Afin d’amuser les spectateurs qui attendaient de savoir si le match entre les Miners et les Capitales se poursuivrait après l’orage, Tyson Gillies a pratiqué ses glissades dans la toile installée au marbre.

Un violent orage en première manche force l’annulation du match des Capitales

Ce ne sont pas les Miners de Sussex County qui ont arrêté les Capitales de Québec jeudi, mais plutôt la pluie et l’orage qui sévissaient au Stade Canac et ont forcé l’arrêt des opérations après plus d’une heure de délai.

Les Caps et les Miners n’ont même pas eu le temps de compléter la première manche de jeu quand la pluie, la foudre et le tonnerre ont commencé à se déchaîner. La marque était toujours de 0 à 0 alors que les Capitales étaient au bâton et que le gros frappeur Tyson Gillies s’amenait à la plaque avec deux retraits et Stayler Hernandez au premier but.

Le match se poursuivra le 6 juillet lors de la prochaine visite des Miners à Québec. Les spectateurs pourront alors utiliser leur billet de jeudi pour ce match ou toute autre partie locale de la saison.

Scalabrini suspendu

Entre temps, les Capitales recevront vendredi, samedi et dimanche les étoiles de la Ligue de l’île japonaise de Shikoku. C’est l’entraîneur des frappeurs Tim Smith qui agira comme gérant des Caps alors que Patrick Scalabrini purgera une suspension d’un match qui lui a été imposée suite à la sainte colère qu’il a piquée mercredi soir contre l’officiel Patrick Allard.

Scalabrini avait lancé un bâton et une chaise sur le terrain et se préparait à propulser la béquille de l’entraîneur des lanceurs Karl Gélinas avant de se raviser. «Il m’a dit que le bâton aurait passé, la béquille aurait passé, mais pas la chaise», a déclaré jeudi soir celui qui, par le passé, avait déjà écopé de cinq matchs de suspension pour avoir lancé quelques pièces de mobilier sur le terrain de balle. 

Smith, qui avait déjà évolué au premier but pour les Capitales, avait aussi commencé le match de jeudi comme gérant, ce qui ramènera techniquement la suspension de Scalabrini à un match... et une manche.

La suspension n’empêchait cependant pas Scalabrini de lancer l’entraînement au bâton de ses protégés. Malgré tout, c’est un lance-balles qui proposait ses offrandes aux frappeurs des Capitales jeudi soir avec la supervision du gérant. 

«J’ai lu un article où on disait que les ligues majeures et les ligues mineures procédaient de plus en plus de cette façon. On veut amener ça tranquillement, amener les gars à travailler leurs balles. Ce ne sera pas tous les jours, mais ça pourrait arriver après une moins bonne performance de l’attaque», a expliqué le gérant. 

Celui-ci avoue d’ailleurs qu’à l’époque où il était sur le terrain, il n’était pas le plus chaud partisan de cette façon de faire. «Moi, je n’aimais pas ça en tant que joueur. J’aimais bien frapper mes balles solidement avant la partie. Cependant, j’ai remarqué qu’aujourd’hui, ça frappait plus au champ opposé.»

Suspendu ou pas, le gérant des Caps ne cesse jamais de tenter de trouver des façons d’améliorer son alignement. Même si les Jeux panaméricains n’auront lieu que dans quelques semaines, il a déjà commencé à magasiner pour trouver ceux qui remplaceront les six joueurs qu’il perdra au profit des équipes nationales du Canada et de Cuba.

Nouveau lanceur 

«À ce moment-là, Karl Gélinas sera de retour au monticule, tout comme le joueur de champ intérieur T.J. White. Et nous aurons un autre lanceur qui nous rejoindra à partir de lundi pour le voyage au New Jersey», poursuit Scalabrini. 

L’artilleur en question est Levi Mavorhis, un ancien de l’organisation des Cardinals de St. Louis âgé de 24 ans. Surtout utilisé en relève chez les professionnels, le droitier de 6 pieds 2 pouces et 215 livres était un lanceur partant dans les rangs universitaires avec les Wildcats de l’Université Kansas State. 

Il n’avait pas encore lancé cette année après une campagne à oublier l’an dernier avec les Chiefs de Peoria au niveau A, puis avec les Wildthings de Washington dans la Ligue Frontier, où il avait cumulé une moyenne de points mérités de 6.27.

+

BOBBY BARIL TROP OCCUPÉ

Les responsabilités accrues de Bobby Baril comme directeur général des Capitales de Québec l’ont forcé à abandonner un autre de ses nombreux boulots dans le domaine du sport. Il a annoncé jeudi qu’il quittait son poste d’entraîneur de l’Assurancia de Thetford Mines dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). Baril quitte avec une fiche de 196 victoires et 166 défaites en neuf saisons, un championnat du calendrier régulier et deux conquêtes de la Coupe Vertdure. Il demeurera cependant directeur général de la formation thetfordoise et s’est déjà mis à l’œuvre pour recruter son successeur derrière le banc ainsi que des hockeyeurs pour compléter l’alignement en vue de la prochaine saison. Ian Bussières