Même s’il a accordé 4 points mérités en 4,1 manches de travail, le gérant Patrick Scalabrini juge que le nouveau venu Juan Benitez a suffisamment bien fait pour demeurer avec les Capitales.

Rockland 6/Québec 2: Manque de ressources fatal

Vendredi 13 s’est avéré jour de chance pour les Boulders de Rockland. Contre des Capitales privés de trois frappeurs-clés, dont leur gros cogneur Kalian Sams, et utilisant trois lanceurs qui n’étaient même pas avec l’équipe deux jours plus tôt, les visiteurs au stade de Québec l’ont facilement emporté 6-2.

Les locaux ont d’abord confié la balle à Juan Benitez (4,1 ml, 4 pm, 7 cs), puis à Dany Paradis-Giroux (1 ml, 2 pm, 1 cs) et Joey Maher (1 ml), trois signatures d’urgence réalisées au cours des heures précédentes.

Ils ont ensuite employé le joueur de position Lachlan Fontaine (1 ml) sur la butte pour boucler la neuvième manche. Andrew Elliott (1,2 ml), en cinquième et sixième manches, a donc été le seul membre à part entière du personnel de lanceurs des Capitales à voir de l’action dans la rencontre.

Benitez reste le point de mire. Dominicain de 6’6” arrivé jeudi de l’Ontario, où réside sa conjointe, le droitier de 26 ans a fait assez bonne impression pour mériter une seconde chance dans l’uniforme québécois. Vrai que sans un double-jeu raté en première manche, il s’en serait sorti avec moins de dégâts.

«C’est un gars qu’on veut revoir», a assuré le gérant Patrick Scalabrini, après le revers. «Il semblait rouillé au début, mais il a démontré une belle étoffe et s’est avéré plus précis autour de la zone des prises que ce à quoi on s’attendait. Il sait ce qu’il fait. Il ne peut pas entrer aux États-Unis pour l’instant parce qu’il n’a pas de visa, mais notre série suivante est à Ottawa», a expliqué l’instructeur-chef.

De son côté, Benitez disait avoir apprécié sa première expérience avec les Capitales, lui dont la prestation précédente remontait à deux mois, au Japon. «C’était plaisant, l’ambiance, l’équipe, les fans. Je n’étais pas au mieux de ma forme, mais j’espère bien faire ma place et rester avec l’équipe», a-t-il affirmé par le biais d’un traducteur.

Le pan de mur aux petites tresses a réalisé ses 92 lancers devant 3257 spectateurs, deuxième foule en importance cette saison au Stade Canac après la visite de Vladimir Guerrero le 21 juin.

Sams blessé

Indisposé à la main gauche après avoir été atteint jeudi en sixième manche, Sams n’a pas disputé la rencontre de vendredi. On réévaluera l’état de sa main au quotidien.

Le club de baseball indépendant de Québec devait déjà se passer de deux autres frappeurs importants en Maxx Tissenbaum, aussi blessé à une main, et Yordan Manduley, absent jusqu’au 2 août.

«Il nous manquait nos frappeurs 2, 3 et 4. C’est sûr qu’avec cet alignement-là, on ne fera pas beaucoup de dommage. C’est regrettable, parce que leur lanceur partant [Travis Hissong] n’était pas si dominant que ça», a observé Scalabrini, à propos de la production de six coups sûrs de ses protégés.

Les deux points produits des perdants appartiennent à Nick Van Stratten. T.J. White a mordu la poussière quatre fois sur des prises et Nick Gotta à trois reprises. Dans le camp vainqueur, après quatre en cinq et un point produit la veille, Kevin Krause a réussi deux autres coups sûrs et trois points produits, vendredi.

En plus du Dominicain Benitez et du Québécois Paradis-Giroux la veille, les Capitales ont mis sous contrat l’Américain Maher, qui était en ville. Retour d’un jour pour celui qui occupait le poste de cinquième partant l’an dernier avec Québec.

Rare élément de stabilité au monticule, le solide Arik Sikula sera le premier à y grimper samedi (18h05) pour les locaux dans le troisième duel de quatre contre Rockland. Prêt, pas prêt, Brett Lee sera quant à lui à son poste dimanche pour la première fois en trois semaines.

+

BEAUCOUP DE CIRCUITS, BEAUCOUP DE BLESSURES

S’il veut se plaindre de l’épidémie de blessures qui afflige les Capitales, Patrick Scalabrini ne trouvera pas une oreille attentive auprès de son vis-à-vis des Boulders. Le gérant Jamie Keefe vit avec une infirmerie encore plus bondée, et ce, depuis le premier jour de la saison. Non, en fait, le quatrième.

«Quand tu perds ton deuxième-but partant [Rylan Sandoval] et ton vétéran lanceur [Nick Sarianides] dans les quatre premiers jours de la saison, ce n’est pas évident. Puis quand Justin Topa est parti [avec l’organisation des Rangers du Texas à la mi-juin], Ryan Deemes devenait notre lanceur partant numéro un. Il a reçu l’opération Tommy-John au coude ce matin! J’ai eu neuf gars blessés, d’une jambe cassée à un ligament du genou déchiré. C’est là qu’on en est», a expliqué Keefe, avant le match de vendredi, en observant Sarianides effectuer des lancers sur le monticule d’exercice.

Les Boulders sont troisièmes au classement. Mais dominent outrageusement la Ligue Can-Am avec déjà 85 circuits. Tout cela sans Joe Maloney, auteur du record de ligue de 35 circuits l’an dernier, ce qui avait mené Rockland à une saison record de 115 bombes pour l’équipe. Une simple règle de trois nous permet de projeter une récolte de 160 longues balles cet été!

Cody Regis, absent depuis trois jours à cause d’une blessure à l’épaule, a déjà 16 claques de quatre buts, soit deux de plus que toute sa saison 2017. Il est deuxième de la Can-Am, derrière Taylor Brennan, des Aigles (18). Parmi les 10 frappeurs de la Can-Am affichant 10 circuits ou plus, la moitié porte l’uniforme des Boulders. Le petit stade de frappeurs de Rockland y est pour quelque chose, mais de telles statistiques s’expliquent par plus.

L’histoire est différente au monticule. Les Boulders ont jusqu’ici utilisé 16 lanceurs partants en 53 matchs. En comparaison, Juan Benitez est devenu vendredi le 10e lanceur à amorcer une rencontre pour les Capitales en 2018.  Olivier Bossé