Dans un match serré, tous les moyens sont bons pour neutraliser l'adversaire. Ici, le premier-but Jordan Lennerton avait le coureur des Jackals à l'oeil.

Encore l'impasse entre Capitales et Boulders

Leur chiffre magique n'a pas bougé! Au lieu de se rapprocher à un match du championnat, les Capitales de Québec ont encore un peu de travail à faire pour confirmer leur première place en raison d'une défaite de 4-3 face aux Jackals du New Jersey, vendredi, à leur retour au Stade Canac devant 3201 spectateurs.
Malgré un bel effort en fin de neuvième, où ils avaient le point vainqueur au deuxième but, les Capitales entreprenaient du mauvais pied leur dernière série de la saison régulière contre une équipe qu'ils pourraient revoir en demi-finale si les résultats de la fin de semaine jouaient contre eux.
Ils partagent à nouveau la tête du classement de la Ligue Can-Am avec les Boulders de Rockland, qui ont vaincu les Champions 1-0, à Ottawa, pour combler le petit d'écart d'un match qui séparait les deux équipes. Si une égalité devait persister au terme du 100e match, lundi, les Capitales seraient couronnés pour leur nombre de victoires contre les Boulders.
«On a encore notre destin entre les mains. On est chez nous, ça nous prend le contrôle de ça, il faut juste faire au moins comme Rockland», indiquait le gérant Patrick Scalabrini après la défaite, qui portait la fiche des siens à 62-35.
Une première depuis juin
Les Jackals ont utilisé la longue balle pour régler le cas des Capitales. Art Charles, Joe Dunigan et Adam Martin ont tous frappé un circuit en solo aux dépens du partant Arik Sikula (12-5), privant ainsi ce dernier d'une 13e victoire en 2017 qui aurait égalé le plus haut total dans la Ligue, cette saison. Le combatif droitier perdait aussi pour une première fois à Québec depuis le 18 juin, justement contre ces mêmes Jackals.
«Depuis quelque temps, les matchs serrés ne tournent pas de notre bord, mais on a encore le sentiment d'être la meilleure équipe de la Ligue. Pour ma part, j'estime avoir lancé avec confiance, effectué de bons tirs, je ne vois pas trop de négatif même si la séquence est terminée», notait Sikula, auteur de 10 retraits au bâton en sept manches.
À l'image de leur dernière tournée aux États-Unis, les Capitales n'ont guère été menaçants au bâton. Ils n'ont allongé que sept coups sûrs, leur plus sérieuse menace venant en fin de neuvième manche. Mais Balbino Fuenmayor s'est commis dans un jeu d'option à l'arrêt-court avec les buts remplis pour mettre fin au match. 
«J'espérais qu'on allait se sortir de notre mauvaise passe au bâton en revenant à Québec. [David] Richardson [fiche de 7-4] est un bon lanceur, mais ç'a été difficile», ajoutait Scalabrini.
NOTES : Malgré une blessure à l'ischio-jambier, le voltigeur Kalian Sams était de l'alignement... À sa demande, l'arrêt-court Yordan Manduley a profité d'un congé... Le receveur Jean-Luc Blaquière, qui a joué trois saisons à Québec de 2013 à 2015, disputera le match de dimanche en l'absence de Maxx Tissenbaum... Karl Gélinas (8-3) sera à la recherche de sa neuvième victoire de la saison, samedi (à 18h05).
***
Fuenmayor veut une autre bague
Lorsque le gérant Patrick Scalabrini lui a demandé, quelque part en juillet, s'il accepterait de rejoindre les Capitales à la fin de sa saison dans la Ligue du Mexique, Balbino Fuenmayor n'a pas eu besoin d'une longue période de réflexion. «Bien sûr, je suis tellement heureux de jouer à nouveau à Québec», confiait le puissant frappeur droitier avant son premier match au Stade Canac, vendredi.
Reconnu par son prénom, Balbino Fuenmayor avait connu une année de rêve à Québec en 2014 avec 23 circuits et 99 points produits, seconde récolte la plus élevée de l'histoire de l'équipe après les 112 d'Eddie Lantigua, en 2015.
Balbino Fuenmayor n'a pas hésité à accepter l'offre du gérant Patrick Scalabrini lorsque ce dernier lui a demandé de se joindre aux Capitales à la fin de sa saison dans la Ligue du Mexique.
Ça lui avait valu une mise sous contrat par les Royals de Kansas City, qui l'ont vite promu du AA au AAA en 2015, saison où il a frappé 17 circuits et produit 66 points. En 2016, il a disputé toute la campagne au niveau AAA, à Omaha, et cognait à la porte des ligues majeures.
«Mais je me suis blessé au ligament croisé intérieur du genou gauche, c'est ce qui m'a empêché de jouer en haut. J'étais proche, mais j'ai eu une malchance. Il s'agit d'une déception, mais je ne peux rien y faire. Il n'y a rien de facile, et dans la vie, il faut surmonter les obstacles. C'est ce que je fais, je suis encore à la poursuite de mon rêve», indiquait-il devant l'abri des Capitales.
La tentation du baseball affilié
Invité au camp d'entraînement des Braves d'Atlanta, le joueur de 27 ans originaire de Valencia, au Venezuela, a été retranché lors du tout dernier jour de la Ligue des Pamplemousses. Il s'est vite trouvé une place au Mexique, où il a frappé dans une moyenne de ,302 avec 16 circuits et 64 points produits à Veracruz.
«Les Braves m'aimaient bien, mais ils n'avaient pas de place pour moi dans leur filiale AAA. Après, la Ligue du Mexique m'a appelé, c'était un bon calibre pour retrouver mes moyens. J'y ai présenté de bons chiffres, ça pourrait m'aider à obtenir un nouveau contrat.»
Fuenmayor reluque un retour dans le baseball affilié, la saison prochaine. Déjà, son agent discute avec certaines équipes. «J'aimerais avoir la chance de montrer que je peux jouer dans les majeures, mais il y pourrait aussi y avoir des ouvertures au Japon ou en Corée.»
Pour l'instant, toute son attention est tournée vers les Capitales, une équipe qui lui colle à la peau depuis la conquête du championnat de 2013 et sa brillante saison de 2014.
«J'ai toujours gardé un contact avec Pat [Scalabrini], qui est un bon gérant, un bon gars, on se "textait" régulièrement.
«Je trouve ça fantastique de jouer à nouveau avec les Capitales, j'ai toujours aimé la ville de Québec. Je débarque en plus dans une équipe de première place au classement qui vise le championnat. Ça tombe bien, car je veux avoir une autre bague», indiquait celui qui a notamment déjà joué avec Arik Sikula et Marcus Knecht lors de son séjour dans l'organisation des Blue Jays de Toronto.