Le démontage du dôme du Stade Canac a débuté lundi. Normalement, la grande bulle blanche devrait avoir disparu mercredi ou jeudi.

Le dôme du Stade Canac sur le point de disparaître

Quelques joueurs sont déjà en ville, d’autres sont en chemin en provenance d’un peu partout aux États-Unis et du Canada ou dans l’attente d’un visa d’entrée au pays. À ne pas douter, la saison de baseball est sur le point de commencer à Québec.

Au Stade Canac, on a entrepris, lundi, le démontage du dôme, cette grande bulle blanche ayant permis d’utiliser le terrain tout au long de l’hiver. Si la pluie ne vient pas s’en mêler, elle pourrait avoir disparu, mercredi ou jeudi. «S’il pleut, ça pourrait toutefois être retardé en fin de la semaine», indique Charles Demers, directeur des opérations baseball avec les Capitales.

Ainsi, il n’est pas interdit de penser que les premiers jours du camp d’entraînement, qui s’ouvre lundi prochain, pourraient se tenir à l’intérieur.

«Nous avons plusieurs options, comme ExpoCité et Baseball 360, mais avec la surface synthétique, on est moins limité que par le passé. S’il tombe une pluie fine, on peut quand même s’entraîner dessus. Chose certaine, on ne se promènera pas un peu partout au Québec comme on l’avait fait l’an passé», indiquait le gérant de l’équipe, Patrick Scalabrini.

À la même période, en 2017, le losange québécois était en pleine transformation. On y procédait à l’installation de la nouvelle surface synthétique. Les travaux avaient aussi été retardés un peu en raison d’un conflit dans le milieu de la construction. Cela n’avait pas empêché les Capitales de recevoir le prix de la meilleure surface de jeu en 2017.

Au niveau de l’alignement, les Capitales affichent complet avec le retour du receveur Adam Ehrlich, qui dirigera les lanceurs pour une troisième saison à Québec.

«Je garde les yeux ouverts pour un autre frappeur», laissait entendre Scalabrini, en espérant que tous les joueurs qu’il a mis sous contrat au cours des derniers mois se pointent en ville dans les prochains jours.

Les Cubains Yordan Mandulay et Lazaro Blanco, tout comme le Taïwanais Shao-Pin Ho rateront l’ouverture du camp d’entraînement dans l’attente de leur permis de travail, une démarche qui suit son cours normal.

Une croix sur Craig-St-Louis

Même s’il espérait son retour, Scalabrini doit faire une croix sur la présence de la recrue Philippe Craig-St-Louis dans sa formation en 2018. Le joueur de Gatineau, qui fut une véritable bougie d’allumage, l’an passé, remise ses crampons au profit d’une entrée sur le marché du travail. En 2017, il avait conservé une moyenne offensive de ,283 en plus de 300 présences au bâton.

Outre le vétéran lanceur Karl Gélinas, deux joueurs du Québec tenteront leur chance au camp d’entraînement, soit les lanceurs Marc-Antoine Bérubé et Christopher Sauvé-Gebhardt. Le premier a été libéré par les A’s d’Oakland tandis que le second a déjà subi une reconstruction du coude gauche (opération Tommy John).

«Je prévois garder 11 lanceurs. Pour mériter un poste, il faut qu’ils volent la place d’un autre. Je connais bien Marc-Antoine comme individu, mais pas beaucoup comme lanceur», notait l’homme de baseball.

Le camp d’entraînement se déroulera du 7 au 16 mai. Des matchs préparatoires contre les Aigles de Trois-Rivières sont prévus à Sherbrooke (samedi 12 mai) et Jonquière (dimanche 13 mai) et contre les Brewers de Montréal, de la LBMQ, le mardi 14, à Québec. La 20e saison des Capitales se met en branle le jeudi 17 mai, au Stade Canac, contre les Jackals du New Jersey.