la semaine prochaine, qu’il est prêt à s’occuper de l’équipe, l’an prochain, avec son agent? Si Eddie Lantigua était invité à s’impliquer? Le problème, présentement, c’est que leur fédération n’a pas la structure pour s’occuper des détails importants, comme les visas, les billets d’avion, etc. Mais je persiste à croire que c’est bon de faire ces échanges», indiquait Laplante.

Dans l’American Association, la ligue cousine de la Can-Am, le projet des Airdogs du Texas d’aligner une quinzaine de joueurs chinois n’est pas couronné de succès non plus. Ils affichent une fiche déficitaire de 5-19 et se font souvent écraser. «Ils voulaient permettre à leurs meilleurs joueurs de se développer plus rapidement en prévision des Jeux olympiques de 2020. Mais ils s’aperçoivent, comme d’autres, que notre calibre est plus fort qu’on le pense», notait Wolff.

Capitales

Vladimir Guerrero au Stade Canac

Dernière grande vedette des Expos de Montréal, Vladimir Guerrero sera de passage au Stade Canac, à l’occasion d’un match entre les Capitales et les Aigles de Trois-Rivières, le jeudi 21 juin. Cette visite à Québec coïncide avec une tournée québécoise en marge de son entrée au Temple de la renommée du baseball, à Cooperstown, le dimanche 29 juillet.

Guerrero ne sera pas le premier ancien des Expos à mettre les pieds sur le losange du parc Victoria. Au fil des ans, Gary Carter, Steve Rogers, Pedro Martinez, Felipe Alou, Tim Raines et Dennis «Oil Can» Boyd ont déjà rencontré les amateurs de baseball de Québec. L’hiver dernier, le lanceur Ken Hill a donné des cours de baseball sous le dôme.

«Nous avons accueilli plusieurs anciens des Expos. Parmi les plus importants qui nous manquaient, il y avait Vladimir, mais aussi Larry Walker et Andre Dawson», notait Michel Laplante, très heureux d’ajouter le nom de Guerrero à ceux ayant déjà honoré les amateurs de leur présence.

Ex-lanceur, Laplante a déjà joué sur le même terrain que Guerrero lors du camp d’entraînement des Expos, en 2000. «Il était déjà une grande vedette, mais il ne se prenait pas du tout pour une. Il était juste comme un enfant qui ne voulait que s’amuser. Je me souviens de l’avoir affronté. J’avais deux prises sur lui et le receveur Brian Schneider avait commandé un lancer à l’intérieur. En voulant éviter d’être atteint, Vladimir était tombé littéralement sur les fesses. J’étais un peu mal à l’aise, mais après le match, il était venu me voir en disant, Michel, Michel, no problemo, baseball is baseball», racontait Laplante avec le sourire.

Vladimir Guerrero a reçu 92 % des votes à sa deuxième année d’admissibilité pour franchir la grande porte de l’histoire du baseball. La cohorte 2018 des intronisés comprend aussi Chipper Jones, Jim Thome, Trevor Hoffman, Jack Morris et Alan Trammell.

En 16 saisons dans les ligues majeures, dont les huit premières à Montréal, le joueur natif de la République dominicaine a frappé 2590 coups sûrs, dont 449 circuits, et produit 1496 points. Il a aussi joué avec les Angels de Los Angeles, les Rangers du Texas et les Orioles de Baltimore. Il a notamment été nommé le joueur par excellence de la Ligue américaine à sa première saison avec les Angels, en 2004.

Une belle liste

«On a eu l’un des joueurs les plus populaires de l’histoire des Expos en Carter, l’un des meilleurs gérants de son époque avec Felipe, un triple gagnant du trophée Cy Young en Pedro et le joueur le plus utile de la Ligue américaine en Vlad, c’est quand même quelque chose», notait Laplante.

En 2013, Vladimir Guerrero avait songé à effectuer un retour au jeu. Les Capitales avaient eu des discussions avec son entourage, à l’époque, mais il avait plutôt signé un contrat avec Long Island dans la Ligue Atlantic. Il n’y avait finalement joué aucun match. 

Son fils, Vladimir Jr, est l’un de meilleurs espoirs des Blue Jays de Toronto. Fin mars, il avait reçu un accueil chaleureux au Stade olympique à l’occasion de deux matchs préparatoires. Il était sur le point d’être promu avant de se blesser à un genou, récemment, avec les Fisher Cats du New Hampshire, au niveau AA.

«L’initiative de la visite de Vladimir revient aux Aigles de Trois-Rivières, qui travaillent sur ce projet depuis déjà huit mois. Il rencontrera la presse de l’endroit à l’heure du dîner, là-bas, avant de s’amener à Québec. Il effectuera le lancer protocolaire et rencontrera aussi les amateurs», ajoutait le président des Capitales.

