Jordan Lennerton a marqué dès la première manche en profitant d'un mauvais lancer de l'artilleur des Champions. 

Un autre grand chelem de Sams

Pendant qu'Arik Silula contenait l'attaque des Champions d'Ottawa au minimum, lundi soir, Kalian Sams a dirigé l'offensive des Capitales avec un grand chelem et cinq points produits dans une victoire de 9-3 de Québec.
«Je n'attendais pas un tir en particulier. Je savais que les buts étaient remplis et je voulais juste mettre le bâton dessus», a expliqué Sams, après la rencontre, à propos de ce lancer de Matt Tulley obtenu avec un compte de trois balles, deux prises et aucun retrait, en cinquième manche.
Sams a catapulté la balle dans la gauche pour faire passer le pointage de 4-2 à 8-2 en faveur des résidents du Stade Canac. Les 1503 spectateurs étaient aux anges. 
Frappeur par excellence du mois de juin dans la Ligue Can-Am, Sams réalisait une deuxième claque de quatre points cette saison, mais seulement sa troisième en carrière. «C'était quand même un bon tir, une courbe vers l'extérieur et basse. Mais j'ai mis le baril du bâton dessus. Je ne sais pas comment, mais je l'ai eue. C'est une bonne sensation», a commenté celui qui avait aussi produit le premier point des vainqueurs à l'aide d'un simple, en première manche.
Rappelons que Sams avait loupé le match de dimanche, à Sussex, parce qu'il se sentait malade. Peut-être un cas de déshydratation, croit-il.
Dans l'autre vestiaire, le gérant Hal Lanier admettait le risque d'envoyer un lanceur partant aussi inexpérimenté que la recrue Tulley contre une puissante attaque comme que celle de Québec. «La localisation de ses tirs lui a fait plus mal qu'autre chose. La situation n'était pas évidente pour lui à son premier départ. Et quand tu offres une balle suspendue comme celle-là à un gars dangereux comme Sams, il te le fait payer.»
Consolation
Lanier se consolait avec les 10 coups sûrs de ses Champions, contre 11 pour les Capitales. Mais avec une fiche 11 matchs sous ,500, à 16-27, le vieux routier constate encore une fois que les victoires ne se gagnent pas sur papier.
Chez les Capitales, le gérant Patrick Scalabrini jubilait de voir le bon boulot abattu par Sikula pour un deuxième départ d'affilée. L'ancien closer semble en voie de réussir sa transformation de releveur à partant. Avec deux points mérités sur huit coups sûrs en sept manches et deux tiers de travail, lundi, il n'a accordé que trois points à ses deux derniers départs (13,2 ml).
«Il ne cherche plus à retirer tous les frappeurs sur des prises comme un closer, mais cherche davantage le contact faible, si possible», fait valoir Scalabrini, qui retrouvait lui-même son poste après six jours de congé de maladie dû à un abcès sur l'amygdale.
Les récents succès de Sikula coïncident avec le retour de sa balle rapide coupée, tir qu'il avait auparavant remisé. Le fait qu'il lance aussi longtemps, lundi, a aussi permis de préserver un enclos de releveurs très mal en point. Une autre raison pour Scalabrini de sourire.
Le patron se pourléchait de plus à l'idée de voir son as lanceur Karl Gélinas affronter l'ancien des ligues majeures, Philippe Aumont, mardi soir, devant ses yeux. Scalabrini considère qu'Aumont possède encore «un bras des majeures» et que si le grand droitier est à son mieux, les frappeurs des Capitales n'auront que très peu de chance d'y toucher. Mais comme cela se joue sur le terrain, c'est à voir mardi.
Lanier en a vu d'autres, trois autres!
Hal Lanier
Hal Lanier fête son 75e anniversaire, mardi. C'est dire que du baseball, l'homme en a vu beaucoup dans sa longue carrière de joueur et d'entraîneur. Il a entre autres passé 18 saisons dans les ligues majeures : 10 comme joueur, trois comme gérant et cinq comme instructeur adjoint. Le match sans point ni coup sûr de Philippe Aumont, la semaine dernière, était le quatrième dont il était témoin. Les 17 et 18 septembre 1968, Lanier a joué dans deux matchs sans point ni coups sûr livrés par les deux mêmes équipes deux jours de suite, soit les Giants de San Francisco (Gaylord Perry), pour qui Lanier patrouillait l'arrêt-court, et les Cardinals de St. Louis (Ray Washburn). Un doublé jamais reproduit depuis. Lanier dirigeait de plus les Astros de Houston le 25 septembre 1986, quand Mike Scott a réduit l'attaque de San Francisco au silence pour sceller le championnat de division au profit des Astros à leur dernier match local.
Lee blessé, Gillies s'amène
Alors que le lanceur partant Brett Lee a été placé sur la liste des blessés de façon rétroactive à son dernier départ du 27 juin, les Capitales ont embauché le jeune Tyler Gillies, un Ontarien tout juste sorti de l'Université de la Colombie-Britannique. Lundi, alors qu'il ne devait à l'origine que lancer que sur essai dans l'enclos des releveurs, Gillies a plutôt officié avec succès durant une manche et un tiers, fin de huitième et neuvième au complet, affrontant six frappeurs des Champions. Gillies a été recommandé par Adam Arnold, un ancien des Capitales devenu éclaireur pour les Blue Jays de Toronto. Toujours chez les lanceurs des Capitales, Jon Fitzsimmons aura bientôt le coeur net sur la nature du malaise au coude qui le tiendra éloigné du jeu pendant au moins trois semaines. Mercredi, le releveur étoile subira un examen d'imagerie par résonance magnétique. Ordonnance du médecin de l'équipe, Richard Blanchet, qui s'était a priori montré rassurant en parlant d'un simple étirement du ligament latéral.