Le journaliste Marc Durand a passé la dernière saison la caméra à la main pour tourner un documentaire sur les Capitales.

Marc Durand réalise un documentaire sur les Capitales

La partie de vendredi était terminée depuis une bonne heure. Une fois la 28e défaite de la saison digérée, les employés des Capitales de Québec ont eu droit à une présentation spéciale du documentaire «Un match presque parfait», qui sera diffusé sur les ondes du Réseau des Sports, lundi, tout juste avant le concours des circuits en marge du Match des étoiles du baseball majeur.

«J’ai ri, mais j’ai aussi pleuré par moments», a admis le gérant Patrick Scalabrini, l’un des acteurs principaux de cette téléréalité qui fait revivre l’histoire du club de la Ligue Can-Am à travers la saison 2018.

«L’objectif de départ était de raconter les 20 ans des Capitales. Il s’agit d’une histoire couronnée de succès, d’une aventure qui ne devait durer que trois ou quatre ans, mais qui n’est pas sur le point de s’arrêter», explique le journaliste et réalisateur de l’émission, Marc Durand.

Caméra à la main, il a passé la saison dernière dans l’entourage de l’équipe, qui lui a ouvert les portes de son vestiaire, de son terrain, de ses bureaux. En aucun temps n’a-t-on cherché à contrôler le message.

«Le fil conducteur, c’était d’utiliser la saison 2018 pour revivre les moments marquants de l’histoire des Capitales. On commence avec le premier match pour finir avec le dramatique circuit fatal, en finale, mais on touche plus le côté humain que le résultat des matchs», a raconté Durand, qui a effectué 20 jours de tournage et trois mois de montage pour livrer ce documentaire. Il a aussi puisé beaucoup dans les archives disponibles.

À ses yeux, les Capitales ont franchi les limites territoriales de la ville de Québec au fil du temps, notamment avec leur premier championnat en 2006 et lorsque le lanceur Éric Gagné s’est joint au club, en 2009.

Ailleurs dans le monde

«On peut dire que les Capitales suscitent maintenant de l’intérêt à l’international en ayant été les instigateurs de l’échange avec les joueurs cubains. Évidemment, on parle beaucoup de Michel Laplante, qui a joué à peu près tous les rôles dans l’équipe depuis le jour 1, et même le jour -1», dit-il à propos du président qui a aussi été lanceur et gérant de la formation. Laplante avait d’ailleurs suggéré à Durand de faire un long reportage sur Miles Wolff, le premier propriétaire des Capitales.

«Miles n’a pas fait une cenne pendant les huit ou neuf premières années. Les propriétaires des Capitales ont quasiment fait du mécénat pour garder le club en vie. L’histoire des Capitales est sous-estimée, mais quelqu’un a cru, un jour, que ce vieux stade pouvait être remis à niveau. Il s’agit d’une belle histoire entre une équipe de baseball et les citoyens de la ville. Elle n’aurait pu s’écrire dans une autre ligue ni ailleurs qu’à Québec, qui fut un véritable village gaulois au moment où le baseball perdait en popularité avec le départ des Expos», a ajouté celui qui invite les téléspectateurs à bien écouter la voix qui interprète deux chansons dans le documentaire, soit celle d’Alie-Anne Laplante, la fille du président de l’équipe.

Le documentaire Les Capitales de Québec, un match presque parfait est diffusé lundi, à 19h, à RDS. Il y aura sept autres rediffusions au cours de l’été à RDS et RDS2.