Après deux manches sans histoire, le partant des Capitales Juan Benitez a peiné en troisième, accordant quatre points aux Champions d'Ottawa, qui l'ont finalement remporté 9-4, mercredi.

Deuxième vilain revers en deux soirs pour Québec

Pour une seconde fois d’affilée, les Capitales de Québec n’ont pas été en mesure d’offrir une 500e victoire à leur gérant, Patrick Scalabrini. Deux poussées de quatre points ont permis aux Champions d’Ottawa de l’emporter 9-4, mercredi, au parc RCGT.

Scalabrini avait obtenu sa 499e victoire à la barre des Capitales, lundi, lors du premier match entre les deux équipes, mais n’a pas atteint le plateau symbolique lors des deux suivants. Les Champions ont finalement remporté cette série.

Les Capitales s’inclinaient une deuxième fois de suite et montrent un dossier de 5-5 à leurs 10 dernières rencontres. Ils ont glissé à 2,5 matchs du premier rang de la Ligue Can-Am et des Miners de Sussex, auteurs d’un coup de balai dans un programme double contre Rockland, mercredi.

«Ce fut tout simplement un mauvais match de notre part, sûrement le premier de la saison où ç’a été aussi difficile. On a commis trois erreurs, mais c’est une disgrâce, car on en méritait au moins cinq. Tu ne peux pas gagner en donnant autant de points», admettait le gérant, rejoint après le match.

Après avoir encaissé un revers de 10-2, mardi, les Capitales n’avaient pas l’avantage sur le monticule dans ce duel qui opposait Jordan Kurokawa (6-3) au nouveau venu Juan Benitez (0-2).

Après deux manches sans histoire, Benitez a flanché en troisième, accordant quatre points aux locaux, dont deux sur le simple de Daniel Bick, qui a bouclé la soirée avec une récolte de quatre points produits à la faveur de deux coups sûrs. L’ancien des Capitales Steve Brown a produit deux points pour les vainqueurs.

«Ça fait deux départs difficiles de suite pour nos partants. Benitez avait bien commencé, le mot d’ordre était de ne pas donner de passes gratuites à Ottawa, mais il a été erratique en troisième avec deux buts sur balles, atteint un frappeur et une erreur de notre troisième-but [T.J. White], même si le marqueur a donné un coup sûr, ce qui a fait mal», a résumé Scalabrini.

Débuts de Stevenson

Du côté des Capitales, Lachlan Fontaine a poussé deux coéquipiers au marbre, tout comme Nick Van Stratten, celui-ci le faisant au moment où les siens tiraient de l’arrière 9-2 en début de neuvième.

Appelé en relève, J.P. Stevenson a permis au personnel de relève de souffler un peu. Mis sous contrat en journée, le gaucher de l’Île-du-Prince-Édouard a lancé 3,1 manches, donnant deux points à son quatrième passage sur la butte dans ce qui fut une autre poussée de quatre points des Champions. Stevenson s’amenait de la Conférence Metro Atlantic Athletic (MAAT), où il a été nommé lanceur de l’année et joueur par excellence des séries éliminatoires remportées par son équipe, le Collège Canisius, alma mater de l’ancien releveur des Capitales Chris Cox. En 92,2 manches, il a obtenu 92 retraits au bâton et 10 victoires.

«Il n’y a pas que du négatif, Fontaine et Van Stratten s’élancent bien, on a aimé ce qu’on a vu de Stevenson. Mais il faut quand même que les gars se regardent dans le miroir, car on a une grosse série à disputer à Rockland. Il faut faire mieux, sinon ce sera difficile, et je ne parle pas en termes de résultats, mais plutôt de rendement sur le terrain, car on n’avait pas l’air d’une équipe professionnelle dans les deux derniers matchs.»

Après le match, les Capitales se rendaient dans l’État de New York pour y affronter les Boulders de Rockland, à compter de jeudi, dans le premier match d’une série de quatre. Les Capitales miseront dans l’ordre sur leurs quatre meilleurs partants, actuellement, soit Ryan Searle, Brett Lee, Jay Johnson et Karl Gélinas. Blessé à un poignet, le voltigeur Kalian Sams est sur le point de revenir au jeu.