Karl Gélinas a échangé quelques mots avec le droitier Tyler Gillies et le receveur Maxx Tissenbaum pendant le match.

Les Capitales gaspillent une autre avance

Une fois n'est pas coutume, dit-on! Les Aigles de Trois-Rivières ont fait mentir cette expression, vendredi au Stade Canac, où ils sont encore revenus de l'arrière dans le dernier tiers de la rencontre pour l'emporter 4-3 contre les Capitales de Québec.
Après avoir effacé un déficit de 3-1 en huitième manche, jeudi, les Aigles l'ont fait une manche plus tôt, vendredi, leur poussée de trois points en septième leur permettant de savourer une deuxième victoire de suite contre leurs rivaux québécois.
«Ça ressemblait pas mal au dernier match, effectivement. On a généré de l'attaque seulement une manche [la deuxième], et après, on n'a pas été capables de le faire. Nous sommes tous tombés amorphes en même temps», notait le gérant Patrick Scalabrini.
«Je ne sais pas comment expliquer ce marasme collectif, on est tous tombés à plat en même temps. Il faut se regarder dans le miroir, car il y en a qui n'en font pas assez et quand nos gros canons ne font pas grand-chose, on ne gagne pas.»
Après avoir vu les Aigles prendre les devants 1-0 en deuxième à la suite d'un simple de Trevor Gretzky, les Capitales ont répliqué avec trois points à leur tour suivant au bâton, dont deux à la faveur de doubles successifs de Marcus Knecht et Daniel Rockett.
Moeller s'écroule
L'avance des Capitales a tenu jusqu'en septième, quand l'éventuel lanceur perdant Miles Moeller (3-2) a cédé trois points en un tiers de manche. Le double bon pour deux points du Cubain Julio Martinez, qui a créé l'égalité à 3-3, lui a fait particulièrement mal. Martinez a ensuite croisé le marbre sur un roulant à l'avant-champ de Daniel Mateo pour le point vainqueur.
Les Aigles n'avaient pas remporté deux matchs de suite depuis le 23 juin. Ils battaient ainsi les Capitales pour la troisième fois d'affilée.
«Ça fait deux fois de suite qu'on gagne en revenant de l'arrière, c'est le fun. On a raté plusieurs occasions dans les manches 4-5-6, mais on en a connu une grosse en septième. Martinez a frappé un coup sûr important, mais j'ai aussi apprécié que [Carter] McEachern et [David] Glaude se rendent sur les buts juste avant», notait le gérant des Aigles, T.J. Stanton, en soulignant la chance de gagner offerte par son partant et la prestance de son releveur numéro 1.
Les Capitales ont utilisé un comité de six releveurs puisque le partant Brett Lee a sauté son tour dans la rotation à la dernière minute en raison d'un léger malaise au coude. Son nom n'a pas eu à être retiré de la liste des blessés, mais Tyler Gillies, Andrew Elliott, Rafael Pineda, Moeller, Trevor Bayless et Nolan Becker ont dû défiler au monticule à tour de rôle. «À part Moeller, ils ont été impeccables», notait Scalabrini.
Le gaucher Pat Peterson a éparpillé trois points sur sept coups sûrs en 5,2 manches pour les Aigles tandis que le releveur Angell Rincon (2-0) savourait la victoire. Comme jeudi, Sirianides a fermé la porte en neuvième pour son septième sauvetage.
La série se poursuit, samedi (18h), au Stade Canac, avec un duel opposant Arik Sikula (4-3) au lanceur étoile des Aigles, Edilson Alvarez (4-4). Les Capitales mènent la série saisonnière contre les Aigles avec une fiche de 8-3.