James McOwen a produit deux points à l’aide de deux coups sûrs contre les Boulders de Rockland, vendredi.

Capitales 3/Boulders 8: Québec a oublié la recette de la victoire

Les Capitales de Québec ont perdu la recette de la victoire. En s’inclinant par 8-3 aux dépens des Boulders de Rockland, vendredi au parc Palisades Credit Union, ils encaissaient ainsi une quatrième défaite de suite.

Il s’agit de leur plus longue séquence négative de la saison 2018 de la Ligue Can-Am de baseball indépendant. Et ça tombe en pleine semaine où leur prochaine victoire permettra au gérant Patrick Scalabrini d’obtenir la 500e de sa carrière à la barre des Capitales.

Au lieu de cela, Scalabrini vient d’encaisser ses 331e, 332e, 333e et 334e défaites depuis qu’il dirige la formation québécoise. Les Capitales ont glissé à 4,5 matchs de la première place occupée par Sussex. Pendant ce temps, les Boulders se rapprochaient à quatre matchs des Capitales, installés au deuxième rang depuis quelques semaines.

À égalité 3-3 après six manches, le match s’est joué en septième. Après avoir vu les Capitales bousiller une belle occasion en laissant moisir deux coureurs sur les sentiers avant même qu’il y ait un retrait, les Boulders sont tombés à bras raccourcis sur les releveurs. Trois doubles consécutifs aux dépens de Will Dennis et Sean Donatello leur ont permis d’inscrire trois points et de prendre l’avance 6-3. Ils ont creusé l’écart à 8-3 avec deux autres points contre Donatello en huitième.

«À mon avis, on perd ce match en raison de toutes les occasions bousillées pour croiser le marbre. On a réussi à se sortir de nos bonnes manches. Dans une, on a eu quatre buts sur balles et marqué seulement un point. Nous n’avons présentement pas la profondeur pour rater autant de chances», estimait Scalabrini au téléphone après le match.

L’effort est là

Il reconnaît que la jeunesse et l’inexpérience de certains joueurs commencent à les rattraper. D’autres jouent aussi malgré des blessures qu’ils n’ont pas le temps de soigner ou de se reposer, ne serait-ce qu’un jour ou deux.

«Ce n’est pas une question d’effort, même que les gars donnent tout ce qu’ils ont. Mais nos joueurs recrues ne devraient pas jouer tous les jours comme ils le font, ils sont surexposés et ça devient plus difficile pour eux. Sauf qu’on n’a pas le luxe de les faire jouer moins souvent», convenait-il.

Au monticule, Brett Lee a lancé six manches, accordant trois points. Mais à compter de la septième, Will Dennis (2-1) et Sean Donatello n’ont pas fait le travail. Pour un, Donatello a donné trois points, mais deux n’étaient pas mérités à sa fiche. Au total, les lanceurs des Capitales ont donné six buts sur balles. À l’attaque, James McOwen a produit deux points à l’aide de deux coups sûrs. Kalian Sams a frappé deux fois en lieu sûr à son retour au jeu.

«Les Boulders forment une équipe très puissante, si on leur ouvre la porte, ils vont en profiter. Donatello se fait frapper solidement ces temps-ci, c’est un peu inquiétant. On a besoin d’un gars comme lui, surtout présentement», précisait le gérant à propos de celui qui a perdu son poste de releveur numéro 1 depuis le retour de Nolan Becker.

Samedi, Jay Johnson (3-0, 1,35) grimpe sur la butte pour les Capitales. Une présence qui donne de l’espoir à Scalabrini.

«Il a été l’auteur de notre dernière victoire, on veut en profiter, car on aimerait leur en voler une ou deux en fin de semaine», ajoutait Scalabrini, dont le club sera de retour au Stade Canac, lundi, pour y entreprendre une courte série de trois matchs contre Ottawa avant de reprendre la route.