Ennuyé par diverses blessures l'an dernier, le voltigeur Marcus Knecht estime qu'il pourra offrir un meilleur rendement en 2017.

Knecht veut finir le travail

Il n'y a jamais eu de doute dans l'esprit de Marcus Knecht. À moins d'une offre du baseball affilié, c'est à Québec que le voltigeur tenait à jouer. Il est de retour avec les Capitales pour finir le travail amorcé l'an passé.
Héros d'un premier match éliminatoire émotif où les Capitales avaient rendu un hommage sincère à Bob Bissonnette, décédé tragiquement quelques jours plus tôt, Knecht s'était blessé aux abdominaux dans les festivités ayant suivi son simple victorieux après deux retraits en neuvième manche contre les Boulders de Rockland. Il avait raté les quatre matchs suivants de cette demi-finale perdue en cinq parties.
«Je voulais jouer, mais j'en étais incapable. Je n'aurais pas pu le faire en finale, non plus. Là, je suis de retour en pleine santé et mes objectifs sont élevés. Je veux faire mieux, offensivement, et surtout, remporter un championnat», explique le joueur de 26 ans, dont l'équipe s'entraînait pour la première fois du printemps à l'extérieur, jeudi, à Trois-Rivières.
Ennuyé par diverses blessures en 2016, Knecht a frappé pour ,259 avec huit circuits, 49 points produits et neuf buts volés avant que sa saison ne prenne fin dans l'euphorie de la victoire. Dans un scénario idéal, il aurait eu besoin de plusieurs jours de repos au cours du calendrier, mais sa présence était essentielle à chaque match.
«La saison a pris fin avec un goût amer. J'ai apprécié ma première saison ici, je voulais revenir. Pour recevoir une offre du baseball affilié, ça aide si l'on gagne et c'est ce que je veux faire.»
Il revient dans un vestiaire où plusieurs joueurs se partageront le leadership, autant moral qu'offensif. «Ça ne repose pas juste sur moi, il y a [Jordan] Lennerton, [Kalian] Sams, [Yurisbel] Gracial, Maxx [Tissenbaum]. On peut tous faire notre part, changer l'allure d'un match.»
L'ancien des organisations des Blue Jays et des Twins sait aussi à quoi s'attendre de la Ligue Can-Am, qu'il découvrait l'an passé. «Le calibre est plus fort que je pensais à l'origine. On parle d'une ligue professionnelle, ici, ce n'en est pas une de garage.»
Du feu dans les yeux
Le gérant Patrick Scalabrini a noté que le voltigeur de droite avait du feu dans les yeux depuis l'ouverture du camp. «Il a l'air en mission, il est dans une excellente condition physique.»
Il a apprécié la contribution de Knecht, l'an passé, notamment son désir de jouer en dépit de diverses blessures. Il estime que sa préparation pourrait lui permettre d'afficher une meilleure constance tout au long du calendrier régulier. «Il n'aurait pas dû jouer tout le temps, mais il l'a fait par la force des choses.»
Scalabrini misera sur un trio de voltigeurs expérimentés en 2017 avec Knecht dans la droite, Sams au centre et James McOwen dans la gauche. «Pour un gérant, c'est rassurant d'avoir des gars comme ça au champ extérieur.»
Les Capitales ont profité d'une température clémente pour pratiquer une première fois à l'extérieur, jeudi, à Trois-Rivières. Ils répéteront l'expérience, vendredi. «On a même vu des rayons de soleil pendant quelques minutes. On a profité de l'occasion pour permettre aux frappeurs d'affronter des lanceurs et effectuer quelques répétitions défensives. Les deux matchs du week-end à Sherbrooke [samedi] et Jonquière [dimanche] seront aussi importants dans notre préparation pour le début de la saison», disait celui dont la troupe dispute son premier match le jeudi 18 mai, au New Jersey.