+

PANNE, PLUIE ET PROGRAMME DOUBLE

Le match entre les Capitales et les Champions d’Ottawa qui devait avoir lieu, mercredi soir, a été annulé en raison d’une panne électrique dans le secteur du Stade Canac, en basse-ville de Québec. Le hasard a bien fait les choses puisque les conditions météorologiques n’étaient guère propices à la tenue d’un match. Un programme double aura donc lieu, jeudi, à compter de 17h entre ces deux mêmes équipes. Le lanceur cubain Lazaro Blanco (2-1) et l’Australien Ryan Searle se partageront le travail au monticule pour les Capitales. Malgré la panne de courant, les Capitales ont quand même pu tenir une séance d’entraînement au bâton et en défensive, en fin d’après-midi, puisque celle-ci était déjà entamée lorsque le match a été annulé et que la pluie se faisait toujours attendre.  

+

GAYLOR LIBÉRÉ

L’arrivée du troisième-but T.J. White et le retour en santé de Lachlan Fontaine ont coûté le poste au voltigeur Stephen Gaylor. Il aurait probablement disputé le match de mercredi, si celui-ci n’avait pas été remis, avec le même sort qui l’attendait malgré tout. «Un facteur de plusieurs choses, mais pour être honnête, je m’attendais à un peu plus de sa part», a expliqué le gérant Patrick Scalabrini à propos de sa décision de laisser partir celui qui avait raté la série d’ouverture. En 20 matchs, il montrait une moyenne offensive de ,247 avec un circuit, six points produits et huit buts volés. En l’absence de Kalian Sams, en congé de paternité pour deux semaines, James McOwen est le seul voltigeur régulier de la formation. Edgar Lebron, Maxx Tissenbaum, Jordan Serena, Brad Antchak et Fontaine auront donc l’occasion de se faire valoir au champ extérieur.

Capitales

Pluie de buts sur balles au Stade Canac

Était-ce le vent? L’excitation du retour à la maison? Toujours est-il que les lanceurs des Capitales ont perdu le marbre, mardi soir. Leurs 10 buts sur balles ont été l’une des causes principales de la défaite de 8-3 contre les Champions d’Ottawa.

Ça, et le brio d’un ancien, venu hanter le Stade Canac. Sébastien Boucher a connu un fort match en produisant quatre points et en cognant deux doubles.

Ça, et les erreurs, en particulier un rare faux pas de Yordan Manduley en cinquième manche. L’arrêt-court des Capitales a vu une balle lui glisser entre les mains et les jambes sur un potentiel double jeu. Les Champions ont inscrit trois points dans l’engagement.

«On en avait une très mauvaise dans le corps, apparemment», a réagi le gérant des perdants (14-10), Patrick Scalabrini, pardonnant son Cubain pour cette première crampe au cerveau en quatre ans. «Ç’a été un match très mal joué de notre part. C’est le classique “tu recommences à zéro et t’essaies de l’oublier le plus vite possible”.»

«On a eu beaucoup de coups sûrs pour plus d’un but avec des coureurs en position de marquer», a de son côté souligné le gérant Hal Lanier, dont les Champions (9-13) remportaient une troisième victoire consécutive. «On a joué notre match, on a volé des buts. On a bien réussi les jeux de base et on a été excellents en défensive.»

La foule en rajoute

Pendant qu’Austin Chrismon (3-2) s’illustrait pour Ottawa, malgré le vent, en accordant trois points en sept manches, le partant des Capitales, Brett Lee (0-1), en arrachait un peu, comme c’est souvent le cas cette saison. Les choses allaient bien avant l’erreur de Manduley, mais Lee a quitté le match après cette cinquième en ayant accordé quatre coups sûrs et trois points, dont deux mérités. Mais surtout cinq buts sur balles, dont un avec les buts remplis. La foule l’a même tourné en dérision, après une prise.

Andrew Elliott a fait encore pire en sixième, allouant quatre points et trois buts sur balles en deux tiers de manche. Scalabrini a été expulsé du match à travers tout ça lorsque l’arbitre du premier-but a rendu une décision controversée. Josh Vitters semblait avoir capté le relais venu du troisième, mais il a échappé la balle en tentant de la renvoyer dans sa main libre. L’arbitre a jugé qu’il n’avait jamais eu le contrôle de l’objet, ce qui a soulevé la colère du gérant. Un point était venu marquer sur le jeu. La reprise semblait donner raison au Capitales en chef. «C’est un jeu de routine. Il n’y a pas de call à faire. [Si] l’arbitre n’en fait pas, personne ne dit rien et c’est fini», a commenté Scalabrini.

Le frappeur suivant, Boucher, a frappé un double de deux points, puis Steve Brown a suivi avec un simple et c’était 7-1 pour les Champions… et très tranquille dans les estrades, malgré une belle foule de 2212 spectateurs.

Les points des Capitales ont été le résultat d’un ballon-sacrifice de James McOwen en première, d’un circuit en solo de Kalian Sams (4e) en sixième et d’un mauvais lancer de Chrismon en septième. Québec a frappé sept coups sûrs, dont deux chacun pour Sams et Vitters.

