Capitales

Balbino Fuenmayor signe avec les Nationals

Après un bref passage avec les Capitales de Québec, en fin de saison dernière, le premier-but Balbino Fuenmayor effectuera un retour dans le baseball affilié en 2018 à la suite de sa mise sous contrat par l’organisation des Nationals de Washington.

Le joueur de 28 ans natif du Venezuela a accepté un contrat des ligues mineures avec les Nationals. Il s’agira d’un troisième essai dans les filiales des ligues majeures pour celui dont les droits ont déjà appartenu aux Blue Jays de Toronto et aux Royals de Kansas City.

Fuenmayor avait rejoint les Capitales à la fin du mois d’août, l’été dernier, après avoir disputé une saison entière dans la Ligue du Mexique. Son plus grand exploit aura été de frapper deux circuits dans le dernier match de la finale remportée par les Capitales contre les Boulders de Rockland dans un Stade Canac en liesse.

Balbino a atteint le niveau AAA avec les Royals, en 2015 et 2016. Il avait aussi joué à Québec, en 2014, et son effort de 23 circuits et 99 points lui avait valu une offre des Royals. En 2015, il avait participé au Match des futures étoiles du baseball affilié. En 2016, une blessure au genou l’a empêché d’atteindre la plus haute marche de la profession. En 2017, il avait participé au camp d’entraînement des Braves d’Atlanta avant d’être retranché au dernier jour de la Ligue des pamplemousses.

Sams ouvert à revenir

Fuenmayor était l’un des quatre vétérans des Capitales en fin de saison 2017, les autres étant le lanceur Karl Gélinas, le premier-but Jordan Lennerton et le voltigeur Kalian Sams. Il jouait en ligue d’hiver de son pays, ces derniers temps.

Pour l’heure, Gélinas est le seul membre du carré d’as à être assuré de revenir avec les Capitales. Lennerton a confirmé sa retraite du baseball le soir même de la septième conquête du championnat de l’équipe tandis que Sams vit toujours de l’espoir d’obtenir un contrat en Asie. S’il ne réalise pas son rêve, l’auteur de 23 circuits en 2017 à Québec n’exclurait pas un retour avec les Capitales.

Capitales

Le Japon s'intéresse à Gracial

Même si un dôme et de la neige recouvrent le losange du Stade Canac, Patrick Scalabrini peut quand même visualiser le club qu’il dirigera pour le 20e anniversaire des Capitales de Québec, en 2018. Bien qu’il souhaite son retour, le gérant pourrait toutefois devoir se passer du troisième-but cubain Yurisbel Gracial, courtisé par le Japon.

En novembre, Scalabrini a obtenu la confirmation de la Fédération cubaine que trois joueurs auraient la permission de s’amener à Québec, la saison prochaine. «Reste à savoir lesquels», disait le gérant, jeudi, en marge de la mise sous contrat du voltigeur Isaac Ballou.

Le dominant trio de l’an dernier était composé de Gracial, de l’arrêt-court Yordan Manduley et du lanceur partant Lazaro Blanco, tous trois nommés sur l’équipe d’étoiles de la Ligue Can-Am. «Dans l’ordre, je dirais que les chances de revoir Manduley sont les plus élevées. Blanco, c’est aussi possible, mais des rumeurs circulent à l’effet que le Japon offre un contrat à Gracial», soulignait Scalabrini, qui s’attend à des confirmations en mars, comme par le passé.

Gracial a connu une très bonne saison offensive avec une moyenne de ,333, 13 circuits et 65 points produits. Il pourrait suivre les traces de son compatriote Roel Santos, un ancien des Capitales qui a joué au Japon, la saison dernière.

Mais peu importe quels joueurs cubains se pointeront en ville, ceux-ci pourraient rater deux semaines d’action en juillet en raison de la participation de leur équipe nationale à un tournoi international. «Je n’aurais pas détesté l’idée de miser sur quatre joueurs cubains en 2018, mais leur absence possible pendant deux semaines à la mi-saison aurait été trop compliquée à gérer. Avec trois, c’est plus raisonnable», estimait Scalabrini.

