Les Capitales auront trois représentants sur l’équipe canadienne qui prendra part aux Jeux panaméricains disputés à la fin du mois de juillet au Pérou. Dustin Molleken, Tyson Gillies et Scott Richmond ont appris la nouvelle mardi.

Trois Capitales, mais pas de Gélinas dans l’équipe canadienne

Trois joueurs des Capitales seront dans l’équipe canadienne aux Jeux panaméricains, fin juillet. Tyson Gillies, Dustin Molleken et Scott Richmond défendront la feuille d’érable au Pérou, mais pas Karl Gélinas. Deux autres gars de Québec y seront aussi, soit l’universitaire Édouard Julien et le retraité Jonathan Malo.

Ajoutez les trois Cubains Yordan Manduley, Stayler Hernandez et Vladimir Garcia. Ce qui donne six joueurs-clés des Capitales absents au moins deux semaines (22 juillet au 5 août), pour les Canadiens, ou même trois (18 juillet au 8 août), dans le cas des Cubains, pour disputer ce tournoi important dans le processus de qualification olympique pour Tokyo 2020.

Le gérant de l’équipe canadienne Ernie Whitt a aussi sélectionné trois anciens du club indépendant de Québec, soit Malo (2012 à 2016), Jordan Lennerton (2016 et 2017) et Jasvir Rakkar (2016). Trois joueurs qui n’évoluent dans aucun circuit professionnel cet été.

Les sélections des Julien, Malo et Lennerton s’expliquent sans doute par le manque de profondeur à l’avant-champ à travers le pays. Par contre, les choix d’un Rakkar, qui n’a pas excédé le A fort, et même d’un Chris Leroux, ancien des majeures à la retraite, permet de se questionner sur les critères de sélection pour les lanceurs.

«C’est à n’y rien comprendre...» soupirait Gélinas, dans le vestiaire, mardi. Gélinas soigne une blessure à la cheville gauche, mais envisage un retour à la mi-juillet. Il estime donc qu’il aurait été prêt pour prendre l’avion avec ses trois coéquipiers canadiens. De toute façon, la décision semble avoir été prise avant sa blessure.

«Je n’ai eu aucun contact direct ou indirect avec la direction de l’équipe canadienne», dit Gélinas. «Je sais que Denis Boucher, l’instructeur des lanceurs, était à Ottawa lors de mon dernier départ [11 juin]. J’ai eu une mauvaise manche, mais sinon, c’était un bon départ. Et mes chiffres pour la saison sont bons! C’est juste décevant...» laisse tomber celui qui montre une fiche de 1-3 et une moyenne de points mérités de 3,06 en cinq départs.

Double champion

Si le fait que Gélinas a presque 36 ans a joué contre lui, Richmond aura 40 ans en août et Molleken, 36. Leroux vient d’avoir 35. Malo a 35 et le voltigeur Rene Tosoni, un autre retraité sélectionné, bientôt 33. Richmond (2-3, 5,78) a de moins bonnes statistiques, mais il a déjà évolué dans les majeures, tout comme Molleken, Leroux, Tosoni et Philippe Aumont (4-2, 2,01), autre Québécois choisi issu de la Ligue Can-Am.

Le Canada est double champion en titre en baseball aux Jeux panaméricains.


« Je sais que Denis Boucher, l’instructeur des lanceurs, était à Ottawa lors de mon dernier départ [11 juin]. J’ai eu une mauvaise manche, mais sinon, c’était un bon départ. Et mes chiffres pour la saison sont bons! »
Karl Gélinas

«C’est toujours un honneur de porter le chemisier écrit Canada sur la poitrine. Je suis dans le programme national depuis 2008 et c’est toujours une superbe sensation d’être choisi», affirme Molleken, qui a remporté l’or en 2011. Mais pas en 2015, alors qu’il était dans le AAA des Indians de Cleveland et a refusé l’invitation, espérant être rappelé par la grande équipe. Ce qui n’est pas arrivé.

«L’esprit d’équipe est toujours très fort et notre acharnement au travail nous permet de penser pouvoir gagner chaque match», explique celui qui côtoie Richmond dans l’équipe canadienne depuis 2009 et Gillies depuis 2012. Ils participeront à un camp d’entraînement de quelques jours en Floride, avant de prendre un vol pour Lima.

Quant à l’absence de Gélinas dans l’alignement, Molleken dit n’avoir aucune explication sur le sujet.

Même que deux lanceurs choisis par Whitt évoluent encore dans les rangs universitaires américains, comme Julien, soit Eric Cerantola et Ben Abram.

Par ailleurs, le releveur Jonathan de Marte quittera aussi bientôt les Capitales pendant neuf jours (29 juin au 7 juillet) pour participer à un tournoi international avec l’équipe d’Israël, en Bulgarie.