Cette scène s'est reproduite à de nombreuses reprises, vendredi, au Stade municipal, alors que les Boulders de Rockland ont croisé le marbre 10 fois pour infliger aux Capitales leur pire revers de la saison à domicile.

Capitales: Gélinas dépité après la défaite de 10-1 des siens

Quand votre meilleur lanceur donne trois circuits, vos chances de gagner rétrécissent comme peau de chagrin. Pire encore si vos frappeurs ne cognent pas fort et ne courent pas plus. Recette parfaite pour un revers de 10-1, la pire défaite des Capitales à Québec cette année.
C'est le sort infligé par les Boulders de Rockland (34-24) aux Capitales (29-30), vendredi soir, devant 4011 spectateurs réunis au Stade municipal. Qualifié de «plus importante série de la saison» la veille par le gérant Patrick Scalabrini, cette séquence de quatre matchs contre les meneurs au classement s'amorce du mauvais pied.
«Il n'y a pas beaucoup de positif à sortir de ce match-là, sinon qu'on n'affrontera plus Harrold dans la série», a affirmé Scalabrini, pendant que le lourd silence du vestiaire amplifiait le bombardement sonore des feux d'artifice du vendredi soir, à l'extérieur.
Stephen Harrold (fiche 5-1, mpm 1,79) a le numéro des Capitales. Deuxième fois en deux semaines que l'artilleur des Boulders vient chercher un match complet au parc Victoria. Vendredi, il a accordé un point sur huit coups sûrs. Seul Jean-Luc Blaquière a croisé le marbre pour Québec, en troisième, sur un optionnel de Jonathan Malo.
«Si sa moyenne est inférieure à 2,00 après 75,1 manches lancées, il doit faire quelque chose de pas pire», a reconnu Scalabrini. Le gérant se grattait toutefois la tête pour comprendre ce qui était arrivé au pas pire de son propre partant.
Karl Gélinas (5-5, 3,87) a accordé un simple et un triple aux deux premiers frappeurs du match, avant de retirer les 14 suivants, dont sept sur des prises. Mais l'as de la rotation des Capitales a donné un circuit solo au huitième frappeur de Rockland, en cinquième. Puis deux autres longues balles en sixième, le dernier bon pour deux points.
«Je ne peux pas l'expliquer», a laissé tomber un Gélinas dépité, après la rencontre. Les bras accrochés au plafond de l'abri des joueurs, dans la pénombre, il contemplait le vide pendant que ses coéquipiers rentraient au vestiaire. «Il n'y a rien qui a changé», a-t-il ajouté.
«Avec Karl, on a vu deux lanceurs, a constaté son patron. Est-ce que les Boulders ont découvert quelque chose durant la partie? On va faire de la vidéo pour voir qu'est-ce qu'il peut corriger.» Sur six départs en juillet, Gélinas montre une moyenne de 4,93 points mérités.
Peu opportunistes
À l'attaque, Québec a laissé huit coureurs sur les buts contre un pour Rockland. Les Capitales n'ont pas tiré profit d'un homme au deuxième coussin sans retrait à deux reprises.
En quatrième, Balbino Fuenmayor a été aisément retiré sur un vol du troisième but. En sixième, Rene Leveret a négligé de courir à plein régime sur son roulant à l'inter et l'erreur défensive aurait pu lui permettre d'être sauf, bourde qui a coûté un point.
Leveret a été remplacé au bâton en neuvième par le lanceur Leondy Perez. «À 10-1, je voulais détendre l'atmosphère et Leo, qui a été repêché comme arrêt-court, me demandait d'aller au bâton depuis le début de la saison», a expliqué Scalabrini, peu convaincant sur le fait que ce changement n'avait rien de punitif envers Leveret.
«Il y a différentes façons de prendre une claque dans la face et on va voir si on va se lever ou si on va continuer à s'écraser», a conclu le gérant. Sébastien Boucher a atteint les sentiers pour un 26ematch consécutif.
*****
Sur le losange
Après quatre saisons à l'Université Harvard, le releveur droitier recrue Danny Moskovits pourrait décrocher son premier job chez les professionnels avec les Capitales de Québec. Il a lancé sur les lignes de côté jeudi et le gérant aimerait le revoir face à des frappeurs avant de l'utiliser en situation de match. Si Moskovits obtient sa chance, les Capitales devront sacrifier un autre releveur recrue, soit Joey Housey (fiche 0-3, mpm 4,43) ou Brett Schreiber (0-0, 2,84)... Pour le deuxième affrontement entre Québec et Rockland, samedi (18h), les Capitales mandateront le lanceur de balle papillon Zach Staniewicz (5-6, 4,00) comme partant sur la butte, tandis que les Boulders feront confiance au gaucher Sean Bierman (5-5, 2,22)... Congédié par les Capitales dimanche dernier, le voltigeur Tim Smith devrait quitter l'équipe mardi. Aucun autre club ne s'est montré intéressé à ses services.
Fuenmayor n'y pense pas
À ce rythme, Balbino Fuenmayor menacera la marque de 112 points produits en une saison établie par Eddie Lantigua en 2005, record de la ligue Can-Am qu'on a longtemps cru intouchable. Les 63 points produits en 59 matchs par le joueur de premier coussin des Capitales permettent une projection de 107 sur les 100 matchs du calendrier régulier.
Fuenmayor le sait. Mais refuse d'y songer. «Je pense juste à aider l'équipe à atteindre les éliminatoires. Si je pense au record, je vais m'ajouter une pression inutile», a-t-il assuré, avant le match de vendredi, pendant qu'il passait au salon de coiffure de son coéquipier Mike Provencher. Une ondée a écourté l'échauffement, chacun a passé le temps comme il pouvait.
En 2005, les Capitales avaient disputé 91 rencontres et Lantigua avait réussi son exploit en 358 apparitions officielles au bâton. On prédit 395 apparitions à Fuenmayor.
N'empêche que le Vénézuélien est en train de se faire un nom. Lantigua avait 30 ans, Fuenmayor en a 24. Ses meilleures années sont devant lui. Même s'il a déjà passé sept saisons dans l'organisation des Blue Jays de Toronto. Cas typique du jeune joueur latin de 16 ans signé à gros prix, autour de 750 000 $.
«Il a besoin d'une deuxième chance», insiste Patrick Scalabrini. Le gérant des Capitales explique que son numéro 14 est simplement rendu à maturité offensive. À preuve, l'an dernier, Fuenmayor a claqué 11 circuits et a produit 32 points en 45 matchs dans la ligue Frontier, circuit indépendant plus faible que la Can-Am. Cette année, il a 12 longues balles.
Le délai nécessaire pour obtenir un visa de travail aux États-Unis lui nuit sans doute pour un rappel en cours de saison. Le natif du Venezuela avait été le dernier à se pointer au camp présaison et les démarches administratives avaient aussi retardé sa venue à Québec à la fin de la dernière campagne.
Fuenmayor pourrait s'approcher d'un autre record de ligue, les 140coups sûrs en une saison (Melvin Falu, Brockton, 2008). Il en compte pour l'instant 80. Son coéquipier Sébastien Boucher fait encore mieux avec 83 balles cognées en lieu sûr. Leur coéquipier Asif Shah en a 80. Le record d'équipe est de 124 (Ivan Naccarata, 2010).