Après une faste récolte de trois circuits, mardi, Kalian Sams avait encore faim. Le puissant frappeur des Capitales a pointé vers la foule après avoir réalisé le premier grand chelem de l'équipe propulsant Jordan Lennerton, Yordan Manduley et James McOwen au marbre.

Capitales: record de trois grands chelems

Après avoir frappé trois circuits, la veille, Kalian Sams avait encore quelque chose à offrir à la foule la plus élevée (3635 spectateurs) de la saison, mercredi. Son grand chelem - le premier de trois pour les bombardiers du Stade Canac - dès la première manche a pavé la voie à une écrasante victoire de 19-2 des Capitales de Québec devant les Champions d'Ottawa.
Les trois grands chelems de Sams, de Daniel Rockett et de James McOwen représentaient un record de la Ligue Can-Am. Pour Sams, il s'agissait de son cinquième circuit en trois matchs dans cette série où il a aussi produit 15 points. Il compte désormais 19 longues balles et a égalé la marque de trois grands chelems en une saison que détenait l'ex-Capitales Eddie Lantigua depuis 2005.
Il n'était donc pas étonnant de voir les Champions lui accorder deux passes gratuites à ses deux présences suivantes. Sams a cependant soulevé l'ire des Champions, en troisième, lorsqu'il s'est mis en course vers le deuxième but avec une avance de 11-0... Il s'est ensuite excusé auprès d'un entraîneur des visiteurs tout juste avant d'être retiré du match par son gérant.
«Il a dit à nos gars qu'il avait oublié le score et il s'est excusé, alors on va le croire, mais on sait pourquoi il a été sorti du match. Pour nous, c'est une mauvaise semaine, nos lanceurs ne l'avaient pas et le changement d'air va nous faire du bien», racontait Sébastien Boucher, croisé dans l'abri des Champions après le refus poli d'Hal Lanier de commenter le match.
«À un moment, tu assumes ce que tu fais, tu sais qu'on va t'atteindre, mais je ne voulais pas risquer une blessure tellement il est en feu. Il s'est excusé et se trouvait cave d'avoir fait ça, mais d'un autre côté, Kalian est un joueur respecté. Il est aussi contagieux pour le reste de l'équipe, et offensivement, c'est impressionnant ce qu'on a fait. J'espère que ce match fera du bien à Rockett», soulignait le gérant des Capitales Patrick Scalabrini.
«Quel soulagement!»
Car Sams n'a pas été le seul à se démarquer. En deuxième et septième, Rockett (3 en 5, 5 pp) et McOwen (3/6, 4 pp) ont enchaîné avec des grands chelems à leur tour dans ce festival de 19 coups sûrs. Le droitier Joey Maher (3-2) a bénéficié de cet appui et n'a accordé que deux points en cinq manches même s'il a manqué de contrôle avec cinq buts sur balles.
«Quel soulagement! Je me mettais beaucoup de pression sur les épaules, je sais que je suis meilleur que ce que j'ai montré depuis mon arrivée. J'ai été inspiré par Sams», notait Rockett, qui n'avait jamais vu une équipe réussir trois grands chelems dans le même match.
Le partant Austin Chrismon (5-3) a connu son pire départ depuis qu'il endosse l'uniforme des Champions. En une manche et deux tiers, il a cédé 11 points sur huit coups sûrs, dont les grands chelems à Sams et Rockett.
Les Capitales ont balayé cette série de trois matchs contre leurs rivaux d'Ottawa. Ils ont malmené les lanceurs adverses avec une récolte de 37 points et huit circuits. Il s'agissait d'une cinquième défaite de suite pour les Champions, qui prenaient la route vers le New Jersey après le match. Les Capitales et Lazaro Blanco (6-2) reçoivent les Aigles de Trois-Rivières à compter de jeudi.
NOTES : La Ligue Can-Am dévoilera l'identité des joueurs retenus pour le match des étoiles à Ottawa, mardi... Furieux après avoir accordé un circuit après deux retraits en neuvième, mardi, le releveur Nolan Becker a donné un coup de pied dans un mur de béton à son retour à l'abri et a passé des radiographies, mercredi, pour vérifier s'il ne souffrait pas d'une fracture.
Du jamais vu pour Scalabrini
Le gérant des Capitales Patrick Scalabrini
Le gérant des Capitales Patrick Scalabrini n'avait jamais été témoin d'un match de trois circuits par un même joueur dans les rangs professionnels, comme l'a fait Kalian Sams, mardi.
«Je n'avais jamais rien vu de tel, mais ce qui m'impressionne encore plus, c'est qu'il ne l'a pas fait dans une victoire de 22-1, mais plutôt dans un match serré et sous pression», indiquait Scalabrini, quelques minutes avant d'assister au troisième grand chelem de la campagne du frappeur droitier en première manche.
Sams a réalisé un exploit peu commun dans la victoire de 9-7 des siens, mardi. Les trois coups de canon du voltigeur portaient son total à 18 depuis le début de la saison. Il s'approche du record de la Ligue Can-Am de 31 circuits en une saison appartenant à Eddie Lantigua depuis 2005.
«Il est sur un rythme pour détruire l'un des records les plus spectaculaires de la Ligue et nous n'avons même pas encore atteint la mi-saison. Il a tellement de puissance, c'est excitant d'être témoin de ça à tous les jours. On n'a pas la chance d'assister à un tel phénomène souvent, j'espère que les gens le réalisent», notait le gérant de l'équipe qui doit disputer son 50e match sur 100, dimanche.
Malgré les exploits de Sams, le téléphone ne sonne pas pour ses services. Le baseball affilié est rarement attiré par les joueurs de 30 ans. Pour l'instant, Sams fait le plein de chiffres pour obtenir un contrat japonais, la saison prochaine. «Il doit sûrement y avoir quelqu'un, quelque part, qui voit ce qu'il fait. C'est le même principe que [Nolan] Becker, il n'a pas d'affaire ici», notait celui qui est bien heureux de miser sur la production des deux joueurs en question.
Ne craint-il pas de les perdre? «On ne peut pas s'inquiéter de voir partir chaque gars qui performe. Ça arrive à l'occasion, c'est l'histoire de notre vie dans le baseball indépendant.»