Patrick Scalabrini (à gauche) et Karl Gélinas (au centre) accueillent cette année au sein de la formation des Capitales 10 nouveaux lanceurs. De tous les artilleurs ayant évolué la saison dernière dans la Vieille Capitale, seul Gélinas est de retour en 2017.

Coach Gélinas présente ses lanceurs

Qui de mieux placé pour présenter les 10 nouveaux lanceurs des Capitales que leur instructeur et coéquipier Karl Gélinas? Depuis l'autobus qui menait l'équipe à Ottawa, mardi, la grande vedette de la formation québécoise a accepté de faire un survol de ce groupe qu'il «adore».
LES PARTANTS
Lazaro Blanco, 31 ans
«J'ai rarement vu un lanceur aussi précis que Blanco. Il lance quatre tirs avec des angles de bras différents. Il est dans la zone des prises constamment, il peinture les coins», souligne Gélinas. Blanco est considéré comme le partant numéro 1B des Capitales, le gérant Patrick Scalabrini n'osant pas le mettre plus loin dans la hiérarchie que Gélinas lui-même. Le grand Cubain de 6'4'' (au moins!) se pointe à Québec avec une solide réputation, celle de meilleur partant de sa redoutable équipe nationale.
Brett Lee, 26 ans
L'ancien espoir des Twins du Minnesota est perçu comme le troisième partant. Gaucher, il contrôle bien quatre lancers, selon Gélinas. «Il a du mordant sur tous ses tirs. Je pense qu'il va être difficile à frapper, autant pour les droitiers que pour les gauchers.» Natif de Pensacola, en Floride, Lee a conservé une fiche de 31-17 et une moyenne de points mérités de 3,16 en cinq saisons dans le baseball affilié, dont deux dans le AA.
Joseph Maher, 24 ans
«C'est un peu un projet», admet Gélinas d'emblée, en parlant de l'ancien espoir des Yankees de New York. «Il a énormément de potentiel. Son meilleur lancer est son changement de vitesse, qu'il utilise beaucoup. Le défi avec lui sera de trouver une constance dans sa balle courbe.» Le droitier de 6'5'' porte pour l'instant le chapeau de quatrième partant.
Arik Sikula, 28 ans
Le Californien a surpris Gélinas par sa vélocité, mais aussi par son attitude. «Il a l'air d'un bulldog. Il veut la balle et il sait ce qu'il fait. Ce sera un cinquième partant de luxe», prévoit le Québécois. De 2011 à 2015, Sikula a lancé dans les filiales des Blues Jays de Toronto. Utilisé en relève, il a réussi 66 sauvetages, retirant 237 joueurs sur des prises en 225 manches.
LES RELEVEURS
Frank Batista, 28 ans
Le releveur numéro 1 des Capitales n'était pas au camp d'entraînement en raison d'un problème de visa. Il doit rejoindre ses coéquipiers pour le premier match de la saison jeudi, au New Jersey. À 5'11'', «la comète» dominicaine sera le plus petit artilleur d'un groupe qui compte six hommes de 6'3'' ou plus.
Trevor Bayless, 25 ans
«C'est potentiellement lui qui lance le plus fort de tous nos lanceurs», dit Gélinas de ce releveur «électrisant», qui possède aussi une bonne balle fronde. Idéal pour «éteindre les feux», il risque d'être appelé à mettre la table pour Batista, en septième et huitième manches. Ancien espoir des A's d'Oakland, Bayless a brièvement atteint le niveau AAA en 2015.
Nolan Becker, 25 ans
Pour l'instant, Gélinas voit l'imposant releveur gaucher de 6'6'' et 240 livres comme son spécialiste des situations gaucher contre gaucher. «Maintenant, s'il nous démontre qu'il est capable d'avoir du succès contre les droitiers aussi, peut-être que son rôle va changer», dit l'instructeur des lanceurs des Capitales. En cinq saisons dans les filiales des Reds de Cincinnati, les New-yorkais a réussi 170 retraits au bâton en 176 manches.
Andrew Elliott, 25 ans
Le natif de l'Ohio possède le statut de recrue, mais il ne lance pas comme un néophyte, a remarqué Gélinas. Tellement que l'instructeur voit déjà l'Américain dans un rôle similaire à celui de Bayless. Le parcours d'Elliott dans le baseball affilié s'est arrêté au niveau A-, l'an dernier.
Miles Moeller, 24 ans
Acquis en novembre dans la transaction qui a envoyé Derrick Pyles à Ottawa en juin, Moeller a connu une solide première saison professionnelle avec les Champions, l'an dernier. Il a même joué un rôle important dans la conquête du titre de la Can-Am par la formation ontarienne, n'accordant aucun point mérité en sept manches en séries. «Un gars qui va être capable de nous donner une ou deux manches, capable d'aussi bien lancer contre les gauchers que les droitiers. [...] On s'attend à ce qu'il soit un rouage important», dit Gélinas.
Jaspreet Shergill, 26 ans
Cousin de l'ex-Capitales Jasvir Rakkar, Sherghill est un spécialiste de la bonne vieille balle sous-marine. L'Ontarien a changé sa motion il y a quelques années à peine. «Il nous a démontré de belles choses pendant le camp d'entraînement. On avait peur pour sa précision, mais il nous a impressionnés. Il va falloir qu'il gagne notre confiance, mais il a le potentiel d'être différent et spécial par rapport aux autres lanceurs de l'enclos.» Shergill n'a jamais joué dans le baseball affilié.
ET KARL GÉLINAS...?
L'as lanceur de 33 ans a profité de deux camps d'entraînement, ce printemps. Celui des Capitales, mais aussi celui des Pericos de Puebla de la Ligue du Mexique, où il a lancé six manches. Il doit maintenant apprendre à combiner ses tâches d'instructeur et de lanceur. «Je dois trouver un mariage dans ma routine, ne pas oublier que je dois aussi penser à moi et non juste à mes lanceurs», dit le seul joueur québécois de l'équipe en 2017. «Je me sens très bien. J'ai hâte que ça commence.»