Lucas Fitzpatrick

Cap-Breton 2/ Baie-Comeau 1: un voyage généralement positif

BAIE-COMEAU- Le Drakkar rentre à Baie-Comeau avec trois points sur une possibilité de six dans ce périple dans les Maritimes, mais il aurait sûrement aimé récolter le point de plus samedi au Cap-Breton alors qu’il s’est incliné 2-1, en tirs de barrage, devant les Eagles.

Le résultat peut laisser penser que les 3770 spectateurs présents au Centre 200 de Sydney ont eu droit à un match soporifique, où les opportunités étaient minces. Ce fut loin d’être le cas. La rencontre s’est disputée à vive allure, les deux clubs faisant preuve de rapidité. Les tirs dangereux ont d’ailleurs été légion, soit 19 de chaque côté. Au total, le Drakkar a eu le meilleur 47-37.

Les deux meilleurs joueurs sur la glace en ce samedi soir étaient les deux hommes masqués, Lucas Fitzpatrick pour le Drakkar et William Grimard pour les Eagles. Ils ont multiplié les arrêts importants et ils ont été en contrôle tout au long de la rencontre.

C’est finalement le huitième joueur à s’exécuter en fusillade, Ryan Francis, qui a tranché le débat. Il a été le seul à marquer en tirs de barrage. Le Drakkar aurait pu se sauver avec le match en supplémentaire, passant au moins 80 % du temps en zone adverse, mais il a manqué de finition. Même chose en troisième période, où il a bénéficié de trois jeux de puissance.

«Honnêtement, je suis vraiment impressionné de la façon qu’on joue, avec cette séquence de 11 matchs en 23 jours (dont 8 sur la route) qui se termine», a souligné le pilote Jon Goyens. «On a tellement eu de chances de scorer en prolongation. La seule chose qui nous a manqué, c’est de pousser la rondelle derrière la ligne des buts une deuxième fois.

«Mais je le répète, on ne va pas coacher pour les deux points, on va coacher pour le développement du groupe et les gars méritent ce qui leur arriver par les temps qui courent. Je suis vraiment content de la progression», a-t-il ajouté.

Le Drakkar n’avait pas l’air d’un club qui disputait un troisième match en quatre jours. À titre d’exemple, il a dominé dans les lancers 16-6 en troisième. «À cause des voyages, on n’est pas dans un scénario où on peut pratiquer beaucoup sur la glace ou en gymnase, mais on a bien géré le repos des joueurs, surtout mentalement», de faire valoir Goyens. «On est aussi restés disciplinés.» 

Aucune des deux formations n’est parvenue à faire bouger les cordages au terme d’un premier vingt endiablé. Mikisiw Awashish a touché le poteau après que Grimard ait effleuré son tir. Egor Sokolov l’a imité en fin d’engagement, durant un avantage numérique des Eagles.

Le spectacle des deux gardiens s’est poursuivi en deuxième période. Après 40 minutes, autant Grimard que Fitzpatrick avaient affronté 29 tirs et les deux portiers étaient en pleine possession de leurs moyens, personne ne voulant céder la pôle à son rival.

Derek Gentile a finalement ouvert la marque à 1:50 du troisième tiers, battant de vitesse le défenseur Félix Tremblay. Raivis Kristians Ansons (5e) avait créé l’égalité à 7:08, en supériorité numérique, en faisant dévier le tir de Keenan MacIsaac.