Les Capitales devront vraisemblablement tirer un trait sur la Ligue Frontier cet été.
Les Capitales devront vraisemblablement tirer un trait sur la Ligue Frontier cet été.

Les Capitales et les Aigles devront se tourner vers un plan B

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
L’annonce du maintien de la fermeture de la frontière canado-américaine jusqu’au 21 juillet vient compliquer la vie aux Capitales de Québec et aux Aigles de Trois-Rivières, qui devaient débuter leur première saison dans la Ligue Frontier de baseball indépendant avec 12 autres équipes américaines. Les formations québécoises devront vraisemblablement se tourner vers un plan B.

«Je pense que ce sera très dur de jouer dans la Ligue Frontier cette saison, alors on va y aller avec notre plan B, soit d’aligner les joueurs canadiens dans quatre équipes installées à Québec et Trois-Rivières», a déclaré mardi au Soleil le président des Capitales, Michel Laplante.

«Je vois mal comment les Aigles et les Capitales pourraient faire quelque chose dans les circonstances. Nous avons un meeting à 10h mercredi et ça devrait confirmer tout ça. Après, nous aurons la liberté de faire ce que l’on veut», a-t-il poursuivi, ajoutant qu’il ne croyait pas que la situation nuise à l’avenir des deux équipes dans la Ligue Frontier.

«La crise nous a permis de tisser des liens encore plus forts avec la Ligue», insiste celui qui souhaite s’inspirer du plan B de l’Association américaine de baseball professionnel indépendant, un circuit de 12 équipes qui tiendra une saison écourtée de 60 matchs avec six équipes basées dans trois villes, soit Fargo, Sioux Falls et Franklin.

«Oui, ça ressemble à ce que veut faire l’Association américaine. D’ailleurs, je viens de leur parler aujourd’hui», a indiqué Laplante. Les équipes québécoises souhaitent commencer leurs activités à la mi-juillet et poursuivre jusqu’à la mi-septembre.

«On travaille avec la Ville de Québec et le gouvernement du Québec. Il reste beaucoup de fils à attacher, mais nous sommes optimistes», résume-t-il.

«Je pense que ce sera très dur de jouer dans la Ligue Frontier cette saison, alors on va y aller avec notre plan B, soit d’aligner les joueurs canadiens dans quatre équipes installées à Québec et Trois-Rivières», a déclaré mardi le président des Capitales, Michel Laplante.

Pas une bonne nouvelle

De son côté, le commissaire de la Ligue Frontier, Bill Lee, a été lui aussi obligé d’avouer que l’annonce du prolongement de la fermeture de la frontière n’était pas du tout une bonne nouvelle pour son circuit. 

«Nous allons parler de tout ce qui se passe dans une réunion mercredi matin. Les équipes doivent composer avec des réglementations fédérales, provinciales, locales et d’état. On doit d’abord savoir ce qu’on peut et ce qu’on ne peut pas faire avant de prendre une décision», affirme-t-il.

«Je ne dirai pas que la saison est perdue et je ne veux pas non plus spéculer sur l’avenir», indique-t-il.

Lee n’a pas donné de date butoir après laquelle la Ligue Frontier ne pourrait pas démarrer ses opérations cette année en rappelant que son circuit a seulement besoin de deux semaines de camp d’entraînement avant de pouvoir relancer ses activités.

«Normalement, le fait d’avoir des équipes dans deux pays ne cause pas de difficultés, mais nous ne sommes pas dans une année normale!», a déclaré le commissaire en terminant.

***

Notes : Le dôme installé sur le Stade Canac pour la période hivernale sera dégonflé à partir de 6h mercredi matin. Samedi, les jeunes joueurs de baseball devraient pouvoir utiliser le terrain... Michel Laplante demeure convaincu de pouvoir aligner les meilleurs espoirs canadiens dans une éventuelle ligue de quatre équipes à Québec et Trois-Rivières. «Je vois mal les équipes des majeures empêcher des gars de 23 ou 24 ans de jouer au Canada s’ils ne peuvent pas jouer aux États-Unis», a déclaré le président des Caps...