Les Capitales devront se débrouiller pendant une douzaine de jours sans leur as frappeur Kalian Sams, qui se rendra aux Pays-Bas pour assister à la naissance de son deuxième enfant.

Kalian Sams, le papa globe-trotter

Kalian Sams adore jouer au baseball, mais sa réalité de papa globe-trotter le rattrape. Sa copine et son fils de 21 mois sont aux Pays-Bas, et il ne les a pas vus depuis le début du mois de mai. Vivement les prochaines heures!

Le frappeur de puissance des Capitales retournera mercredi dans son pays natal pour assister à la naissance de son deuxième enfant, une fille. Un voyage qui lui permettra, pendant une douzaine de jours, de combler le vide laissé par la distance.

«Je joue au baseball depuis si longtemps, depuis 2006 [en Amérique du Nord]. Mon départ cette année a été définitivement le plus difficile. On s’habitue à laisser sa copine ou ses parents derrière. Mais son petit garçon qui ne comprend pas ce qui se passe… Quand je l’entends m’appeler au moment où je les “facetime”, c’est difficile. Je veux être là et le voir grandir», a affirmé le voltigeur, mardi, réitérant son intention de prendre sa retraite après les Jeux olympiques de 2020, où il compte s’aligner avec la formation néerlandaise.

Sams a toutes les raisons d’avoir hâte à l’atterrissage aux Pays-Bas. Il y a deux jours, sa fiancée lui annonçait que son travail semblait avoir commencé, plus d’une semaine avant la date prévue. «Ça m’a rendu nerveux : “Oh, je dois partir maintenant”. Finalement, c’était OK. Je lui ai dit de la retenir pour deux jours de plus», a rigolé le grand athlète de 31 ans.

Il y a deux ans, lors de sa première campagne à Québec, Sams avait vécu pareil scénario, ratant la fin de saison pour assister à la naissance de son premier enfant. Une naissance qui lui a fait voir la vie différemment. «Ça m’a changé. Les choses me dérangent moins qu’avant. Quand j’ai une mauvaise journée, je rentre à la maison, je le vois et j’oublie tout.»

Son absence dans l’alignement des Capitales laisse un trou qui ne peut être comblé, admet le gérant Patrick Scalabrini. Sams amène un rare mélange de puissance et de vitesse dans la Ligue Can-Am. Et les Capitales version 2018 ne sont pas reconnus pour leur profondeur à l’attaque.

Avant la rencontre de mardi, Sams présentait une moyenne de ,299 avec trois circuits et 14 points produits en 19 rencontres. Il reviendra à Québec le 25 juin.

TJ White en renfort

Les Capitales ont par ailleurs annoncé l’embauche de TJ White, récemment libéré de la filiale AA des Twins du Minnesota. Le natif de Las Vegas possède une feuille de route au goût de Scalabrini. «Son C.V. démontre que c’est une très belle addition, a dit le gérant. Il a eu des chiffres dans le AA qui se traduisent généralement bien ici.»

Ces chiffres, les voici. En trois saisons dans le AA (193 matchs), White a conservé une moyenne de ,242, a frappé 18 circuits et produit 101 points. Il a déjà côtoyé l’ancien Capitales Marcus Knecht, qui lui aurait vanté les plaisirs de jouer à Québec, selon Scalabrini.

White, un athlète de 5’10’’ et de 200 livres réputé sympathique, jouera au troisième-but, ce qui ramènera Josh Vitters au premier coussin sur une base régulière. Lachlan Fontaine devrait aussi être réactivé mercredi.