Karl Gélinas

Karl Gélinas revient avec les Capitales

Le lanceur Karl Gélinas effectuera finalement un retour avec les Capitales à titre de joueur-entraîneur, à la suite de sa libération par les Pericos de Puebla, dans la Ligue du Mexique, il y a une semaine.
Le retour à Puebla du lanceur australien Travis Blackley, qui vient d'être libéré par les Tigers de Detroit, a eu pour effet de sortir Gélinas de l'alignement, victime de la limite de six joueurs étrangers imposée à chaque équipe. Plutôt que de tenter de se trouver un poste avec une autre formation mexicaine, l'artilleur de 33 ans, qui était sous contrat avec les Pericos depuis le 3 avril, a choisi de rentrer à Québec, où il s'alignera avec les Capitales pour une 11e saison.
«Soyons égoïstes, en ce moment. C'est une très bonne nouvelle pour nous. Ça n'a pas fonctionné pour lui là-bas, pour différentes raisons, mais pour nous, on a le retour de notre as et de notre leader incontesté. C'est un ambassadeur important pour les Capitales et ce sera notre seul Québécois aussi. C'est une pièce très importante et l'un des meilleurs lanceurs partants de la ligue tous les ans. C'est donc un très gros morceau», a convenu Patrick Scalabrini, qui a interrompu ses vacances en Californie pour commenter ce retour.
En 2016, le grand droitier avait conservé une fiche de 7-7 et une moyenne de points mérités de 3,68 avec les Capitales. Et c'est en très grande forme qu'il rejoint à nouveau l'équipe, après avoir connu de bons moments à Puebla.
«Il a très bien fait. Il a bien lancé en terme de vélocité. Son bras allait très bien. Même du point de vue des statistiques, ç'a été bon. En matchs présaison, il a été très très bon aussi. En allant là-bas, il n'y avait probablement pas de poste pour lui. Il a été capable de se gagner un poste, malgré le fait qu'au Mexique, ce sont presque tous des anciens des ligues majeures qui jouent là...» a laissé entendre le gérant, dont le lanceur affichait tout de même une moyenne de points mérités de 6,00 en six manches de travail avec les Pericos.
À Québec, Gélinas ne se contentera pas de prendre son tour régulier dans la rotation. Il cumulera également la tâche d'entraîneur des lanceurs, lui qui avait pris la relève de T.J. Stanton, après la nomination de ce dernier comme gérant des Aigles de Trois-Rivières, en juillet 2016.
«Il prend les bouchées doubles en étant entraîneur des lanceurs. C'est un défi qui lui tentait dès le départ, surtout avec un personnel de lanceurs complètement nouveau. On commence avec 10 nouveaux lanceurs qu'on ne connaît presque pas personne. Il va pouvoir travailler et grandir avec eux», a estimé Scalabrini.
Cinq vétérans
Le retour de Gélinas fait en sorte d'ajouter un cinquième joueur au statut de vétéran - soit un de plus que la limite de quatre -  dans l'alignement des Capitales, qui compte déjà sur le voltigeur de centre Kalian Sams, le premier-but Jordan Lennerton, ainsi qu'un lanceur partant dominicain et un stoppeur vénézuélien, dont les noms n'ont toujours pas été dévoilés.
Victime d'une tendinite à au biceps, le dernier pourrait toutefois ne pas rejoindre les Capitales avant le mois de juin, ce qui laisse une marge de manoeuvre à Patrick Scalabrini.
«Ce n'est pas un gros problème, mais ça va retarder son arrivée de quelques semaines, ce qui fait en sorte qu'on n'a pas besoin de laisser aller personne à court terme», a-t-il expliqué.
Avec les ajouts de Gélinas et, récemment, du receveur Maxx Tissenbaum - des arrivées «qui changent toute la donne» -, le gérant a presque complété, à sa plus grande satisfaction, la construction de son alignement en vue de la prochaine saison. Il restera maintenant à savoir si les rumeurs qui envoient le Cubain Roel Santos au Japon se concrétiseront.
«Je ne serais pas surpris de le revoir», a conclu le gérant, qui devrait être fixé au début mai.