Si Gracial devait prendre la route du Japon, les Capitales pourraient se voir dans l’obligation d’avoir à remplacer leurs frappeurs 3, 4 et 5. Outre Gracial, le voltigeur Kalian Sams reluque aussi un contrat en Asie, tandis que le premier but Jordan Lennerton a pris sa retraite après le championnat, en septembre. Sams serait intéressé à revenir si ses démarches n’aboutissaient pas.

Un joueur polyvalent

La mise sous contrat de Ballou, un voltigeur de 27 ans ayant failli s’amener à Québec au cours de la saison 2017, permettra au gérant de miser sur un joueur capable d’agir comme premier frappeur ou de se retrouver dans le cœur de l’alignement.

«Après avoir été libéré du AA, l’été dernier, il n’était pas prêt à tout recommencer avec une nouvelle équipe. Mais nous n’avons jamais perdu le contact, et récemment, c’est lui qui m’a relancé. Il a déjà joué à l’université avec [Arik] Sikula, ça lui tente de venir à Québec. Il a le potentiel pour être un très bon joueur dans la Ligue Can-Am», estimait le gérant à propos du joueur de catégorie LS-4 ayant conservé une moyenne de ,262 en cinq saisons dans les filiales des Nationals de Washington. Il a surtout joué au niveau AA, touchant brièvement au AAA en 2015 et 2016.

Il s’agissait d’une première signature importante pour les Capitales, qui ont moins de postes à combler qu’en 2017, où ils devaient notamment trouver 10 nouveaux lanceurs sur 11. Le voltigeur Marcus Knecht ne reviendra pas, l’an prochain, tandis que le vétéran Balbino Fuenmayor se cherchera un poste dans le baseball affilié, sinon au Mexique. Si tel était le cas, rien n’empêcherait qu’il termine la saison prochaine à Québec, comme il l’a fait la saison dernière.

***

L'ACADÉMIE SAINT-LOUIS À CUBA

Dirigé par Patrick Scalabrini, le programme études-sport baseball de l’Académie Saint-Louis se rendra à Cuba, du 4 au 11 janvier, dans le cadre de l’entente de collaboration développée par les Capitales et la fédération cubaine de baseball.

«Ça ne me tentait pas d’aller en Floride, alors j’ai eu l’idée de faire vivre l’aventure cubaine à nos étudiants. À l’ASL, on met notamment l’emphase sur l’enseignement des langues, on tient nos entraînements en français, en anglais, en espagnol, il s’agira donc d’un prolongement à cela. En plus, nos jeunes participent à la collecte d’équipement de baseball auprès des différentes associations, qui sont très généreuses. Ils vont aussi en faire la distribution à Cuba et voir à quel point ça fait le bonheur de jeunes de leur âge qui n’ont rien. Le voyage n’en sera pas un de tourisme, mais plus de baseball avec des séances d’entraînement et plus de matchs», notait celui qui pilotera le groupe de 40 voyageurs, dont 13 joueurs.

Capitales

Capitales: Nolan Becker avec les Royals

Il fallait s’y attendre. Le contrat du releveur Nolan Becker, qui a égalé le record pour le nombre de victoires protégées (24) avec les Capitales de Québec, a été racheté par les Royals de Kansas.

Le gaucher de 26 ans obtiendra donc sa deuxième chance dans le baseball affiliée après une première expérience de cinq saisons dans les filiales de Reds de Cincinnati. Nommé releveur par excellence de la Ligue Can-Am en 2017, le lanceur de 6’6” a obtenu 24 sauvetages et conservé une moyenne de points mérités de 1,14 en 39,1 manches. Il en a protégé deux autres en matchs éliminatoires ayant mené au septième titre du championnat de l’histoire des Capitales.

