Le dôme du Stade municipal maintenant démonté, l'édifice du parc Victoria pourra enfin accueillir joueurs et spectateurs, dès que la Santé publique donnera le feu vert.
Le dôme du Stade municipal maintenant démonté, l'édifice du parc Victoria pourra enfin accueillir joueurs et spectateurs, dès que la Santé publique donnera le feu vert.

Baseball à Québec et Trois-Rivières: plus que quelques ficelles à attacher

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Il reste quelques ficelles à attacher. Mais Michel Laplante espère être en mesure de pouvoir annoncer d’ici la fin de la semaine que son projet de réunir les meilleurs espoirs canadiens dans une ligue à quatre équipes, dont les activités auraient lieu à Québec et à Trois-Rivières, ira de l’avant.

«Le projet est en ébullition et il n’y a aucun signal qui nous dit que ça ne fonctionnera pas», a expliqué le président des Capitales. «Il n’y a rien qui bloque. Mais on est présentement dans un timing qui fait que c’est difficile d’avancer au rythme que je le souhaiterais. Nous sommes dimanche et c’est la Fête des pères et il y aura le congé de la Fête nationale mercredi. Je pense cependant pouvoir vous dévoiler comment le tournoi va fonctionner et le nom des joueurs qui y pendront part d’ici deux ou trois jours. Nous aimerions réunir les joueurs pendant la première semaine de juillet ce qui nous permettrait d’amorcer le tournoi vers la mi-juillet.»

Laplante a expliqué qu’à la base, plusieurs conditions devaient être remplies afin que puisse être présenté le tournoi qu’il avait élaboré, un plan devant pallier l’absence de baseball professionnel à Québec et à Trois-Rivières résultant de la fermeture de la frontière canadienne avec les États-Unis jusqu’au 21 juillet et qui empêchera les Aigles et les Capitales de faire leurs débuts dans la Ligue Frontier en 2020. La décision de la LBEQ de permettre la présentation de matchs à compter du 4 juillet en a réglé une. Puis le Baseball majeur a indiqué qu’il donnait l’autorisation à ses jeunes canadiens sous contrat dans ses organisations et évoluant dans les circuits mineurs de prendre part à l’évènement. 

Le président des Capitales a donc contacté la douzaine d’organisations pour lesquelles les joueurs qui pourraient venir à Québec appartiennent afin d’obtenir leur autorisation pour les utiliser. Et il n’a essuyé aucun refus parce qu’elles ne voyaient pas comment elles pourraient de façon légale empêcher ces athlètes de gagner leur vie et de continuer à progresser. Plusieurs se sont même dites heureuses que leurs poulains canadiens poussent jouer et s’améliorer.


« Avec le nombre de messages que l’on a reçus des amateurs de Québec, on a vraiment le feeling que ça va juste faire du bien de présenter du baseball à tous les soirs, en sécurité, dans notre beau stade avec un band de musique et des feux d’artifice après les rencontres. C’est juste un beau cadeau, je pense à offrir aux gens »
Michel Laplante

Laplante a aussi constaté que de leur côté, les joueurs n’avaient qu’un désir et c’était celui de retourner sur un terrain pour jouer au baseball. Ils se sont donc montrés très enthousiastes au projet tout comme la Ville, qui  a promis de faire tout en son pouvoir pour répondre aux demandes de Laplante et de son équipe, les partenaires des Capitales et les partisans qui ont été consultés.

«Il ne nous reste plus qu’à remplir deux conditions. Les médecins des organisations ont dit OK au projet en autant que leurs joueurs soient protégés et bien testés. C’est un dossier qui ne dépend plus de Michel Laplante. C’est celui de la Santé publique. De toute façon pour pouvoir présenter des matchs, il va falloir que celle-ci nous informe des normes que nous devrons appliquer pour sécuriser les joueurs. Le dossier suit son cours. C’est un processus normal qui fait que je suis en attente. Une fois que je les connaîtrai, je pourrai rassurer les joueurs et les médecins des organisations.

«Finalement, je devrai savoir s’il sera possible d’accueillir des amateurs dans le stade tout en gardant les distances nécessaires. Le Stade municipal peut accueillir 4000-4500 personnes. Je pense qu’à limitant le nombre de spectateurs à 25 % de sa capacité, on pourra respecter les règles de distanciation. On est en train de regarder tout ça afin de déposer à la Santé publique un projet qui démontrera que les personnes qui assisteront aux matchs seront sécurisées.»

Québec et Trois-Rivières

Pour l’homme d’affaires, les choix de Québec et de Trois-Rivières pour tenir son évènement allait de soi. Ces deux villes étaient les seules au Canada à posséder des stades professionnels tout en étant qu’à 75 minutes de route l’une de l’autre.

«Même si tous les intervenants sont en faveur du projet, ça ne veut pas dire que celui-ci est facile à réaliser. Au contraire, il est très exigeant. Nous aurons un horaire très serré. Il va y avoir plus de travail qu’à l’habitude quand on sait qu’après chaque match, il va falloir nettoyer le stade. Nous devrons aussi le nettoyer pendant les matchs. Nous aurons donc besoin de plus de personnel pour moins de spectateurs. Et avec seulement 950 ou 1000 spectateurs, on ne deviendra pas riches.

«Mais avec le nombre de messages que l’on a reçus des amateurs de Québec, on a vraiment le feeling que ça va juste faire du bien de présenter du baseball à tous les soirs, en sécurité, dans notre beau stade avec un band de musique et des feux d’artifice après les rencontres. C’est juste un beau cadeau, je pense à offrir aux gens.»

Laplante a conclu que le démontage du dôme n’a jamais aussi bien été, et ce, malgré la COVID-19, son équipe étant devenue meilleur au fil des ans au niveau de la coordination de la manœuvre.  «La beauté du terrain est extraordinaire. Et à ce niveau-là aussi, c’est très encourageant.»