Lachlan Fontaine est félicité par ses coéquipiers après avoir donné la victoire aux Capitales grâce à un simple en fin de septième manche, lors du premier match du programme double contre les Champions d'Ottawa.

Les Capitales balaient le programme double contre les Champions

Un programme double peut s’éterniser, sauf quand les lanceurs dominent comme ils l’ont fait, jeudi au Stade Canac, dans le froid et sous la pluie. En fin de compte, deux petits coups sûrs bien placés auront suffi aux Capitales de Québec pour balayer les Champions d’Ottawa.

Après avoir signé une victoire de 3-2 en ouverture à la faveur d’un simple de Lachlan Fontaine en fin de septième manche, les Capitales ont profité de celui de James McOwen dès la manche initiale de la seconde rencontre pour filer vers un succès de 1-0 en fermeture.

Les Champions (9-15) s’inclinaient ainsi dans une deuxième série contre les Capitales (16-10), cette saison.

«On avait perdu trois de nos quatre derniers matchs et le premier contre Ottawa, ça nous prenait une grosse journée. On gagne deux fois en marquant quatre points, ça montre comment notre équipe est bâtie», admettait le gérant des vainqueurs, Patrick Scalabrini.

Le partant australien Ryan Searle (4-1) a surfé sur la petite avance d’un point dont il bénéficiait. Il n’a donné que trois coups sûrs et obtenu sept retraits au bâton, signant un match complet de sept manches.

«Je peux inscrire celle-ci dans la colonne des victoires chanceuses. Ma copine vient d’arriver, elle assistait à son premier match et c’était son anniversaire, en plus. J’ai aussi le privilège d’avoir une défensive incroyable derrière moi et deux très bons receveurs. Pour le reste, j’essaie de faire de mon mieux, peu importe l’endroit où je lance et l’uniforme que je porte», disait Searle.

Les Champions ne pouvaient aussi rien reprocher à leurs partants, mais Steve Borkowski (1-3) et Jordan Kurokawa (1-3) n’ont pas reçu l’appui nécessaire pour l’emporter. Au total, les visiteurs ont frappé seulement 10 coups sûrs en 14 manches, laissant notamment plusieurs coureurs en position de marquer dans le premier match.

«Nos lanceurs ont fait le travail, mais il faut absolument marquer plus de points. Dans le premier match, il aurait fallu profiter de nos buts remplis en quatrième, on aurait pu se sauver avec la victoire. Leur gars a bien lancé dans le deuxième, on a eu une couple d’occasions, mais on s’est plutôt sorti de nos manches», analysait le gérant des Champions, Hal Lanier.

Retour payant

Dans le premier match, Lachlan Fontaine avait donné la victoire aux Capitales à l’aide d’un simple après un retrait en fin de septième.

«Je ne sentais pas de pression, j’étais en confiance. Je voulais mettre la balle en jeu, sachant que ma présence était importante avec un seul retrait. Il faut dire qu’Ehrlich avait frappé un important double comme pour commencer la manche», indiquait Fontaine, auteur d’une soirée de trois coups sûrs à son premier match depuis son retour dans l’alignement après une semaine sur la liste des blessés.

Les Champions avaient réussi à combler un écart de 2-0 en cinquième à la faveur d’un simple de deux points de Jordan Caillouet aux dépens de Lazaro Blanco. Une manche plus tôt, ils avaient abandonné trois coureurs sur les buts, sans retrait. Le releveur Trevor Bayless (1-1) a récolté la victoire.

Un coureur retiré en tentative de vol pour mettre fin à la septième manche des Champions avait passé de travers dans le clan adverse.

«Je pensais qu’il avait évité le gant, mais d’où j’étais placé, je ne pouvais pas sortir pour argumenter. Et Yves [Lamontagne] est un bon arbitre. N’empêche, s’il avait été sauf, ça aurait pu faire la différence», admettait Lanier à propos de ce jeu.

Les Capitales reçoivent le Stockade de Salina, vendredi (19h05), tandis que les Champions se rendent à Sussex pour y affronter les Miners, meneurs au classement de la Ligue Can-Am.

+

«ON M'A PARLÉ EN BIEN DE QUÉBEC»

Libéré voilà quelques jours à peine par les Twins du Minnesota, le troisième-but T.J. White (photo) a fait ses débuts avec les Capitales, jeudi. Et il n’a pas tardé à s’imposer, produisant un point dès son premier match.

«On m’a parlé en bien de Québec et j’ai sauté sur l’occasion de venir ici. Il vaut mieux être sur un terrain de baseball que de rester à la maison», disait le joueur de 26 ans avant le premier match du programme double.

Pour ses débuts, White frappait au troisième rang de l’alignement. Cela s’explique par sa récolte de 14 circuits et 65 points produits, la saison dernière, avec la filiale AA des Twins à Chattanooga. Avant d’être libéré de son contrat, il ne frappait cependant que pour ,187 avec quatre circuits.

«J’ai connu une très bonne saison, l’an passé, et j’ai bien commencé celle-ci avant de tomber dans une léthargie. Les Twins ont ensuite fait appel à quelques bons espoirs pour me remplacer et j’ai moi-même demandé à ce qu’ils me laissent partir», expliquait celui qui montre une moyenne de ,247 en cinq saisons dans les rangs professionnels.

À Québec, il retrouve son ancien coéquipier Brett Lee et quelques rivaux des années passées. Il est aussi un bon ami de Marcus Knecht, l’ex-voltigeur des Capitales qui l’a conseillé de s’amener en vitesse en ville. Il est aussi représenté par Blake Corosky, un agent qui entretient de bonnes relations avec Patrick Scalabrini. En plus de White, ses autres clients à Québec sont Maxx Tissenbaum, Sam Donatello et Nolan Becker.

Natif de Las Vegas, White est vite devenu un fan des Golden Knights. «Je suis maintenant un amateur de hockey... Pour Las Vegas, il s’agissait d’une première expérience dans le sport professionnel, c’est très bien ce qui est arrivé, ils ont réussi à avoir le support de la population», soulignait le frappeur droitier qui fut le choix de 18e ronde des Twins en 2014 à sa sortie de l’Université Nevada-Las Vegas.  Carl Tardif