T.J. White a été l’un des joueurs les plus appréciés des amateurs du Stade Canac ces dernières saisons.
T.J. White a été l’un des joueurs les plus appréciés des amateurs du Stade Canac ces dernières saisons.

T.J. White pourrait-il revenir avec les Capitales en 2021?

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Les Capitales de Québec pourraient avoir frappé un véritable coup de circuit en faisant l’acquisition de David Glaude, en 2019. À compter du 16 décembre, T.J. White goûtera à son autonomie et le gérant Patrick Scalabrini n’écarte pas l’idée de présenter une offre au populaire joueur cédé aux Aigles de Trois-Rivières en retour du Québécois.

Pardon? Glaude et White pourraient se retrouver dans le même alignement alors qu’ils ont été échangés l’un contre l’autre? Voilà qui mérite des explications.

Tous les joueurs n’ayant pas signé de contrat pour la saison 2020 deviendront des agents libres s’ils n’ont pas signé à nouveau avec leur équipe respective d’ici là.

À Québec, des joueurs d’impact comme Karl Gélinas, Yordan Manduley, Dany Giroux-Paradis et Jhalan Jackson, par exemple, se retrouvent dans ce groupe puisqu’ils n’avaient pas eu le temps de signer leur contrat pour la saison 2020, qui fut finalement annulée. À Trois-Rivières, White est aussi l’un de ceux-là.

«À partir du 16 décembre, il y a de nombreux joueurs de la Ligue Frontier, dont plusieurs gros noms, qui deviendront libres comme l’air et qui peuvent ensuite signer où ils le veulent. On pourrait offrir un contrat à ceux qui nous appartiennent encore dès maintenant ou attendre plus tard pour le faire, mais les joueurs dans cette position ne sont habituellement pas pressés de signer à ce moment-ci avec la fenêtre qui s’ouvre pour eux dans quelques semaines», précisait Scalabrini.

Ce qui nous amène à T.J. White, qui a été l’un des joueurs les plus appréciés des amateurs du Stade Canac ces dernières saisons. En novembre 2019, les Capitales l’avaient échangé à regret aux Aigles dans l’une des plus importantes transactions de leur histoire en retour de Glaude, un joueur de Québec auteur de 13 circuits et 49 points produits à Trois-Rivières lors de ce qui fut la dernière saison de la Ligue Can-Am en 2019. Maintenant à la barre des Boulders de New York (anciennement Rockland), T.J. Stanton avait négocié l’échange avec Scalabrini afin de répondre au désir de Glaude de poursuivre sa carrière dans sa ville.

«Techniquement, T.J. pourrait signer avec nous à partir de la mi-décembre. Il avait prévu jouer au Mexique, en 2020, ça devrait être encore le cas en 2021, mais si jamais il ne pouvait pas y aller ou s’il manifestait le désir de revenir à Québec, c’est sûr qu’on lui ferait de la place», expliquait le gérant des Capitales pour qui ce dossier n’est pas prioritaire pour l’instant… mais qui pourrait le devenir dans les prochains mois s’il était disponible.

«Pour l’instant, c’est seulement hypothétique, nous n’avons pas le droit de parler à aucun joueur, à part ceux qui nous appartiennent encore jusqu’au 16. Et encore faudrait-il que ça lui tente de revenir, mais je sais qu’il avait beaucoup aimé ses deux saisons avec nous. Si T.J. jouait avec nous, l’an prochain, je pense que me je ferais huer à Trois-Rivières», ajoutait le gérant en souriant.

LANCEUR FRANCO-MANITOBAIN

En plus de reconduire le contrat de Glaude, les Capitales ont récemment ajouté quelques lanceurs à leur formation pour la saison 2021. Ils ont notamment mis la main sur Marc-André Habeck, un droitier franco-manitobain ayant connu du succès en ligue italienne, ces dernières années.

Le lanceur de 26 ans, qui possède la double nationalité française et canadienne, était dans la mire du gérant Patrick Scalabrini, l’été dernier, alors qu’il courtisait des joueurs canadiens afin de participer au tournoi à quatre équipes qui aurait eu lieu à Québec et Trois-Rivières.

«Il s’est développé un peu sur le tard après son séjour dans les rangs collégiaux américains. Il a joué avec l’équipe nationale de la France, et avec le succès qu’il a connu dans des compétitions internationales, il a signé avec une formation italienne, il y a deux ans. Il avait bien fait à sa première année, et en 2019, il s’est retrouvé à Parma Clima, une autre bonne équipe en Italie», expliquait Scalabrini, fier de son coup.


« Si T.J. [White] jouait avec nous, l’an prochain, je pense que me je ferais huer à Trois-Rivières »
Le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini

Habeck a conservé une fiche de 4-7 et une moyenne de points mérités de 4,54 à Padova, effectuant 11 présences (mpm de 2,48) en relève à Parme. Il est un produit de l’Université Georgia State, à Atlanta, où il a gradué en 2016.

«Il lance plus fort qu’à l’époque du collège. Son rêve était d’évoluer dans les rangs professionnels américains après ses études, mais il a plutôt pris la route de l’Europe. Je lui avais parlé un peu, cet été, et j’ai réussi à le convaincre de se joindre à nous», notait celui qui le voit batailler pour un poste de partant.

ADAMES TOUJOURS DANS LES PLANS

Les Capitales ont d’ailleurs fait parvenir à la ligue les contrats de plusieurs lanceurs, ces derniers temps, comme ceux de Sam Adames, Marshall Shill, Frank Mosciatello, Joe Rivera. Ils ont aussi exercé leur option sur plusieurs joueurs qui étaient sous contrat pour la saison 2020.

«L’an passé, je me suis pincé à quelques reprises quand j’ai recruté Adames, un lanceur dominicain ayant joué à Yomiuri dans la meilleure ligue du Japon. Il lance présentement dans la Ligue d’hiver en République dominicaine, mais il conservera son statut de recrue pour la saison 2021. Reste à voir, maintenant, s’il lui sera possible de venir à Québec malgré la pandémie», ajoutait Scalabrini.

Les Capitales n’ont pas terminé leur magasinage pour l’été prochain, loin de là. Le gérant a encore besoin de deux gros lanceurs partants et deux bons frappeurs. Il espère le retour de l’avant-champ Brendan Fischer, une recrue productive en 2019, et prévoit la présence du voltigeur Jonathan Lacroix, mis sous contrat en prévision de la saison 2020. Pour l’instant, le rapide voltigeur David Salgueiro songerait à accrocher ses crampons.

«Il me reste encore pas mal de travail à faire, mais pour ce qui est de confirmer le retour de joueurs déjà sous contrat, nous sommes en avance sur les années passées», notait celui qui avait prévu effectuer des changements à son alignement de 2019 puisque l’équipe avait connu une saison de misère en terminant au dernier rang de la Ligue Can-Am avec seulement 36 victoires en 95 matchs.