Après avoir ébranlé les lanceurs adverses pendant neuf saisons à Québec, Eddie Lantigua tente maintenant de s’illustrer dans le milieu des affaires en lançant la marque EL 31, qui vise à offrir des produits de qualité, à prix abordable.

Eddie Lantigua s'élance en affaires

Il détient à peu près tous les records offensifs de l’histoire des Capitales. Après avoir frappé la balle avec puissance pendant neuf saisons à Québec, Eddie Lantigua se lance dans la fabrication de bâtons et d’équipement de baseball par l’entremise de la marque EL 31, une nouvelle entreprise portant ses initiales et son ancien numéro.

Avant de mettre un nouveau bâton de bois sur le marché, Lantigua voulait d’abord le tester. Les résultats ont été concluants, à ses yeux. «Il est primordial pour moi d’offrir un produit de qualité à un coût abordable, c’est la priorité. Je l’ai essayé, mes fils aussi, il est vraiment solide. Même toi, tu pourrais frapper des flèches», dit-il en riant à l’auteur de ces lignes.

Lantigua s’est associé à Stephan Therrien, également de Québec, pour lancer la compagnie EL 31. Leurs conjointes sont aussi dans l’aventure, tout comme Raul Rodriguez, l’ancien lanceur mexicain des Capitales, déjà impliqué avec Lantigua dans les gants de baseball.

«Le baseball se pratique partout dans le monde, il y a une forte demande pour des bâtons de qualité. Ce que je veux, c’est de développer le top du top. Je ne cherche pas à devenir riche avec ça, mais je peux avoir encore beaucoup de plaisir avec ma passion, même si je ne joue plus au niveau professionnel», indique le natif de la République dominicaine.

Commencer lentement

Ne cherchez pas les produits EL 31 tout de suite sur les tablettes. Les premières livraisons devraient se faire, bientôt, en juillet. Un site Internet verra sous peu le jour. La compagnie offrira quatre modèles de bâton en érable et bouleau jaune, des gants, des vêtements et autres produits en lien avec le baseball.

«On veut commencer lentement, on va être sage en partant. On ne fabriquera pas 5000 bâtons pour les placer sur le mur d’un magasin. Nos produits seront d’abord offerts à Québec, et ensuite, on ira vers l’extérieur. Il y a de la demande au Mexique, je connais beaucoup de monde en République dominicaine, partout.»

Il n’est pas encore question de voir les bâtons EL 31 dans les ligues majeures. Trop cher, pour l’instant, «à moins que Vladimir [Guerrero] me dise qu’il embarque avec moi», dit-il en riant à propos de son ami et ancienne gloire des Expos qui sera de passage, jeudi, à Québec. Mais Lantigua est sûr de pouvoir faire sa place dans ce milieu où la concurrence est grandissante. En 2005, il a frappé 31 circuits et produit 112 points avec un B45 fabriqué à Québec.

«Je ne parlerai jamais en mal d’une autre compagnie. J’avais un méchant bon bâton et je veux en produire d’aussi bonne qualité. Mes bâtons ne sont pas encore distribués et on me les demande déjà. Ils disent : “C’est Eddie, il connaît ça, lui, les bâtons de baseball...” Il y a des gens de l’extérieur qui veulent les faire, mais je tiens à ce qu’ils soient fabriqués ici. Québec, c’est chez moi, je suis fier de m’être établi ici, de vivre à Québec», souligne le Dominicain ayant obtenu sa citoyenneté canadienne.

Les fils d’Eddie Lantigua utilisent présentement des bâtons EL 31 dans la Ligue de baseball junior élite du Québec. Érick, des Voyageurs de Saguenay, vient d’être nommé joueur offensif de la semaine dans la LBJEQ. L’aîné, John Anthony, a récemment frappé son premier circuit de la saison avec les Aigles de Trois-Rivières. Il a conservé une moyenne offensive de ,330 avec 14 circuits et 46 points produits à l’Université Western Oklahoma State.