Le voltigeur de droite Nick Van Stratten ne s'est pas contenté de donner le ton en attaque, mardi, lui qui a glissé au sol pour priver Chase Harris d'un coup sûr dès la première manche.

Searle retrouve sa touche, Québec gagne 4-1

Malmenés la veille, les lanceurs des Capitales de Québec ont eu le dessus sur les frappeurs des Champions d’Ottawa, mardi, au Stade Canac, pour l’emporter 4-1.

Le duel de lanceurs entre Ryan Searle (7-3) et Edilson Alvarez (3-3) a été à l’avantage de celui de la formation locale, qui retrouvait le chemin de la victoire après deux défaites de suite. Il s’agissait d’une deuxième victoire à leurs huit derniers matchs tandis que les visiteurs s’inclinaient une quatrième fois à leurs cinq plus récentes rencontres.

Défait à sa dernière sortie à Rockland, le droitier australien avait plus l’allure du lanceur qu’il était en début de saison que dans les deux dernières semaines. Il a tenu l’adversaire en déséquilibre pendant sept manches, n’accordant qu’un point et cinq coups sûrs.

«J’étais vraiment fatigué ces derniers temps, on passe tous par là au cours d’une saison, surtout avec le mauvais calendrier de voyage que nous avons. Je me suis permis d’accorder du repos à mon corps, je me sentais beaucoup plus fort», notait Searle, en soulignant l’apport défensif de ses coéquipiers.

Défait à sa dernière sortie à Rockland, le droitier australien avait plus l’allure du lanceur qu’il était en début de saison que dans les deux dernières semaines. Il a tenu l’adversaire en déséquilibre pendant sept manches, n’accordant qu’un point et cinq coups sûrs. Nolan Becker, qui a complété le travail en neuvième manche, a récolté son 11e sauvetage de la saison.

«Tout part de nos lanceurs, ce sont eux qui dictent le rythme, l’approche des frappeurs. Si on obtient des départs de qualité, ce qui n’a pas été le cas dernièrement, nos chances de l’emporter sont excellentes. Avec toutes les mouches qui tombent, nous avons besoin de Searle», a raconté le gérant Patrick Scalabrini à propos de l’important membre de la rotation.

En quête de constance

Dans le clan adverse, on levait notre chapeau au lanceur des Capitales. Après les 10 points de la veille, les Champions n’ont pas été aussi productifs en attaque.

«Nous commençons à avoir besoin de partir sur une bonne séquence. Il faut trouver de la constance, d’une façon ou l’autre. On a eu une grosse partie, lundi, mais on a été tenu au silence, ce soir [mardi]. L’idéal serait de marquer six points tous les soirs», a précisé Sébastien Boucher, frappeur de choix et entraîneur adjoint des Champions.

Boucher a apprécié l’effort d’Alvarez, un ancien lanceur des Aigles de Trois-Rivières qui a aussi joué pour les deux équipes itinérantes, Salina et Hollywood, cette saison.

«Il se rend toujours à sept ou huit manches. Il n’y a que la première [manche] où ç’a été un peu plus difficile. Il a fait son travail, mais Searle a été très bon, il maîtrisait bien tous ses lancers», a ajouté Boucher, dont le club occupe le dernier rang du classement de la Ligue Can-Am. C’est le vétéran Coco Johnson qui a produit l’unique point des Champions.

Nick Van Stratten a donné le ton pour les Capitales avec deux coups sûrs et deux points marqués à titre de premier frappeur de l’alignement. James McOwen a aussi frappé deux coups sûrs pour Québec. «Il a été notre bougie d’allumage. Il nous donne de l’énergie, c’est un leader dans la chambre, il est positif et il veut être au cœur de l’action», soulignait Scalabrini à propos du vétéran voltigeur.

Les Capitales occupent le deuxième échelon du classement de la Ligue Can-Am à six matchs des Miners de Sussex County. «Il nous reste un gros match [mercredi], il faut gagner contre l’équipe de dernière place», a ajouté le gérant, dont la troupe reprendra ensuite la route pour une série contre les meneurs au classement à compter de jeudi.

+

LEBRON BLESSÉS AUX ADDUCTEURS

Après avoir passé des radiographies et deux échographies, le voltigeur Edgar Lebron a finalement appris, mardi après-midi, qu’il souffrait d’une déchirure des adducteurs (muscles internes de la cuisse) de la jambe gauche. Ce n’est pas la même blessure qui l’avait mis sur le carreau pendant un mois, en juin, ni celle ayant nécessité une opération, il y a deux ans. «Il s’agit d’une déchirure, sa saison est terminée. Dans les circonstances, c’est moins pire qu’on pensait à l’origine, car sur le coup, on pensait qu’il s’était fracturé le fémur ou disloqué la hanche. L’objectif sur le terrain était d’abord de le calmer», a expliqué Jérôme Lizotte, le physiothérapeute en fonction cette semaine avec les Capitales. Lebron aura donc disputé 34 matchs, conservant une moyenne offensive de ,234. Il était cependant retiré au bâton beaucoup trop souvent (39 fois en 94 présences). Une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule puisque le pare-brise de la voiture de Lebron a été endommagé par une balle fausse pendant ce match.

+

WILSON FINALEMENT À QUÉBEC

À deux reprises, il a décliné l’invitation de Patrick Scalabrini de se rapporter aux Capitales, mais la troisième fois a été la bonne. L’Ontarien Liam Wilson a finalement décidé de se pointer à Québec après avoir reposé son corps pendant un mois au terme d’une saison universitaire, où il a frappé pour ,355 avec 27 doubles. Il était le coéquipier du lanceur J.P. Stevenson à Canasius College évaluant dans la conférence Metro Atlantic Athletic, en première division de la NCAA. «J’avais besoin de prendre une pause, j’étais un peu magané après la saison, mais là, je suis prêt à jouer à nouveau. Il y avait un peu d’intérêt envers moi pour le repêchage, mais je ne l’ai pas été [repêché]. J’avais hâte de me trouver quelque chose dans le baseball», a dit le frappeur droitier de 23 ans, inséré dans l’alignement comme frappeur de choix dès son arrivée en ville.