Eddie Lantigua, qui a marqué l'organisation des Capitales entre autres par sa puissance au bâton, estime que Kalian Sams a tout le talent nécessaire pour évoluer dans les majeures.

Lantigua impressionné par Sams

«Il est tellement en feu qu'on ne gèle même pas dans l'abri des joueurs!»
La remarque pourrait bien être attribuée à l'un des coéquipiers de Kalian Sams, même au gérant des Capitales de Québec Patrick Scalabrini. Mais non, elle appartient au gérant de l'époque Michel Laplante et date de 2005, l'année où Eddie Lantigua a établi les records de la Ligue Can-Am de baseball indépendant pour les circuits (31) et les points produits (112).
Or, ces marques qualifiées d'intouchables sont dans la mire de Sams, le puissant frappeur des Capitales. La chasse aux records est ouverte au Stade Canac.
«Tous les records sont faits pour être battus», philosophe Lantigua, observateur intéressé des succès de Sams, cette saison.
«Je l'ai vu à l'oeuvre plusieurs fois depuis trois ans, il est un très bon joueur, très puissant et rapide. Il a pas mal plus de talent que moi», soutient celui dont le numéro 31 reste à ce jour l'unique chandail retiré de l'histoire des Capitales.
Lantigua s'y connaît en la matière. En 2005, il a établi une multitude de records offensifs pour être nommé joueur par excellence de la Ligue Can-Am et de tout le baseball indépendant. Il avait aussi conservé une moyenne offensive de ,324. Jusqu'à ce Sams l'imite, récemment, il était le seul joueur de l'histoire à avoir frappé trois grands chelems en une saison. Personne n'a encore réussi deux circuits dans la même manche comme il l'avait fait le 21 août 2005 dans une victoire de 17-5.
«Pour réussir un tel record, il faut se retrouver dans la bonne équipe, être bien entouré par ses coéquipiers. En 2005, il y avait de la stabilité dans l'équipe, tout le monde jouait bien son rôle, on formait une famille», se souvient le Québécois d'adoption de 43 ans.
Les Capitales, qui misaient aussi sur le vétéran Buck McNabb, le receveur Olivier Lépine, le premier-but Todd Leathers et le voltigeur Bill Greenwell, avaient perdu en trois matchs d'une finale 3 de 5 contre les Tornadoes de Worcester. Il s'agissait de leur première présence en finale avant de remporter le championnat six fois au cours des huit saisons suivantes.
Pas un objectif
«Kalian en est à sa troisième saison, il est à l'aise, connaît bien la Ligue et les lanceurs. Il joue avec confiance. Il m'impressionne, car il ne possède pas seulement de la puissance, il est bon dans toutes les facettes. Je lui lève mon chapeau. On ne voit pas souvent un joueur comme lui dans la Ligue Can-Am, il aurait assez de talent pour jouer dans les majeures, sinon au niveau AAA ou au Japon. Je lui dirais de profiter du moment, d'avoir du plaisir. La naissance récente de son fils l'aide aussi sûrement à jouer l'esprit en paix, il ne peut qu'être heureux.»
Lantigua soutient que le record ne faisait pas partie de ses objectifs en début de saison, en 2005. À la mi-saison, le compteur pointait à 18.
«Je l'avoue, 31 circuits, c'est du stock. Je n'ai jamais pensé que j'en aurais frappé autant que cela. En seconde moitié, je me disais qu'il était possible que j'égale ou batte le record de 27 de Tony Mitchell. Mais je n'ai jamais pensé que je pouvais me rendre à 30.»
En date de jeudi, Sams comptait déjà 19 longues balles. Lantigua a établi son record dans un calendrier de 92 matchs tandis que les Capitales, en 2017, en disputeront 100.
Mercredi, son fils John Anthony Lantigua a frappé un grand chelem avec les Aigles Jr de Trois-Rivières le même soir où Sams égalait la marque de son père de trois coups de quatre buts dans une même saison. À l'automne, John Anthony retournera à Seminole College, en Oklahoma, tandis que son frère Erick rejoindra le collège Munroe, dans l'État de New York.
Comme quoi le nom de famille Lantigua circule toujours sur les losanges!
***
31, le chiffre chanceux en 2005
Le 31 était le chiffre chanceux d'Eddie Lantigua, en 2005. Il portait le numéro 31, a frappé 31 circuits et il avait 31 ans lorsqu'il a battu le record de Tony Mitchell.
«Pour réussir un tel record, ça ne prend pas de périodes creuses. Il faut jouer avec confiance à tous les matchs, être constant, ne pas monter trop haut quand ça va bien, ne pas descendre trop bas quand ça va mal. Il ne faut surtout pas viser le circuit à chaque fois qu'on se présente au bâton, sinon ça t'ajoute une tonne de pression sur les épaules.»
Lantigua a commis cette erreur en 2007, lorsqu'il a frappé 21 circuits. En 2006, il avait été arrêté à
11 en raison d'une blessure. «J'ai su que je ne battrais pas mon propre record en 2007 parce que je cherchais à le faire. J'ai réalisé que ça ne fonctionnait pas comme ça. À ce niveau, il faut garder le même élan, et si on le fait, les succès vont suivre.»
Même s'il avait reçu huit buts sur balles intentionnels, Lantigua se souvient que les vétérans lanceurs de la Ligue Can-Am préféraient l'affronter au lieu de lui donner des passes gratuites. «Il y avait un défi entre nous, les lanceurs voulaient le relever, et moi aussi. John Kelly [12-4 à North Shore] me disait qu'il ne savait pas où me lancer, qu'il avait peur que je ne la mette dehors à chaque présence contre lui...»
Même s'il a disputé sa dernière saison avec les Capitales en 2009, Lantigua mène la franchise québécoise avec 126 circuits. Sams était deuxième, jeudi, avec 47. «Je n'oublierai jamais la saison 2005. Ce dont je suis le plus fier, ce n'est pas d'avoir frappé 31 circuits, mais plutôt de l'avoir fait à Québec, devant nos partisans, ma famille et mes amis.»
Clin d'oeil sympathique, Lantigua travaille pour le groupe industriel Canam. À 43 ans, il joue encore un peu au niveau senior avec les Expos de Sherbrooke et participe à des tournois de balle-molle avec des amis latins pour l'équipe Pavage Alvarez.
***
Les records de Lantigua en une saison
2 circuits dans la même manche (2005)
3 grands chelems (2005), à égalité avec Kalian Sams
10 buts sur balles intentionnels (2007)
31 circuits (2005)
112 points produits (2005)
Eddie Lantigua détient aussi les records des Capitales en carrière pour les circuits (126), les points produits (598), les coups sûrs (890) et les doubles (176)