«Ce n’est pas une surprise. Si un joueur devait retourner dans le baseball affilié, c’était bien lui. Il remplissait toutes les cases pour signer un contrat. S’il ne l’avait pas fait, personne n’aurait pu le faire. Un gros et grand gaucher qui lance fort, ça ne court pas les rues», soulignait le gérant des Capitales Patrick Scalabrini, qui est invité à une conférence internationale à Cuba en compagnie de Michel Laplante, la semaine prochaine.

Oubliez Fuenmayor

Becker est le premier joueur de la dernière édition de l’équipe à être promu dans le baseball affilié. La saison dernière, trois joueurs avaient eu cette chance, soit Jon Fitzsimmons, Jordan Mills et Maxx Tissenbaum. Deux des trois sont cependant revenus avec les Capitales.

En octobre, Becker a lancé quelques manches avec le club de Mexcali, dans la Ligue du Mexique. «À la fin de la saison, on lui a dit qu’il ne reviendrait pas, qu’on ferait tout pour lui trouver une équipe dans l’affilié», précisait Scalabrini.

Ce mouvement de personnel est le premier touchant les Capitales depuis la fin de la saison. Mais le gérant ne s’attend pas de revoir à Québec le frappeur de choix Balbino Fuenmayor. «Il joue présentement au Venezuela, et il va fort probablement se trouver du travail au Mexique s’il ne retourne pas dans le baseball affilié.»  

Capitales

Capitales: plus de parties en 2018, mais pas de Match des étoiles!

Pour leur 20e saison, les Capitales de Québec disputeront en 2018 un calendrier régulier de 102 rencontres. Le plus long de leur histoire, mais sans Match des étoiles!

La saison régulière de la Ligue Can-Am de baseball indépendant s’étirera encore l’an prochain sur une période de 110 jours, soit du 17 mai au 3 septembre. Chacune des six équipes, soit Québec, Trois-Rivières, Ottawa, Rockland, New Jersey et Sussex, disputera deux rencontres de plus que les 100 de l’an dernier, comme il n’y a pas de Match des étoiles à l’horaire. Donc pas de pause de trois jours autour de la mi-saison.

«Les années passées, on alternait avec l’Association américaine pour accueillir un Match des étoiles commun, mais les liens sont moyens et ils n’étaient pas très enthousiastes», révèle le président des Capitales, Michel Laplante. Le 20e anniversaire des Capitales s’avérerait une belle occasion pour tenir un tel événement, mais l’organisation ne souhaite pas imposer une charge supplémentaire à son personnel en cette deuxième année sur gazon synthétique qui s’annonce encore très occupée.

Pour les Capitales, les moments forts seront les suivants : ouverture locale au stade du parc Victoria le 17 mai contre les Jackals du New Jersey; séries internationales à Québec du 15 au 17 juin et du 26 au 28 juin; retrouvailles avec les Boulders à Rockland du 22 au 24 mai, après les avoir battus en grande finale en septembre dernier; première visite des frères ennemis des Aigles de Trois-Rivières au Stade Canac, du 1er au 3 juin.

Peut-être Taïwan ou les Pays-Bas

L’identité des deux formations étrangères qui feront la tournée de la Can-Am du 8 au 28 juin n’est pas encore connue, après les expériences des trois dernières années avec des équipes du Japon (2015 et 2016), de Cuba (2016 et 2017) et de la République dominicaine (2017).

Les Dominicains se sont montrés très peu convaincants à leur première visite l’été dernier avec deux maigres victoires en 17 rencontres, mais un retard dans les demandes de visas pour les joueurs les avait forcés à amener des athlètes de second ordre. Ce qui, semble-t-il, ne se reproduira pas une deuxième fois.

