Des travailleurs s'affairaient à préparer le stade Canac, à Québec, mercredi.
Des travailleurs s'affairaient à préparer le stade Canac, à Québec, mercredi.

Pas de Ligue Frontier pour les Capitales et les Aigles avant 2021

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
La venue des Capitales de Québec et des Aigles de Trois-Rivières dans la Ligue Frontier de baseball indépendant prendra un an de plus que prévu. Les deux équipes ont confirmé mercredi qu’elles ne pourraient pas prendre part aux activités du circuit américain pour la saison 2020, mais gardent espoir de tenir tout de même un championnat de baseball professionnel au Québec cet été.

«Nous avons confirmé ce matin qu’on ne serait pas capable de joindre la ligue cette année. De leur côté, les gens de la Ligue Frontier ne savent pas encore s’ils pourront jouer une saison cette année avec les douze équipes américaines, en sous-groupe ou s’ils devront carrément annuler la saison», a déclaré au Soleil le président des Capitales, Michel Laplante.

Une chose est sûre cependant, la Ligue Frontier est toujours intéressée à accueillir les Aigles et les Capitales en 2021 dans un circuit unifié. «Ça ne change rien au regroupement annoncé au cours des derniers mois», assure Laplante.

Plan B

Celui-ci devra toutefois mettre de l’avant à vitesse grand V son plan B qui consiste à aligner quatre équipes à Québec et Trois-Rivières composées de joueurs de baseball professionnel canadiens. «Le but serait de commencer à la mi-juillet, alors nous devrons tout régler d’ici une à deux semaines», a déclaré le président des Caps.

Laplante et son équipe devront coordonner leurs décisions avec la direction de la santé publique, les autorités municipales et provinciales. «Les prochaines heures seront cruciales, mais je demeure optimiste avec les dernières annonces gouvernementales comme de quoi le baseball sera jouable. C’est beaucoup mieux que ce qu’on entendait il y a un mois.»

Michel Laplante a l’oeil sur les joueurs professionnels canadiens incapables de traverser la frontière pour rejoindre leur équipe aux États-Unis. Son bassin principal serait constitué de joueurs canadiens évoluant dans les circuits indépendants américains, notamment ceux des Goldeyes de Winnipeg qui ne pourront jouer aucun match local dans la formule d’urgence adoptée par leur ligue, l’Association américaine de baseball professionnel indépendant. Ensuite, les équipes se tourneront vers les joueurs canadiens évoluant dans le baseball mineur affilié.

«Je vois mal comment des équipes pourraient empêcher leurs joueurs de pratiquer leur sport s’il est impossible pour elles de les faire jouer», répète Michel Laplante, qui rêve de voir les meilleurs espoirs canadiens des ligues majeures s’affronter au Stade Canac et au Stade Quillorama.