Le bébé que Stéphane Dionne a pris dans ses bras dans un vestiaire en Oklahoma il y a 23 ans est maintenant un solide gaillard de 6’1” pesant 207 livres. Le Québécois a retrouvé Joey Lytle au Stade municipal. Le jeune baseballeur prend part au camp d’entraînement des Capitales avec qui il convoite le poste de receveur substitut.

Retrouvailles capitales

Quand on dit que le monde est petit. Le monde du baseball encore plus. Mais quelles étaient les chances pour Stéphane Dionne de voir le bébé qu’il a pris dans ses bras dans un vestiaire en Oklahoma il y a 23 ans se pointer à Québec pour un essai avec les Capitales, l’équipe qu’il a aidée à fonder? Et lui aussi est receveur!

Joe Lytle n’est plus un bébé. Du haut de ses 6’ 1” et 207 lb, le jeune homme se montre à l’aise sur le terrain du stade de Québec depuis une semaine et travaille fort pour s’accaparer le poste de receveur substitut en vue de la saison qui débute jeudi prochain.

«Quand il est arrivé chez nous, j’ai réalisé à quel point la boucle vient de se boucler», affirme Dionne, ressassant des souvenirs qui datent maintenant d’un quart de siècle.

Joueur de la première heure des Capitales, en 1999, puis instructeur adjoint, Dionne avait tenté sa chance dans le baseball indépendant dès 1993, à Saint Paul, au Minnesota. Les Saints n’avaient pas retenu les services du receveur québécois.

Mais l’instructeur des frappeurs des Dukes de Duluth, un certain Keith Lytle, lui a offert de venir jouer et étudier à l’Université d’Oklahoma City (OCU), où il coache encore depuis près de 30 ans.

«Je dois tout à Keith Lytle! S’il ne me donne pas une chance, le baseball s’arrête là pour moi», explique le natif de Rimouski, alors une recrue universitaire de... 23 ans! Il a passé quatre ans à OCU, avant de finalement jouer dans le baseball professionnel indépendant, dont à Saint Paul et à Québec.

Le bébé que Stéphane Dionne a pris dans ses bras dans un vestiaire en Oklahoma il y a 23 ans est maintenant un solide gaillard de 6’1” pesant 207 livres. Le Québécois a retrouvé Joey Lytle au Stade municipal. Le jeune baseballeur prend part au camp d’entraînement des Capitales avec qui il convoite le poste de receveur substitut.

Comme en famille

Puis voilà que fiston Lytle se pointe en ville, après avoir été remarqué parmi 250 joueurs par le gérant Patrick Scalabrini lors d’un camp d’essai en Floride, ce printemps,

«Mon père m’avait déjà parlé de Stéphane, mais je ne le connaissais pas personnellement. Sauf qu’OCU, c’est comme une grande famille et on s’est bien entendus dès que je suis arrivé ici», affirme celui qui loge dans le sous-sol des Dionne, à Saint-Augustin, en attendant de voir s’il fera le club ou non.

Lytle s’y sent comme à la maison : il peut jouer au baseball... sur PS4 avec les deux fils Dionne, Jimmy et Zac, tandis que la première chose qu’il voit en descendant à sa chambre, c’est une photo de son père et son hôte accrochée au mur!

Né à Las Vegas, Joe a été adopté par Keith et Jane, dont la sœur travaillait dans l’hôpital. «Quand ma tante a su que mes parents avaient de la misère à avoir un enfant, elle leur a parlé de ce bébé qui allait naître sans maison et ils ont sauté sur l’occasion. J’ai juste été très chanceux», résume celui qui a toujours vécu à Yukon, en Oklahoma, aussi ville du chanteur country Garth Brooks.

Le jeune n’a jamais cherché à connaître ses parents biologiques.

Bon endroit, bon moment

Pas repêché à sa sortie de l’université l’an dernier, malgré les promesses de quelques organisations, Lytle s’est tourné vers le baseball indépendant. Il a disputé 13 matchs dans la Ligue Frontier en 2018, pour une moyenne au bâton de ,214 et trois points produits

«J’avais remarqué son bras canon pour lancer sur les buts lors de la première journée du camp d’essai et ce soir-là, notre receveur Michael Cruz signait dans le baseball affilié. Je me suis dit que ça me prenait un troisième receveur au camp présaison», dit Scalabrini, à propos de son invitation.

«J’avais aussi remarqué son nom, parce que j’avais joué avec un Joe Lytle à Seminole State College, en Oklahoma. Mais il ne le connaît pas. Puis Stéph m’a appelé pour me parler de lui, ce qui a juste confirmé mon choix parce que je le considérais déjà», fait valoir l’instructeur-chef des Capitales.

Son poste est loin d’être assuré. Il se bagarre avec Brandon Bosher, repéré lors du même essai, et Chris Shaw pour deux emplois. Lytle a l’avantage d’avoir le statut de recrue et de pouvoir évoluer également au premier coussin et au champ extérieur.

***

Frappeur d’expérience recherché

Les Capitales sont toujours à la recherche d’un frappeur d’expérience, afin de finaliser l’alignement pour la nouvelle saison qui commence jeudi.

À la vue du tableau blanc qui trône dans son bureau du stade Canac et où il inscrit tout au long de la campagne les noms des membres de son alignement et leur statut respectif, le gérant Patrick Scalabrini ne s’estimait pas encore confortable vendredi avec ce qu’il voyait.

D’abord, il s’impatiente de voir arriver ses trois joueurs cubains et le releveur colombien. L’inter Yordan Manduley, le premier but Stayler Hernandez et les lanceurs Vladimir Garcia et Jaider Rocha constituent quatre gros morceaux du casse-tête composé dans les derniers mois.

Il croit être exaucé d’ici une semaine, mais la lenteur pour l’obtention des visas pour ses joueurs latins le laisse toujours un peu songeur.

Le patron voit quand même encore une faille dans son groupe de frappeurs et les recherches se poursuivent. Les joueurs qui sont au camp d’entraînement disposent des cinq prochains jours pour convaincre Scalabrini qu’il ne peut se passer d’eux.

Deux ou trois postes de joueurs de position sont à l’enjeu, tout comme deux emplois parmi les 11 ou 12 lanceurs qui seront retenus. Les deux matchs préparatoires de la fin de semaine s’avèrent donc cruciaux. 

Face aux Aigles

Samedi, 14h, à Sainte-Marie de Beauce, les Capitales affrontent les Aigles de Trois-Rivières pour l’inauguration du nouveau stade et le 275e anniversaire de la ville. Le vétéran Karl Gélinas (3 manches), l’ancien des ligues majeures Scott Richmond (3), le géant Tyler Olander (1), le nouveau venu Max Kuhns (1) et le Québécois Dany Paradis-Giroux (1) monteront sur la butte pour Québec.

Dimanche, 15h, à Coaticook, au tour des Champions d’Ottawa de se frotter aux Capitales. Le bouledogue roux Arik Sikula (3), la révélation du camp Matt Marsh (3), l’avant-champ devenu lanceur Lachlan Fontaine (2) et l’ancien des majeures Dustin Molleken (1) seront en action sur le monticule.

La pluie de vendredi a empêché la tenue d’un entraînement complet. Mais Scalabrini a tenu à répéter la course sur les coussins et à frapper des roulants à l’extérieur malgré le mauvais temps, pour que ses protégés s’habituent à la surface synthétique du stade de Québec, glissante quand elle est mouillée.