Non seulement Josh Vitters veillait au grain au troisième-but, vendredi, mais il voyait également bien la petite balle blanche lorsqu'il s'est présenté au marbre, frappant trois coups sûrs en trois apparitions pour aider les Capitales à vaincre les Jackals 6-1.

Vitters mène la charge, deuxième gain de suite des Capitales

Un point en deux matchs, voilà tout ce que les lanceurs des Capitales de Québec ont donné jusqu’à présent. Un autre effort sans bavure au monticule a permis aux champions en titre de la Ligue Can-Am de vaincre à nouveau les Jackals du New Jersey, cette fois par 6-1, vendredi au Stade Canac.

Arik Sikula s’est à son tour fait avare sur la butte, bien qu’il n’avait pas encore l’étoffe de la séquence où il était intraitable l’an passé, aux dires du gérant Patrick Scalabrini. Les trois releveurs l’ayant suivi ont aussi fermé la porte aux visiteurs, notamment Jay Johnson et Marc-Antoine Bérubé.

«On va remporter pas mal de matchs si on ne donne pas beaucoup de choses offensivement à l’adversaire comme ça», admettait Scalabrini.

Il se réjouissait encore plus du rendement au bâton de sa troupe, qui a totalisé neuf coups sûrs. Outre le premier circuit de Kalian Sams bon pour deux points en troisième, il savourait les trois coups sûrs en autant de présences de Josh Vitters, qui a aussi produit un point.

«Il n’a pas joué beaucoup depuis deux ans, il cherchait un peu ses repères au camp. On s’était dit qu’on serait patient avec lui et il prend de plus en plus de bons élans», indiquait-il à propos du troisième-but ayant évolué avec les Cubs de Chicago en 2012.

Il a été l’un des quatre anciens des ligues majeures à se retrouver sur le losange, vendredi, puisque les Jackals ont utilisé deux lanceurs avec de l’expérience dans les grandes ligues, soit les releveurs Vin Mazzaro et Vik Black, ainsi que l’arrêt-court Carlos Truinfel.

«Je commence à retrouver mon élan d’il y a deux ans. J’essaie seulement d’avoir de bonnes présences, d’être concentré sur ce que je fais. Mais je suis avant tout ravi par notre victoire, c’est tout ce qui compte», précisait l’ancien choix de première ronde (troisième au total) en 2007.

Vitters se plaît déjà à Québec. Il apprécie l’appui de la foule et l’ambiance qui règne dans l’équipe.

«J’avais entendu de belles choses à propos des Capitales et je retrouve exactement cela. Au début, ça faisait un peu bizarre, mais j’adore jouer sur cette surface synthétique», ajoutait le frappeur droitier.

Bérubé brise la glace

Les Capitales ont brisé une égalité de 1-1 en troisième avec une poussée de trois points. Ils en ont ajouté deux autres en cinquième, dont l’un sur un simple de James McOwen. Le gérant a ensuite pu offrir une manche de travail chacun à trois de ses releveurs.

Bérubé a donc brisé la glace. Il n’a rien donné en neuvième. Même qu’après son premier retrait au bâton, les feux d’artifice ont explosé. Une simple erreur de synchronisme de l’artificier…

«C’était un drôle de hasard. À ma première sortie professionnelle, j’avais l’impression de flotter, mais là, je me sentais bien. J’ai apprécié le moment où je courais vers le monticule et que la foule applaudissait. Mes parents arrivent demain [samedi], mais ma blonde était là. Jusqu’à maintenant, on lance tous des prises. À la fin, ce ne sont pas tous les joueurs d’arrêt-court qui font ça», notait le natif de Trois-Pistoles en parlant d’un jeu de Yordan Mandulay.

Le gérant a aimé sa prestation, mais aussi celle de Johnson, qui lançait pour la première fois depuis 2015.

«Ce soir [vendredi], il était beaucoup plus proche du lanceur d’il y a deux ans que pendant le camp. Si on a ce J.J. toute la saison, ce sera une belle arme pour nous», soulignait le gérant.

La série se poursuit, samedi (18h). Pour l’occasion, l’Australien Ryan Searle fera ses débuts face à l’ex des majeures, Lendy Castillo.

+

LA BAGUE AU DOIGT

Un trop grand nombre de joueurs vétérans et de catégories LS-5 a forcé le gérant des Jackals d’inscrire le nom de Mat Latos sur la liste des blessés pour le séjour au Stade Canac. Patrick Scalabrini était déçu de ne pas pouvoir affronter l’ancien lanceur des ligues majeures. «J’aurais aimé qu’il lance à Québec. Sa présence est bonne pour notre Ligue, j’ai hâte de voir de quoi il a l’air. Ça n’arrive presque jamais qu’un joueur de son expérience opte pour la Can-Am, habituellement, ils vont dans la Ligue Atlantique. Et s’ils le font, c’est souvent pour entreprendre une transition de joueur actif à entraîneur des lanceurs», notait le gérant des Capitales, qui a reçu sa bague du championnat de la saison 2017 avant le match. En plus des joueurs de l’alignement actuel qui ont goûté au champagne, en septembre, quelques-uns n’enfilant plus l’uniforme blanc à rayures bleues étaient présents, comme Nolan Becker, Joey Maher et Jon Fitzsimmons, qui se remet d’une reconstruction du coude (opération Tommy John) subie il y a six semaines. 

+

LEE PRÈS D'UN RETOUR

Incommodé par une blessure à un orteil, le gaucher Brett Lee lancera le long des lignes, samedi. Si tout se passe comme prévu, il pourrait quitter la liste des blessés pour agir comme partant, mardi, lors du premier match de la série à Rockland. «Il prend du mieux. Le plan, c’est de l’utiliser s’il est disponible. Sinon, on attendra à la fin du deuxième tour de la rotation. Mais peu importe, il faudra lui faire une place lorsqu’on l’activera», notait Patrick Scalabrini, sans toutefois identifier le joueur qui serait sacrifié pour libérer une place dans l’alignement. Lee s’était notamment imposé en fin de saison et dans les séries éliminatoires, la saison dernière. Il a conservé une fiche de 4-3 en 2017 et s’avère l’unique gaucher de la rotation.

LIRE AUSSI : MAT LATOS VEUT RETROUVER LE PLAISIR DE LANCER