Les Cubains restent en lice, alors que Laplante et le gérant des Capitales Patrick Scalabrini se rendront en mission dans l’île castriste du 20 au 24 novembre. Des discussions sont aussi en cours avec une ligue de Taïwan, où la saison des moussons bat son plein du 15 mai au 15 juin. Moment idéal donc pour venir jouer ici et éviter la pluie. Le frappeur de puissance des Capitales Kalian Sams a aussi mis Laplante en contact avec les gens de la fédération de baseball des Pays-Bas, son pays natal, en vue d’une éventuelle tournée du genre.

Cela donne 54 programmes de saison à Québec et 48 à l’extérieur, en 2018. Les Capitales croiseront le fer 18 fois contre Trois-Rivières, 19 contre Ottawa, 21 contre Rockland, 21 contre New Jersey et 17 contre Sussex. Contrairement à l’an dernier, où les travaux avaient tenu les Capitales loin de la maison avant le 1er juin, les champions en titre livreront 11 de leurs 17 premiers rendez-vous devant leurs partisans.

Capitales

Les Cubains changent de statut dans la Ligue Can-Am

Cela devait arriver un jour. Les Capitales ont eu quatre ans de sursis. Mais à compter de la saison prochaine, les joueurs de plus de 26 ans ayant évolué en Serie Nacional de Cuba passeront d’un statut LS-2 à LS-4 à leur entrée dans la Ligue Can-Am.

Les six équipes du circuit indépendant de baseball ont tenu leur principale réunion de l’année, mardi, dans le New Jersey. Il y a été décidé que l’expérience des Cubains sera dorénavant considérée, comme c’était déjà le cas pour les joueurs en provenance d’autres pays.

Si la règle avait déjà été en vigueur la saison dernière, il aurait été impossible pour le club de Québec d’embaucher à la fois le lanceur partant Lazaro Blanco, le troisième-but Yurisbel Gracial et l’arrêt-court Yordan Manduley tout en conservant le même alignement. Puisque chaque formation est limitée à 22 joueurs, dont un nombre maximal de statuts LS-4, LS-5 et de vétérans.

Avec ses postes de joueurs d’expérience comblés, les Capitales ont donc pu en plus compter sur le brio des trois Cubains dès l’ouverture du calendrier jusqu’au match de championnat, remportant un septième titre de la Can-Am, le 14 septembre dernier.

«Les trois ont fait l’équipe d’étoiles à la fin de la saison, alors ça change un peu un alignement», a reconnu au téléphone le président des Capitales, Michel Laplante, en fin de journée, avant de prendre l’avion pour rentrer à Québec.

Laplante s’est vite rendu aux arguments de ses homologues, qui y voyaient une concurrence déloyale par rapport au calcul du statut selon l’expérience des autres joueurs de la ligue. Il a néanmoins obtenu un droit acquis pour Blanco, Gracial, Manduley ou encore Alexander Ayala, qui jouait avec les Aigles de Trois-Rivières. Ceux-ci amorceront la campagne 2018 avec un statut LS-4, les années déjà disputées dans la Can-Am ne leur étant pas ajoutées.

La Ligue Can-Am accueille des joueurs cubains depuis quatre ans, Yunieski Gurriel ayant été le premier en juillet 2014, avec Québec.

Expansion à Montréal?

L’idée d’installer une équipe de la Ligue Can-Am à Montréal n’est pas nouvelle. Il en a encore été question lors de la réunion de mardi. Sur l’île, rive nord, rive sud, tout est sur la table. Sauf que cette fois, des investisseurs américains souhaiteraient y investir, ainsi que dans une autre ville aux États-Unis dont l’identité n’est pas encore dévoilée.

Pas de retour des Expos version Can-Am l’été prochain, prévient Laplante. Reste encore un stade à construire pour 40 à 50 millions $. Mais le plan de construire une installation utilisable à l’année et par toute la communauté grâce à un terrain synthétique et un dôme gonflé, comme c’est maintenant le cas à Québec, fait beaucoup plus de chemin chez plusieurs politiciens, assure Laplante.

