Marcus Knecht croise le marbre sous les yeux du receveur de la République dominicaine, Norberto Susini. Le voltigeur des Capitales a frappé trois coups sûrs et volé un but dans la victoire des siens.

Les Dominicains, pas une proie facile

Les Dominicains ne semblaient pas de taille avec les Capitales... avant le match. Mais surprise! Les visiteurs ont vendu chèrement leur peau, mercredi.
Ils ont forcé les locaux à puiser dans leurs réserves pour soutirer une victoire de 4-3 devant 2922 spectateurs au Stade Canac. Un long simple de deux points de Jordan Lennerton en septième aura finalement fait la différence. 
Avec ses 10 défaites en 11 matchs depuis le début de son voyage en Amérique du Nord, dont plusieurs raclées, l'équipe de la République dominicaine ressemblait à une proie facile. Mais pas aux yeux de Patrick Scalabrini. «On joue quatre matchs contre eux, je ne m'attends pas à les balayer. Ce sont tous de solides joueurs de balle malgré le fait qu'ils connaissent des difficultés. Je ne m'attendais pas à quatre volées», a commenté le gérant, tout de suite après le duel.
Le début de rencontre semblait donner raison aux pronostics. Le partant Felix Lacen a donné trois buts sur balles, trois coups sûrs et deux points avant d'être remplacé par Luis Nunez en début de deuxième, se plaignant d'une blessure. Les Capitales ont raté une belle chance de faire mal à leurs rivaux dans ces deux premières manches, laissant au total quatre coureurs sur les sentiers.
L'arrivée de Nunez s'est transformée en mauvaise nouvelle pour les Capitales. Impressionnant, il a fait oublier les ennuis au monticule des Dominicains depuis leur arrivée en Amérique du Nord. Le releveur de luxe a finalement lancé 5,2 manches, limitant les joueurs de Patrick Scalabrini à trois coups sûrs.
Pendant ce temps, le partant des Capitales Joey Maher se cherchait une constance. Et malgré sa moyenne de ,158 avant la rencontre, le voltigeur Gilbert Gomez en a profité pour faire mal à ses rivaux, catapultant une balle loin derrière la clôture du champ gauche en cinquième, puis produisant deux points à l'aide d'un simple en sixième.
Déjà 40 points produits pour Lennerton
Deux coups sûrs après deux retraits en fin de septième ont toutefois mis un terme à la soirée de Nunez. Bonne nouvelle pour les Capitales. Car son remplaçant, Sterling Peralta, a tout de suite accordé un simple de deux points à la clôture à Lennerton, déjà auteur de 40 points produits cette saison. Comble de l'ironie, c'est l'excellent Nunez (0-3) qui a hérité de la défaite.
«Il a fait du bon boulot», a analysé Lennerton. «Il a lancé beaucoup de prises, nous gardant hors d'équilibre avec sa balle cassante. Ça nous a pris un peu de temps à nous ajuster, mais finalement [Yordan] Manduley et [Kalian] Sams ont frappé des coups sûrs pour le sortir du match.»
Après les passages de Miles Moeller (1,1 manche) et Jon Fitzsimmons (1 manche), Nolan Becker s'est amené en neuvième pour clore le débat, sa sixième victoire protégée de la saison.
Les Capitales ont frappé sept coups sûrs dans le match, dont trois du voltigeur Marcus Knecht, contre neuf pour leurs rivaux. Yurisbel Gracial a aussi produit un point. Les deux équipes remettent ça vendredi, à 19h05.
***
Des visas en retard ont gâché les plans des Dominicains
Le gérant de la formation dominicaine, José Cano
La République dominicaine aurait dû envoyer une bien meilleure formation pendant son séjour dans la Ligue Can-Am. Mais l'émission de visas à plusieurs joueurs d'élite s'est faite en retard, forçant les dirigeants de la formation à se tourner vers des athlètes moins solides, a expliqué jeudi José Cano.
«Ce n'est pas que les visas ont été refusés, c'est qu'ils ne sont pas arrivés à temps», a précisé l'instructeur, par le biais de l'interprète d'un jour Eddie Lantigua, ex-grande vedette des Capitales, lui-même natif de la République dominicaine. «Ces joueurs-là n'étaient pas prêts. Ils ne savaient même pas qu'ils venaient représenter le pays, ils ne savaient pas qu'ils allaient jouer aussi rapidement», a ajouté le père du joueur étoile des Mariners de Seattle Robinson Cano.
Car les Dominicains en arrachent drôlement depuis leur arrivée en Amérique, comme l'indique leur fiche de 1-11. Ils se débrouillent au bâton, pourtant. Avant la rencontre de jeudi, ils présentaient une moyenne collective de ,258. Trois joueurs - Deivy Batista, Edward Salcedo et Nelson Perez - avaient même des moyennes de plus de ,340 contre les lanceurs de la Ligue Can-Am. 
Ça se gâte du côté des artilleurs. La catastrophique moyenne de points mérités d'équipe (10,39) illustre à elle seule les problèmes de la formation en visite. «D'un point de vue musculaire, nos lanceurs n'étaient pas prêts à lancer autant», explique Cano, qui dit voir une amélioration depuis le premier match de l'équipe.
L'instructeur assure ne pas craindre les conséquences de la piètre tenue des siens sur un éventuel retour l'an prochain. Plusieurs joueurs chez lui sont en mesure de compétitionner face aux joueurs de la Ligue Can-Am et une bien meilleure équipe viendra en 2018, prédit-il. «Et quand il dit ça, croyez-moi, ça veut dire qu'il y a une grosse équipe qui va venir», a ajouté Lantigua après avoir traduit les propos de son compatriote.
***
Sur le losange...
Eddie Lantigua, 43 ans, a frappé quelques balles de l'autre côté de la clôture pendant un exercice au bâton improvisé quelques minutes avant celui des Dominicains. Tout ça même si l'ancien joueur vedette des Capitales s'est fait une sévère blessure à la main au travail il y a deux semaines; et même s'il ne s'était pas élancé depuis un mois... Remis de sa luxation à l'épaule, Maxx Tissenbaum devrait être de retour dans l'alignement comme frappeur désigné, vendredi. Appelé en renfort pour pallier à cette absence, le receveur Michael Kerns sera conséquemment libéré, «à moins qu'il frappe cinq en quatre jeudi soir», a blagué le gérant Patrick Scalabrini.