Mercredi, Karl Gélinas a lancé au moins sept manches pour la 12e fois à ses 13 derniers départs.

Gélinas «impeccable»

Les Capitales ont profité d'une performance «impeccable» de Karl Gélinas pour soutirer une victoire de 3-2 aux Aigles de Trois-Rivières, mercredi soir, au Stade Canac. Mais surtout pour s'emparer seuls du premier rang de la Ligue Can-Am!
Le vétéran lanceur a savouré une deuxième victoire en deux départs pour la première fois depuis le 14 juin. «Deux de suite, je ne sais pas trop comment réagir à ça. Ça fait longtemps que j'ai eu ça», a lancé Gélinas, mi-blagueur.
«Je me sentais bien, ç'a été un match très serré. Les choses vont de mieux en mieux, le corps se sent bien. Le but, c'est d'arriver en pleine forme à la fin de la saison et dans les matchs les plus importants en séries. Je suis sur la bonne voie», a dit Gélinas, parlant de petits ajustements dans sa mécanique qui lui permettent de progresser.
Gélinas (6-3) n'a pas multiplié les victoires cette saison, mais il connaît de bons moments malgré tout. Mercredi, il a lancé au moins sept manches pour la 12e fois à ses 13 derniers départs.
Il a connu ses seuls ennuis en septième, où deux coups sûrs et une balle passée lui ont coûté un point. Il a cédé sa place à Andrew Elliott en huitième, terminant le match avec cinq coups sûrs accordés et six retraits au bâton.
«Le Karl des séries éliminatoires!» a commenté le gérant Patrick Scalabrini. «Ça lui faisait quelque chose de ne pas être capable d'aller chercher les décisions. Il a lancé un match impeccable. [...] La balle sortait bien de sa main, c'était l'fun de voir ça.» 
Un petit coussin
Les Capitales ont donné un petit coussin à Gélinas dès la première manche. Yurisbel Gracial (double) et Kalian Sams (simple) ont produit les deux premiers points de la rencontre contre Chris Murphy. Trois manches plus tard, James McOwen a frappé son neuvième circuit de la saison pour ajouter à la priorité des locaux.
Elliott a accordé un circuit à Brenden Webb en huitième, le cinquième de la saison du premier frappeur des Aigles, ce qui a compliqué la tâche de Nolan Becker en fin de match. Le releveur gaucher est malgré tout parvenu à protéger son 18e gain en 2017.
Comme la veille, les Aigles ont accordé des points dès la première manche. Mais cette fois-ci, le gérant T.J. Stanton était heureux malgré la défaite. Son partant Murphy (2-5) a été solide en accordant huit coups sûrs en 5,1 manches. Et ses frappeurs ont mieux paru que le démontrent leurs sept balles placées en lieu sûr.
«Je suis tellement content de mon lanceur partant», a-t-il répété. «Et notre attaque a fait de bons contacts, pratiquement à chaque présence [au bâton]. On a frappé des flèches partout. Je n'ai aucune raison de me plaindre. On a commencé lentement, mais on a progressé à chaque manche.»
Quant au premier rang des Capitales, Scalabrini savourait le moment, les Boulders de Rockland ayant perdu 8-3 face aux Jackals du New Jersey. «On joue bien, on a une bonne séquence. Rockland ne perdait pas, alors qu'ils en échappent deux d'affilée, c'est de bon augure pour nous. Il faut s'occuper de notre business, ne pas regarder en arrière et se placer les pieds pour les séries.»
Les Capitales tenteront de balayer la série de trois matchs face aux Aigles jeudi soir, au Stade Canac. Edilson Alvarez pour les visiteurs et Arik Sikula pour les locaux sont les artilleurs annoncés.
Fuenmayor se rapproche de Québec
Balbino Fuenmayor
Le retour du puissant Balbino Fuenmayor avec les Capitales regarde de mieux en mieux. Le joueur vénézuélien a terminé sa saison avec Veracruz dans la Ligue du Mexique et il serait intéressé à revenir à Québec, où il avait frappé 23 circuits, produit 99 points et conservé une moyenne au bâton de ,347 en 2014. «On travaille là-dessus. [...] Ça devrait marcher, on l'espère», a affirmé Patrick Scalabrini. «Il y a plein de facteurs. C'est un Vénézuélien, alors c'est compliqué avec la paperasse et tout ça. Mais ça regarde bien», a-t-il ajouté. La situation serait idéale pour le gérant des Capitales, une de ses quatre places de vétéran est toujours disponible dans son alignement. Un autre joueur devrait toutefois écoper, mais Scalabrini a refusé de spéculer, mercredi. «On boira l'eau rendu à la rivière.» Si l'entente avec Fuenmayor devait se concrétiser, ce sera tout près de la date limite des mouvements de personnel, le 25 août.
À 14 retraits au bâton des 1000
Grâce à ses six retraits au bâton mercredi, Karl Gélinas n'est plus qu'à 14 des 1000 en carrière dans les rangs professionnels. Une statistique qu'ignorait le principal intéressé avant que Le Soleil lui en glisse un mot, tout de suite après le match. «C'est cool. Je me disais qu'un moment donné j'allais l'avoir. Mais je savais pas à combien j'étais rendu. En espérant que je l'aie d'ici la fin de l'année», a dit le vétéran droitier avec un grand sourire. Reste 18 matchs à la saison des Capitales, ce qui devrait permettre à Gélinas d'obtenir quatre départs. «Mathématiquement parlant, ça devrait être correct», a-t-il ajouté. Après avoir passé quatre saisons dans les filiales des Angels de Los Angeles, de 2003 à 2006, Gélinas a fait le saut chez les Capitales en 2007. De ses 986 retraits au bâton, 783 ont été réussis dans l'uniforme québécois. Sa meilleure campagne à ce chapitre remonte à 2014 avec 123 succès. Il en compte 71 cette saison.