De gauche à droite: Michael Laplante, président des Capitales, Karl Gélinas, lanceur étoile, Patrick Scalabrini, entraineur.

Capitales: des Cubains... au conditionnel [VIDÉO]

Outre le retour de l’inter Yordan Manduley, les Capitales de Québec aligneront deux autres Cubains cet été avec le releveur Vladimir Garcia et le bon frappeur Stayler Hernandez. Mais comme rien n’est pareil avec Cuba, vaudrait mieux conjuguer la nouvelle au conditionnel.

Léger malaise, jeudi matin sous le dôme du stade Canac, autour de l’annonce de la venue de Garcia et de Hernandez pour la 21e saison du club de baseball indépendant, dont c’était le lancement.

C’est écrit noir sur blanc, dans un communiqué, en plus du retour déjà annoncé de Manduley. Paragraphe qui a toutefois sauté dans la version électronique reçue plus tard dans la journée.

«J’ajouterais un astérisque dans le communiqué. C’est au conditionnel», a tenu à préciser le gérant Patrick Scalabrini, d’abord au lutrin, puis devant micros et caméras des journalistes.

Deux choses. «Les visas ne sont pas prêts, le travail n’est pas encore terminé, alors on ne veut pas brûler les étapes», justifie Scalabrini.

«Mais je me fie qu’ils viennent. Chaque année [avec la fédération de baseball cubaine], c’est long et compliqué. Nous avons une très bonne relation avec eux, ils ont toujours livré la marchandise et j’ai confiance que ce sera encore le cas. Ça regarde très bien», résume l’homme de baseball québécois.

Mais, car il y a un mais. «Il y a un petit problème, ils ne veulent pas l’annoncer tout de suite», poursuit Scalabrini. Rien n’est encore officiel, donc. Et tant que les dirigeants du baseball cubain n’ont pas apposé leur imprimatur et publié leur communiqué tout aussi officiel au moment de leur choix, il n’y a aucune garantie.

«Mais si jamais Vladimir Garcia venait ici, c’est un gros bonhomme qui lance très fort», se permet le pilote des Capitales. «Je l’ai vu dans la Série des Caraïbes cet hiver, il a atteint 95 m/h en relève. Il était au sommet de ma liste il y a cinq ans, mais il a disparu ensuite à cause des blessures. Il est revenu cette année au sommet de son art et je le vois dans les fins de matchs importants.»

«L’autre est... serait Stayler Hernandez, continue le coach. Un gros frappeur, voltigeur ou premier-but, qui a fini premier dans la Série nationale cubaine pour les circuits et les doubles, deuxième pour les points produits. Il va amener de la puissance au cœur de notre alignement», détaille-t-il.

Pas des jeunesses

Les Capitales héritent d’excellents joueurs, mais pas dans leur prime jeunesse. Garcia et Hernandez auront 37 ans en juillet, tandis que Manduley, qui en est à sa cinquième saison à Québec, vient d’avoir 33.

Le gérant devra de plus se passer des services de ses trois Cubains durant la tenue des Jeux panaméricains, du 26 juillet au 11 août.

Les joueurs de la 21e mouture des Capitales de Québec sauteront sur le terrain du stade le lundi 6 mai, le dôme hivernal devant être dégonflé le 1er, soit mercredi prochain. Ils livreront entre autres quatre matchs préparatoires, dont les 11 et 12 mai à Sainte-Marie de Beauce, contre Trois-Rivières, et à Coaticook, contre Ottawa.

Leur premier match de saison a lieu le 17 mai, à Trois-Rivières, et l’ouverture locale est prévue le 21 mai, contre New Jersey. Le calendrier local sera aussi marqué par le retour d’équipes de Cuba et du Japon, en juin.

Notons finalement la diffusion en juin à RDS d’un documentaire d’une heure sur l’histoire des Capitales et leur 20e saison, celle de 2018.