Auteur d’un double en première manche, JD Williams marqué à la suite d’un simple de TJ White.

Le mauvais début de saison des Capitales se poursuit

Le mauvais début de saison des Capitales de Québec s’est poursuivi, mercredi au Stade Canac, où ils ont encaissé une cinquième défaite en six matchs en s’inclinant 4-3 face aux Jackals du New Jersey. Expulsé en troisième manche, le gérant Patrick Scalabrini n’a cependant pas eu le temps d’être un témoin direct de ce quatrième revers d’affilée.

La soirée du gérant a pris fin lorsqu’il a argumenté un peu trop la décision de l’officiel au marbre de retirer David Salgueiro sur les sentiers après une interférence involontaire au bâton de JD Williams, qui venait de s’élancer sur une troisième prise.

«Je n’étais pas d’accord avec l’appel. Je n’ai jamais vu cela sur une troisième prise et un lancer à l’extérieur. Mais il [l’arbitre] a gagné, parce qu’il a fini le match, et pas moi», indiquait Scalabrini.

Quatre erreurs

Il aurait aussi pu s’en prendre à ses propres joueurs, dont le travail en défensive a été laborieux. Les Capitales ont commis quatre erreurs, ce qui portait leur total à neuf en six matchs. Trois des quatre points n’ont pas été mérités, seul le dernier inscrit sur un ballon-sacrifice en neuvième l’a été aux dépens du perdant Marvin Gorgas (0-2).

«On s’est battu, il y a quelques points positifs, mais comme hier [mardi], on a donné des points et commis des bourdes offensives qui ne doivent pas arriver dans un match professionnel. C’est décevant, on est jeune, on apprend, mais il faut être meilleur, et rapidement», avouait le gérant.

Il a eu la mèche courte à l’endroit de Brandon Brosher, mauvais en défensive et sur les sentiers. Celui-ci a été remplacé en quatrième par Kody Ruedisili, qui n’avait jamais joué au premier but. «Ça fait plusieurs erreurs mentales qui ne sont pas acceptables. On va en trouver d’autres qui sont prêts à faire les efforts. Si mon monde est en santé demain [jeudi], il ne jouera pas», confirmait Scalabrini.

Le partant Arik Sikula a bien fait en cinq manches, les trois points accordés n’ayant pas été portés à sa fiche. Dès la manche initiale, un ballon à la hauteur du monticule est tombé entre quatre joueurs, ce qui a permis aux Jackals de prendre les devants 2-0.

Seth Davis, une belle surprise

TJ White a produit un point, en première, et Joe Lytle, qui a gagné des points comme receveur, a crée l’égalité 3-3 en fin de huitième à l’aide d’un simple opportun après deux retraits. Appelé en relève en sixième et septième, le nouveau lanceur gaucher Seth Davis n’a rien donné et s’est avéré une agréable surprise.

«On commet des erreurs en défensive et sur les courses qui ne nous aident pas. On est jeune, les gars sentent un peu la pression. Ça commence à se replacer un peu, mais on doit se ressaisir et mieux jouer», estimait White.

NOTES: Le releveur Dustin Molleken n’était pas disponible en raison d’une raideur au cou… Blessé à l’épaule gauche, le receveur Chris Shaw est au rancart jusqu’à nouvel ordre… Pour le dernier match de la série, jeudi (19h), le vétéran Scott Richmond (0-0, 11.50) effectuera sa première sortie à Québec. Il sera opposé à Anthony Fernandez (0-0, 1.59) … Vétéran de la guerre du Vietnam, le père du voltigeur Kody Ruedisili agissait comme entraîneur d’un soir dans l’arbi des Capitales… Andrew Godbold a frappé un coup sûr dans un sixième match de suite… 

+

UN MESSAGE COMPRIS

Au lendemain d’un match marqué par de mauvaises courses sur les sentiers, le gérant Patrick Scalabrini a abordé le sujet dans sa réunion quotidienne, avant l’exercice au bâton, mercredi après-midi. La veille, Brandon Brosher et JD Williams avaient commis des bévues qualifiées «d’impardonnables» après avoir frappé de beaux coups sûrs. «J’ai essayé d’être positif à l’effet que l’on va bâtir là-dessus et apprendre de nos erreurs en équipe. J’ai aussi parlé tout seul avec Williams pour m’assurer que ça n’arrive plus. Le message est clair, je n’aurai pas cette conversation une deuxième fois», expliquait Scalabrini au sujet de celui qui pensait avoir frappé un circuit au lieu de courir à vive allure comme il aurait dû le faire. Williams et Brosher étaient tout de même dans l’alignement, mercredi, un signe que la page était tournée à ce sujet. Brosher jouait comme premier but après avoir été victime de cinq buts volés, la veille, à titre de receveur.

+

CAREY AIME LA SURFACE

Ne comptez pas sur le gérant des Jackals pour se plaindre de l’utilisation d’un monticule et d’un cercle des frappeurs en synthétique. Après tout, Brooks Carey vient de la Ligue Frontier, où plusieurs terrains évoluent sur des surfaces du même genre. «Les gars vont aimer ça, même qu’ils vont s’en ennuyer lorsqu’ils joueront à l’extérieur. J’ai l’habitude d’évoluer là-dessus, après trois ou quatre matchs, ça devient tout naturel, on ne voit pas de différence avec la terre. Même que la pente est plus stable, il ne se forme pas de trou. Une fois acheté et installé, le coût de maintenance est très petit, ça prend une brosse et peut-être un nouveau tapis sur le monticule à l’occasion. Il s’agit d’une très bonne idée. Et pour remettre un match à cause de la pluie, il faudra que ça tombe à 19h, ils vont toujours pouvoir attendre à la dernière minute, car aucune réparation de terrain ne sera nécessaire», racontait celui qui a passé sept ans dans la Ligue Frontier, où il a été le gérant de l’année en 2015. Il en est à sa deuxième saison à la barre des Jackals.