D’anciens marchés de la Can-Am comme Atlantic City (New Jersey), Brockton (Massachusetts) et Worcester (Massachusetts) seraient également de retour sur les rangs pour une future expansion.

On tient aussi à réduire le temps de jeu dans la Can-Am l’été prochain, comme dans la plupart des ligues, dont les majeures. Si nécessaire, les dirigeants des équipes de la Can-Am sont maintenant prêts à y aller de façon coercitive, après avoir essayé la méthode douce sans grands résultats.

Notons finalement que les Capitales ont reçu le titre d’organisation par excellence en 2017 dans la Can-Am de la part des cinq autres clubs. Ce qui s’ajoute aux titres de gérant de l’année pour Patrick Scalabrini, de meilleure surface de jeu pour le stade Canac, aux sept étoiles sur 12 positions et aux titres qui importent le plus, ceux de champions de la saison régulière et des séries éliminatoires.

Capitales

Parcours parfait pour les Capitales, malgré les obstacles

Les odeurs de champagne sont disparues, les gradins sont déserts, les joueurs sont repartis d'où ils viennent, mais un vent positif continue de souffler sur le Stade Canac.
«Ç'a été un parcours parfait, même si plusieurs obstacles se trouvaient devant nous», admet le président Michel Laplante en dressant le bilan de la 19e saison des Capitales de Québec.

Capitales

La «belle petite job d'été» de Craig-St-Louis

L'été achève. La saison des Capitales a pris fin jeudi avec la conquête du championnat. Philippe Craig-St-Louis a mis le point final à sa stupéfiante première saison professionnelle. «Une très belle petite job d'été», sourit la recrue.
Affable, détendu, Craig-St-Louis n'avait certainement plus l'air du petit nouveau, quelques heures avant le troisième et ultime match de la finale de la Ligue Can-Am. Dans l'abri de l'équipe locale du Stade Canac de Québec, il répondait au journaliste pendant que le vétéran et joueur étoile Kalian Sams tournait autour pour le faire rire.

Capitales

Après la victoire, le casse-tête

À peine remis de ses émotions de la veille, Patrick Scalabrini devait déjà commencer à répondre à des questions sur son alignement 2018 au lendemain de la septième conquête des Capitales du championnat de la ligue Can-Am. Ainsi va la vie de gérant dans le baseball indépendant.
Le manitou des Capitales surfait encore sur l'ivresse de la victoire, vendredi après-midi, moins de 24h après le gain de 9-3 des siens contre les Boulders de Rockland devant un Stade Canac plein à craquer. Une conquête significative pour le gérant, qui ne cachait pas que la défaite de 2016 en séries éliminatoires, contre ces mêmes Boulders, avait été dure à avaler. 

Capitales

Les Capitales parfaits et champions!

Les Capitales sont champions! Et de belle façon. Vainqueurs 9-3 des Boulders de Rockland jeudi soir, le club de Québec est devenu le premier en 13 ans de Ligue Can-Am à rafler les grands honneurs à l'aide d'un parcours éliminatoire parfait.
Ce balayage complet de six victoires éliminatoires sans la moindre défaite, en demi-finale et en finale, marque la septième conquête en 19 campagnes pour la formation québécoise. Un ultime point d'exclamation apposé devant 4607 spectateurs comblés dans un Stade Canac comble.

Capitales

Les Capitales à une victoire du championnat

Une victoire, voilà tout ce qu'il manque aux Capitales de Québec pour savourer le septième championnat de leur histoire.
En l'emportant 7-2 face aux Boulders de Rockland, mercredi au Palisades Credit Union Park, ils rentrent à la maison avec une avance de 2-0 dans la finale 3 de 5 de la Ligue Can-Am de baseball indépendant. Kalian Sams a mené la charge avec cinq points produits, quatre coups sûrs, dont deux circuits. Pour sa part, le partant Brett Lee a complètement muselé l'attaque adverse dans une brillante sortie de six coups sûrs et 12 retraits au bâton en 8,2 manches.