Patrick Scalabrini, à droite, avec Denis Perreault, s’entraîne depuis le mois d’août en vue du combat de mercredi. L’entraîneur des Capitales montera quand même dans le ring, mais pour affronter Daniel Auclair.

L’ex-entraîneur des Boulders ne peut se battre contre Scalabrini

Le «choc de la Ligue Can-Am» n’aura pas lieu, mercredi, sous le dôme du Stade Canac.

L’ex-entraîneur des Boulders de Rockland, Jamie Keefe, a déclaré forfait pour le combat de boxe amical qui devait l’opposer à son homologue des Capitales de Québec, Patrick Scalabrini, lors du Challenge XPN au profit de la Fondation du CHU pour la recherche sur les maladies du dos.

«Jamie a été hospitalisé et a été opéré pour des pierres aux reins, alors il ne pourra pas se battre. Il m’a texté, photo à l’appui!» a expliqué Scalabrini, mardi après-midi. L’entraîneur des Caps montera quand même dans le ring, mais contre Daniel Auclair, qui devait déjà participer au Challenge, mais contre un autre adversaire.

«Il a le même poids, un peu plus d’expérience, il est plus jeune», a résumé Scalabrini, tout de même déçu de ne pas pouvoir en découdre avec son ancien rival du losange.

«Je suis déçu, car l’idée, c’était de m’entraîner pour affronter Jamie, s’écœurer un peu et faire un événement avec tout ça. C’est mon premier combat, je me suis entraîné fort cinq fois par semaine et je voulais avoir du succès. Ça va être trippant pareil, je vais quand même vivre une expérience spéciale, mais ce ne sera pas Capitales-Rockland», poursuit Scalabrini.

Le président des Capitales, Michel Laplante, avait, il y a quelques jours, décommandé son combat lors du Challenge XPN en raison du fait qu’il avait subi une commotion, il y a deux ans, dans l’accident d’hélicoptère qui a coûté la vie à Roberto «Bob» Bissonnette.

Pour Denis Perreault, promoteur du Challenge XPN qui débutait mardi soir, ces retraits ne remettent cependant pas du tout en question la pertinence de l’événement. «Malgré ce qui est arrivé à Adonis Stevenson, ce n’est pas du tout la même chose. Ici, on a 80 personnes qui ont perdu en moyenne dix livres chacune et qui ont amélioré leur condition physique de 25 % ou plus en s’entraînant depuis le mois d’août.

Le meilleur entraînement

«Moi, le CHU et les médecins, ce dont on fait la promotion, ce n’est pas tant de la boxe que de la mise en forme. La boxe, c’est un prétexte au bout de la course, ça met un enjeu parce que tout le monde veut bien paraître», explique-t-il.

L’organisateur rappelle que les arbitres s’assurent de bien protéger les participants du Challenge, dont les gants sont plus gros que les gants des boxeurs professionnels afin d’éviter les blessures. «Un seul participant s’est blessé depuis août. J’ai presque envie de dire que j’aurais plus de blessures si j’entraînais 80 personnes à la pétanque!» blague Perreault.

«Tout le monde s’entend pour dire que la boxe est le meilleur entraînement sur terre et qu’il a l’avantage d’enseigner aussi à se défendre. C’est un entraînement complet au niveau de la musculation et du cardio-vasculaire.»

Il rappelle d’ailleurs qu’il a déjà reçu 119 demandes pour les 80 places disponibles lors du prochain Challenge, qui aura lieu les 24 et 25 mai à Québec.

«C’est très populaire et ça permettra cette année d’amasser 125 000 $ pour la Fondation. Notre objectif à long terme est d’amasser un demi-million par année avec les événements que nous organisons dans plusieurs villes du Québec», conclut Perreault, qui a été sensibilisé à la cause par le Dr Jean-François Roy, qui l’a opéré au dos il y a quelques années.