Quatre joueurs ont été expulsés à la suite de la mêlée générale qui a éclaté en 11e manche.

Capitales/Champions: victoire par K.-O. au 11e round

Les 2416 spectateurs réunis au Stade Canac en ont eu pour leur argent, dimanche après-midi. En plus d’assister à un véritable duel de lanceurs des ligues majeures dans une victoire de 5-4 des Capitales de Québec aux dépens des Champions d’Ottawa, ils ont aussi été témoins d’une remontée incroyable à la fin d’une 11e manche pimentée d’une bagarre générale.

Juste d’écrire cela, on est déjà à bout de souffle! Par où commencer : les performances impeccables de Phillippe Aumont et Scott Richmond? La remontée de quatre points des Capitales en 11e manche? La bagarre générale?

«Ce fut un bon match, jusqu’à ça», a dit Aumont après le match. Il n’avait donné qu’un point en sept manches de travail. L’auteur de sept retraits au bâton parlait évidemment du bingo survenu après un triple de deux points de David Salgueiro qui a créé l’égalité 4-4 en fin de 11e manche, ou 11e round, selon la perception qu’on a des choses…

Le hic, c’est que le joueur des Capitales a nargué le banc des Champions après son deuxième triple payant de la série. Il venait d’allumer le feu. Eduard Pinto est parti à ses trousses, les deux abris se sont vidés dans le temps de le dire.

«Avoir été joueur, j’aurais aussi fait quelque chose. Je ne lui en veux pas d’être sorti, j’espère qu’il n’aura pas une grosse suspension. Tu as le droit de te réjouir, mais tu ne peux pas pointer l’abri adverse et penser t’en sortir. Si tu fais ça, c’est sûr qu’il va y avoir une réplique, on lui a donné tout de suite au lieu d’attendre au prochain match», a résumé le gérant des Champions, Sébastien Boucher, tout en jetant le blâme de la défaite des siens sur deux mauvais jeux de son voltigeur de gauche et une erreur du deuxième-but.

Scott Richmond

L’étincelle

Dans le coin bleu, cette victoire par K.-O. était bienvenue. Les Capitales devaient absolument remporter cette série pour que le quatrième rang de la Ligue Can-Am reste encore atteignable. Or, ils avaient la mine basse, en début de 11e, quand les visiteurs ont pris les devants 4-1. Ensuite, ce fut l’étincelle. «Un match émotif comme celui-ci, ça unit une équipe. On pense avoir les bonnes pièces, il nous manquait un peu de magie. Ce fut tout un match, on pensait avoir battu Aumont, on a perdu l’avance en fin de 9e, on pensait avoir perdu en début de 11e et on remonte pour l’emporter. Il s’agit d’une journée importante pour les Capitales, on ne pouvait pas perdre cette série-là», a admis le gérant Patrick Scalabrini.

Il n’a pas vu le geste de Salgueiro après son triple, mais a noté l’esprit de corps de sa troupe pendant cette mêlée générale où quatre joueurs ont été expulsés, soit Salgueiro et Lachlan Fontaine chez les Capitales ainsi que Pinto et Jordan Caillouet chez les Champions.

«Salgueiro a été frappé par-derrière, Fontaine l’a vu et les gars se sont tenus. J’ai aimé le fait qu’on a eu de la classe. Il n’y a pas eu de coups sournois de notre côté», a souligné Scalabrini, qui s’attend à ce qu’il y ait des suspensions imposées par la Ligue Can-Am.

Une fois le clame revenu, il fallait terminer le match. Avec un coureur au troisième but, Brandon Fischer a tout de suite enchaîné avec un simple pour donner la victoire aux Capitales. Le releveur Jack Charleston (2-2) a été crédité de la victoire, la défaite allant au dossier d’Austin Glorius (3-4).

Les deux équipes pourront reprendre leurs esprits, lundi, puisqu’elles sont en congé. Les Capitales reprendront le service mardi en recevant les Aigles de Trois-Rivières pendant que les Champions prendront la route de Rockland pour y affronter les Boulders dans une série importante pour la bataille du 4e rang.

Phillippe Aumont

+

UN DUEL AUMONT/RICHMONDDIGNE DES LIGUES MAJEURES

Avant une 11e manche émotive, l’histoire du match avait été celle de Phillippe Aumont et Scott Richmond, qui ont offert une prestation digne des ligues majeures.

Le premier a joué pour les Phillies de Philadelphie de 2012 à 2015 et le second a lancé avec les Blue Jays de Toronto en 2009. À compter de lundi, les deux seront des coéquipiers avec l’équipe canadienne pour la durée des Jeux Pan-Am.

«Nous avons tous de bons amis dans les deux équipes, ce fut un match excitant, mais malheureusement, ça se termine comme cela. Lorsqu’on regarde le résultat, nous avions vraiment besoin de cette victoire et nous sommes revenus de l’arrière pour aller la chercher», a noté Richmond.

Le vétéran droitier des Capitales a lancé huit manches, sa plus longue sortie de la saison. Il n’a donné que deux coups sûrs et un but sur balles, ne permettant à aucun joueur d’atteindre le deuxième but. Il menait 1-0 lorsque le releveur Dustin Molleken a bousillé la victoire, en fin de neuvième.

«Avec une vue de recul, j’aurais peut-être dû lancer une manche de plus», a dit Richmond avec un clin d’œil en signant des autographes sur le terrain du Stade Canac.

Son rival d’un jour et ami depuis toujours a été aussi efficace que lui. Aumont a lancé aussi bien qu’il le pouvait, et si ça n’avait pas été d’une erreur du voltigeur de gauche Brian Portelli, il n’aurait probablement pas donné de points aux Capitales.

Si Richmond voulait rivaliser lancer par lancer avec Aumont, le grand droitier des Champions n’avait pas le temps de regarder son ami lorsqu’il rentrait à l’abri. «Scott et moi, on a joué souvent ensemble avec l’équipe canadienne, on se connaît bien. Il lance son match et moi, le mien. Entre les manches, je pense plus à ce que je vais faire et non pas à le regarder. On est deux vétérans lanceurs avec de l’expérience, on ne se laisse pas distraire par ce qui peut survenir», a noté Aumont.

Chose certaine, les deux droitiers s’en vont aux Jeux Pan-Am sur une bonne note. «Je me sens bien, ça va être excitant», a admis Richmond, dont la sortie était rassurante pour les Capitales. «Je me prépare toujours de la même façon à tous les matchs, peu importe la ligue ou le tournoi», a pour sa part ajouté Aumont, qui sera accompagné du releveur Evan Rutckyj au tournoi disputé à Lima, au Pérou. Le voltigeur Steve Brown (Colombie) y sera aussi. Carl Tardif