Erik Gudbranson des Canucks de Vancouver précise qu’il ne connaÎt personne au sein de la LNH qui consomme de la marijuana.

Cannabis: du pareil au même pour les joueurs?

TORONTO — Alors que le cannabis récréatif doit devenir légal partout au Canada mercredi, les joueurs de la Ligue nationale de hockey sont conscients des nouvelles règles, mais ne croient pas qu’ils seront affectés par l’entrée en vigueur de la nouvelle loi.

«Tout le monde tente de se faire une tête au sujet de cette nouvelle loi», a dit le centre Nazem Kadri (Toronto). «Nous allons respecter les règles comme nous le faisions auparavant.»

Les règles antidopage de la LNH sont établies conjointement avec l’Association des joueurs (AJLNH). La marijuana, dont des traces peuvent être détectées jusqu’à 30 jours après sa consommation, est interdite par l’Agence mondiale antidopage (AMA) sans exemption médicale et est interdite dans la majeure partie des États-Unis. La LNH soumet ses joueurs à un test de dépistage de la marijuana, mais un résultat positif n’entraîne pas automatiquement une suspension.

«Elle est inscrite à notre liste de produits interdits», a précisé le défenseur Erik Gudbranson (Vancouver), qui a pris soin d’ajouter qu’il ne connaissait personne au sein de la LNH qui en consomme. «Ça continuera d’être le cas.»

Le Canada compte sept équipes dans la LNH, tandis que l’État du Colorado, domicile de l’Avalanche, a légalisé l’utilisation de la marijuana à des fins personnelles et médicales depuis 2012.

Un temps nouveau

«Ce sera tout nouveau pour un sport nord-américain que ce soit légal dans un pays au complet», a indiqué Donald Fehr, le directeur exécutif de l’AJLNH. «Nous sommes le sport qui sera le plus affecté, puisque c’est celui qui compte le plus d’équipes au Canada. La NFL n’y est pas, tandis que la NBA et la MLB n’y ont qu’une équipe, les Raptors et les Blue Jays de Toronto.»

«Ce sera intéressant et il y aura une transition», a pour sa part noté l’ailier Connor Brown (Toronto). «C’est différent parce qu’il est difficile de légiférer sur quelque chose qui n’est pas légal dans toute la Ligue.»

La LNH a déjà la politique la plus permissive de toutes les ligues nord-américaines en ce qui concerne la marijuana. Tandis que la NFL et la NBA peuvent imposer des suspensions et que la MLB peut mettre à l’amende les fautifs, seule une grande quantité de marijuana retrouvée dans les échantillons d’un hockeyeur testé entraîne une référence en médecine comportementale.

«Personne ne m’a encore prouvé que la marijuana aidait aux performances sportives», a ajouté Fehr. «Nous devrons voir comment ça se passera.»

La marijuana médicale est souvent mentionnée à titre d’alternative potentielle à l’utilisation d’opioïdes comme antidouleur. La LNH n’est toutefois pas rendue à ce point. Mais en compagnie de l’AJLNH, elle informe les joueurs au sujet de la nouvelle loi.

«Il y a des discussions sur la façon dont ça pourrait être efficace pour les athlètes», a sougliné Gudbranson. «Tout comme il y en a au sujet des étirements et des bains de glace.»