Ébranlé par la tragique fin de combat d’Adonis Stevenson, le président des Capitales, Michel Laplante (à gauche), ne se battra pas contre son ami Steve Jobidon (à droite) lors de l’activité organisée par Denis Perreault (au centre) au profit de la Fondation du CHU pour les maladies du dos.

Michel Laplante renonce à son combat amical

Le président des Capitales de Québec Michel Laplante a finalement renoncé à l’idée de livrer un combat amical de boxe dans le cadre du Challenge XPN, le mercredi 12 décembre.

Il a pris sa décision dans les heures ayant suivi la publication d’un reportage dans Le Soleil de mardi, où il admettait remettre en question sa participation à cette activité en raison de l’état de santé d’Adonis Stevenson depuis son combat de championnat du monde contre Oleksandr Gvozdyk, samedi, au Centre Vidéotron.

«Malgré le fait que je crois être très bien réhabilité de mon accident [il a survécu à un écrasement d’hélicoptère en septembre 2016], et d’avoir été bien entraîné pour passer trois rounds avec un casque et des gants adaptés, je dois malheureusement me désister du combat», a écrit Laplante à ses partenaires et amis dans un courriel distribué en fin de journée, mardi.

«Vous avez été nombreux depuis quelques heures à me manifester vos inquiétudes et je crois qu’il est impossible pour moi de savourer un tel moment dans le doute. Votre respect m’est cher.»

Partisan de la cause

Laplante était tiraillé parce qu’il est fervent partisan de la cause au cœur de l’événement présenté sous le dôme du Stade Canac. Le Challenge XPN est une activité de financement au profit de la Fondation du CHU pour les maladies du dos. Environ 60 combats du genre sont à l’affiche, les 11 et 12 décembre, à Québec.

«J’ai passé une partie de la journée à discuter avec de bons amis. Plusieurs m’ont appelé à la suite de la publication de l’article et, en bout de ligne, il y avait trop de “non” pour que je le fasse. Mais je ne veux surtout pas que ma décision nuise à l’événement, qu’on annule tout cela à cause de moi. Je veux être un cas isolé, que l’on considère ma décision comme étant juste celle d’un gars qui a subi une commotion, il y a deux ans», précisait celui dont la présence a permis la vente de plusieurs billets et quelques tables pour l’occasion. Il s’est engagé à rembourser ceux qui le voudront.

Mais à sa grande surprise, Laplante a découvert que les gens l’appuyaient encore plus à la suite de son désistement. «Les gens m’ont dit qu’ils préféraient regarder les combats avec moi plutôt que de venir me voir me battre. En fait, si je m’étais battu, ils ne seraient peut-être pas venus.»

L’entourage immédiat de Laplante est aussi rassuré, notamment sa femme et ses médecins. «Francine est avec moi depuis 35 ans, elle connaît le moineau. À chaque fois que je lance un projet audacieux, elle dit : “Quoi? ” Et par la suite, elle m’appuie là-dedans. Là, je pense qu’elle va finalement vouloir venir au gala avec moi», racontait-il en riant.

Laplante n’en demeure pas moins proche de la communauté de la boxe et a apprécié l’entraînement associé à ce sport. Depuis quelques semaines, il visitait le gymnase à raison de quatre fois par semaine en compagnie de son ami Steve Jobidon, qui devait l’affronter, et du gérant des Capitales, Patrick Scalabrini.

«Steve est un gars avec un grand cœur, il le faisait pour moi. Mais chaque jour, il devait aussi s’expliquer et je pense que ma décision ne lui déplaira pas. Le vent de face était tout simplement trop fort pour que j’en fasse à ma tête.»

+

COMA PROLONGÉ

En matinée mardi, Simone God, la femme d’Adonis Stevenson, a réagi publiquement pour la première fois depuis que son mari s’est retrouvé sous sédation contrôlée à l’unité des soins intensifs de l’hôpital de l’Enfant--Jésus, à Québec. «Adonis est un battant et va continuer à se battre comme un champion», a-t-elle écrit sur son compte Twitter. «Je vais faire tout ce que je peux pour le soutenir et l’aider à se remettre sur pied le plus tôt possible afin qu’il soit de retour dans notre famille. Merci de le garder dans vos prières.» On a ensuite appris par la station de radio 91,9 FM de Montréal que Stevenson sera gardé dans le coma artificiel jusqu’à la fin de la semaine. Il y aurait trop de danger de le réveiller maintenant, selon leur source à l’hôpital de l’Enfant-Jésus.  Olivier Bossé

***

GVOZDYK: «ADONIS, RESTE FORT»

Auteur du retentissant knock-out qui a expédié Adonis Stevenson au tapis, samedi soir au Centre Vidéotron, puis dans un coma artificiel qui dure depuis tôt dimanche, Oleksandr Gvozdyk a publié une courte vidéo d’encouragement sur les réseaux sociaux, mardi. «Ceci est un message pour Adonis Stevenson. Adonis, tu es un homme très fort et reste fort. Je souhaite que tu te rétablisses vite. Je sais que tu traverseras cette épreuve», affirme l’Ukrainien en anglais dans la vidéo de 11 secondes. Après avoir appris la nouvelle d’un journaliste dimanche matin avant son départ de Québec, le nouveau champion des mi-lourds de la WBC s’était fait discret dans le tourbillon entourant le sort incertain de son adversaire. Mardi, c’est donc vêtu d’un simple gilet gris et encore marqué au front par les coups encaissés durant le combat que le boxeur de 31 ans se présente devant ce qui semble être la caméra d’un téléphone.  Olivier Bossé