Cette visite au monticule de l’entraîneur des lanceurs Karl Gélinas n’a pas aidé Brett Lee à retrouver ses moyens. Le grand gaucher a éprouvé son lot d’ennuis, mardi, alors qu’il a accordé six buts sur balles en cinq manches aux frappeurs des Champions d’Ottawa, qui l’ont emporté 8-3.

Pluie de buts sur balles au Stade Canac

Était-ce le vent? L’excitation du retour à la maison? Toujours est-il que les lanceurs des Capitales ont perdu le marbre, mardi soir. Leurs 10 buts sur balles ont été l’une des causes principales de la défaite de 8-3 contre les Champions d’Ottawa.

Ça, et le brio d’un ancien, venu hanter le Stade Canac. Sébastien Boucher a connu un fort match en produisant quatre points et en cognant deux doubles.

Ça, et les erreurs, en particulier un rare faux pas de Yordan Manduley en cinquième manche. L’arrêt-court des Capitales a vu une balle lui glisser entre les mains et les jambes sur un potentiel double jeu. Les Champions ont inscrit trois points dans l’engagement.

«On en avait une très mauvaise dans le corps, apparemment», a réagi le gérant des perdants (14-10), Patrick Scalabrini, pardonnant son Cubain pour cette première crampe au cerveau en quatre ans. «Ç’a été un match très mal joué de notre part. C’est le classique “tu recommences à zéro et t’essaies de l’oublier le plus vite possible”.»

«On a eu beaucoup de coups sûrs pour plus d’un but avec des coureurs en position de marquer», a de son côté souligné le gérant Hal Lanier, dont les Champions (9-13) remportaient une troisième victoire consécutive. «On a joué notre match, on a volé des buts. On a bien réussi les jeux de base et on a été excellents en défensive.»

La foule en rajoute

Pendant qu’Austin Chrismon (3-2) s’illustrait pour Ottawa, malgré le vent, en accordant trois points en sept manches, le partant des Capitales, Brett Lee (0-1), en arrachait un peu, comme c’est souvent le cas cette saison. Les choses allaient bien avant l’erreur de Manduley, mais Lee a quitté le match après cette cinquième en ayant accordé quatre coups sûrs et trois points, dont deux mérités. Mais surtout cinq buts sur balles, dont un avec les buts remplis. La foule l’a même tourné en dérision, après une prise.

Andrew Elliott a fait encore pire en sixième, allouant quatre points et trois buts sur balles en deux tiers de manche. Scalabrini a été expulsé du match à travers tout ça lorsque l’arbitre du premier-but a rendu une décision controversée. Josh Vitters semblait avoir capté le relais venu du troisième, mais il a échappé la balle en tentant de la renvoyer dans sa main libre. L’arbitre a jugé qu’il n’avait jamais eu le contrôle de l’objet, ce qui a soulevé la colère du gérant. Un point était venu marquer sur le jeu. La reprise semblait donner raison au Capitales en chef. «C’est un jeu de routine. Il n’y a pas de call à faire. [Si] l’arbitre n’en fait pas, personne ne dit rien et c’est fini», a commenté Scalabrini.

Le frappeur suivant, Boucher, a frappé un double de deux points, puis Steve Brown a suivi avec un simple et c’était 7-1 pour les Champions… et très tranquille dans les estrades, malgré une belle foule de 2212 spectateurs.

Les points des Capitales ont été le résultat d’un ballon-sacrifice de James McOwen en première, d’un circuit en solo de Kalian Sams (4e) en sixième et d’un mauvais lancer de Chrismon en septième. Québec a frappé sept coups sûrs, dont deux chacun pour Sams et Vitters.

Deux aussi pour Coco Johnson et Jordan Caillouet du côté des gagnants, auteurs de neuf réussites. Steve Brown a produit deux points.

Les deux équipes se retrouvent mercredi soir (19h) pour le deuxième match de la série. Steve Borkowski (1-2) pour Ottawa et Lazaro Blanco (2-1) pour Québec sont les partants prévus.

+

BÉRUBÉ QUITTE L'ÉQUIPE

Le Québécois Marc-Antoine Bérubé prend une pause du baseball. Victime d’une pneumonie qui l’a exclu de l’alignement, voyant son potentiel temps de jeu réduit, l’athlète de Trois-Pistoles a choisi d’investir son temps ailleurs, du moins dans les prochaines semaines. «Après une discussion avec [Patrick] Scalabrini, j’ai appris que j’allais peut-être revenir seulement le 5 juillet pour le départ de Lazaro Blanco durant trois semaines. [...] Et après les trois semaines, Blanco allait revenir, alors je n’avais pas vraiment de garantie de finir la saison. Mes objectifs en allant là étaient de m’amuser, jouer et d’aider à gagner un championnat. J’ai vu que je n’allais pas avoir d’opportunités qui favorisaient ça alors j’ai décidé de me retirer», a expliqué Bérubé, 25 ans, lors d’un échange numérique avec Le Soleil. Bérubé fera un voyage prochainement et verra à son retour quelle direction donner à sa carrière. «Pour l’instant, j’ai envie de rester tranquille», a écrit l’ancien espoir des A’s d’Oakland, libéré en janvier. Bérubé aura lancé 2,2 manches avec les Capitales.