Deux aussi pour Coco Johnson et Jordan Caillouet du côté des gagnants, auteurs de neuf réussites. Steve Brown a produit deux points.

Les deux équipes se retrouvent mercredi soir (19h) pour le deuxième match de la série. Steve Borkowski (1-2) pour Ottawa et Lazaro Blanco (2-1) pour Québec sont les partants prévus.

+

BÉRUBÉ QUITTE L'ÉQUIPE

Le Québécois Marc-Antoine Bérubé prend une pause du baseball. Victime d’une pneumonie qui l’a exclu de l’alignement, voyant son potentiel temps de jeu réduit, l’athlète de Trois-Pistoles a choisi d’investir son temps ailleurs, du moins dans les prochaines semaines. «Après une discussion avec [Patrick] Scalabrini, j’ai appris que j’allais peut-être revenir seulement le 5 juillet pour le départ de Lazaro Blanco durant trois semaines. [...] Et après les trois semaines, Blanco allait revenir, alors je n’avais pas vraiment de garantie de finir la saison. Mes objectifs en allant là étaient de m’amuser, jouer et d’aider à gagner un championnat. J’ai vu que je n’allais pas avoir d’opportunités qui favorisaient ça alors j’ai décidé de me retirer», a expliqué Bérubé, 25 ans, lors d’un échange numérique avec Le Soleil. Bérubé fera un voyage prochainement et verra à son retour quelle direction donner à sa carrière. «Pour l’instant, j’ai envie de rester tranquille», a écrit l’ancien espoir des A’s d’Oakland, libéré en janvier. Bérubé aura lancé 2,2 manches avec les Capitales. 

Capitales

Kalian Sams, le papa globe-trotter

Kalian Sams adore jouer au baseball, mais sa réalité de papa globe-trotter le rattrape. Sa copine et son fils de 21 mois sont aux Pays-Bas, et il ne les a pas vus depuis le début du mois de mai. Vivement les prochaines heures!

Le frappeur de puissance des Capitales retournera mercredi dans son pays natal pour assister à la naissance de son deuxième enfant, une fille. Un voyage qui lui permettra, pendant une douzaine de jours, de combler le vide laissé par la distance.

«Je joue au baseball depuis si longtemps, depuis 2006 [en Amérique du Nord]. Mon départ cette année a été définitivement le plus difficile. On s’habitue à laisser sa copine ou ses parents derrière. Mais son petit garçon qui ne comprend pas ce qui se passe… Quand je l’entends m’appeler au moment où je les “facetime”, c’est difficile. Je veux être là et le voir grandir», a affirmé le voltigeur, mardi, réitérant son intention de prendre sa retraite après les Jeux olympiques de 2020, où il compte s’aligner avec la formation néerlandaise.

Sams a toutes les raisons d’avoir hâte à l’atterrissage aux Pays-Bas. Il y a deux jours, sa fiancée lui annonçait que son travail semblait avoir commencé, plus d’une semaine avant la date prévue. «Ça m’a rendu nerveux : “Oh, je dois partir maintenant”. Finalement, c’était OK. Je lui ai dit de la retenir pour deux jours de plus», a rigolé le grand athlète de 31 ans.

Il y a deux ans, lors de sa première campagne à Québec, Sams avait vécu pareil scénario, ratant la fin de saison pour assister à la naissance de son premier enfant. Une naissance qui lui a fait voir la vie différemment. «Ça m’a changé. Les choses me dérangent moins qu’avant. Quand j’ai une mauvaise journée, je rentre à la maison, je le vois et j’oublie tout.»

Son absence dans l’alignement des Capitales laisse un trou qui ne peut être comblé, admet le gérant Patrick Scalabrini. Sams amène un rare mélange de puissance et de vitesse dans la Ligue Can-Am. Et les Capitales version 2018 ne sont pas reconnus pour leur profondeur à l’attaque.

Avant la rencontre de mardi, Sams présentait une moyenne de ,299 avec trois circuits et 14 points produits en 19 rencontres. Il reviendra à Québec le 25 juin.

TJ White en renfort

Les Capitales ont par ailleurs annoncé l’embauche de TJ White, récemment libéré de la filiale AA des Twins du Minnesota. Le natif de Las Vegas possède une feuille de route au goût de Scalabrini. «Son C.V. démontre que c’est une très belle addition, a dit le gérant. Il a eu des chiffres dans le AA qui se traduisent généralement bien ici.»

Ces chiffres, les voici. En trois saisons dans le AA (193 matchs), White a conservé une moyenne de ,242, a frappé 18 circuits et produit 101 points. Il a déjà côtoyé l’ancien Capitales Marcus Knecht, qui lui aurait vanté les plaisirs de jouer à Québec, selon Scalabrini.

White, un athlète de 5’10’’ et de 200 livres réputé sympathique, jouera au troisième-but, ce qui ramènera Josh Vitters au premier coussin sur une base régulière. Lachlan Fontaine devrait aussi être réactivé mercredi.