Canadien

Le centre suédois Lukas Vejdemo signe un contrat de deux ans avec le CH

MONTRÉAL — Le Canadien de Montréal a fait signer un contrat d'entrée de deux ans à l'attaquant suédois Lukas Vejdemo.

L'équipe en a fait l'annonce dans un communiqué mercredi après-midi.

Le joueur de centre de 22 ans a amassé 22 points, dont 10 buts, en 47 matchs de saison régulière avec Djurgardens dans la Ligue de hockey suédoise (SHL) en 2017-2018.

Il a ajouté une mention d'aide en sept matchs durant le parcours du club en séries.

Le Suédois a fait ses débuts dans la SHL en 2014-2015. Depuis, il a disputé 150 matchs de saison régulière, amassant 19 buts et récoltant 47 points tout en affichant un ratio défensif de plus-16.

Le Canadien a sélectionné Vejdemo au troisième tour, 87e au total, au repêchage de 2015.

Canadien

Dudley quitte pour les Hurricanes et défend Bergevin

MONTRÉAL — En Rick Dudley, Marc Bergevin a dit perdre un conseiller, un confident et un ami. Il faut le croire sur parole, car Dudley a pris sa défense de façon claire et nette.

Lors d’une conférence téléphonique de près de 30 minutes mardi, le nouveau vice-président principal aux opérations hockey des Hurricanes de la Caroline a affirmé que Bergevin avait fait l’objet, au cours de la dernière saison, de critiques qu’il a jugé injustifiées. En fait, Dudley s’est blâmé de ne pas avoir réussi à épauler davantage le directeur général du Canadien de Montréal.

«La saison a été décevante et je ne sais pas ce que j’aurais pu faire exactement, mais j’aurais aimé pouvoir l’aider un peu plus. Marc est une bonne personne, un homme honnête qui prend son travail très au sérieux. Il en a un peu pris pour son rhume cette saison et il ne le méritait pas. J’aurais souhaité que les résultats soient différents. Et je sais qu’ils le seront dans le futur», a-t-il mentionné.

Le départ de Dudley survient moins d’un mois après le bilan de fin de saison du Canadien, lors duquel le président Geoff Molson avait annoncé qu’une évaluation complète du personnel de l’équipe serait menée.

À cet égard, Dudley a dit qu’il avait amorcé une réflexion bien avant la conférence de presse du 9 avril à Brossard, et qu’il se sentait alors mûr pour un nouveau défi.

«Il y a un certain temps déjà, j’avais discuté avec ‘‘Berg’’ [Bergevin] et je lui avais dit que je pourrais être tenté de regarder dans une nouvelle direction une fois la saison terminée», a raconté le Torontois de 69 ans, dont le contrat avec le Canadien venait à échéance à la fin de la saison qui vient de se terminer.

Dès lors, a ajouté Dudley, Bergevin lui a donné la permission de communiquer avec d’autres organisations.

«Marc m’a demandé de ne pas prendre de décision finale avant de lui parler. C’est ce que j’ai fait. J’ai continuellement échangé avec lui et il a très bien réagi face à tout ça. C’était bien avant [le bilan de fin de saison] et ce n’est pas quelque chose qui m’inquiétait.»

Retrouvailles avec Wadell

Dudley n’a pas précisé combien d’organisations il avait contactées, mais les Hurricanes étaient l’une d’elles. Les échanges ont sans doute été cordiaux entre Dudley et Don Waddell, le président des Hurricanes, car leurs liens sont étroits et remontent aux années 80. Dudley et Waddell ont notamment travaillé ensemble avec les Thrashers d’Atlanta, il y a environ dix ans.

Ainsi, alors qu’il regardait le tirage au sort au petit écran à son domicile samedi soir — un tirage au sort qui a procuré aux Hurricanes le deuxième choix du prochain repêchage — Dudley avait déjà le sentiment qu’il se joindrait à la formation de la Caroline du Nord.

«Les discussions ont avancé puis, les choses ont ralenti un peu. Mais de nouveau la semaine dernière, tout laissait croire que ce serait ma destination. Ça s’est réglé au cours des derniers jours. On peut dire que samedi, j’avais le pressentiment que c’est là que j’allais aboutir.»

En se joignant aux Hurricanes, Dudley dit retourner dans un État américain qu’il connait bien et qu’il dit adorer. Ça ne l’empêchait pas de ressentir un pincement au cœur à l’idée de quitter Bergevin, un ami de longue date.

«Oui, ç’a été difficile. Mais j’avais vraiment le sentiment que le temps était venu d’affronter un nouveau défi. Le personnel à Montréal est pas mal solide, ces gens vont de l’avant et ils savent ce qu’ils font. Mais ils vont me manquer», a affirmé celui qui compte plus de 45 ans d’expérience dans le hockey professionnel, dont 25 comme membre de la direction d’une équipe.

Invité à expliquer ce qui s’était passé chez le Canadien lors de la dernière saison, Dudley a parlé d’une combinaison de facteurs, à commencer par la blessure de Shea Weber, du début de saison inférieur aux attentes de l’équipe et du gardien Carey Price.

«Tout ça a eu un effet boule de neige. Montréal est une ville où il est très difficile de jouer, de diriger et de gérer parce que tout ce qui va mal est amplifié. C’est merveilleux quand ça va bien mais c’est difficile quand les choses ne vont pas aussi bien. En toute honnêteté, j’aimerais pouvoir identifier un élément qui expliquerait pourquoi ça ne s’est pas passé comme espéré. Mais il y en a eu plusieurs. Je pense que ce sera différent l’an prochain car les joueurs ne voudront pas revivre la même chose. Je crois qu’ils seront affamés.»

LNH

Repêchage: Buffalo gagne à la loterie Dahlin

Les Sénateurs d’Ottawa ont été les grands perdants de la loterie pour le premier choix de la LNH samedi soir, alors que le Canadien de Montréal a joué un peu de chance pour se hisser au troisième rang.

C’est bien pour le Tricolore, qui n’a pas eu une sélection aussi élevée depuis Alex Galchenyuk en 2012, mais il reste que les grands gagnants de la «loterie Rasmus Dahlin» ont été les Sabres de Buffalo, qui sont repartis des studios de la CBC à Toronto avec le gros lot de la soirée de samedi. Ils avaient été la pire équipe de la LNH au cours de la dernière campagne tout comme lors des saisons 2014 et 2015, quand ils n’avaient pas gagné à la loterie. Eux qui avaient 18,5 % des chances de l’emporter, ils pourront mettre la main sur le défenseur suédois qui est le meilleur espoir selon tous les observateurs.

«Nous sommes absolument en extase. Je suis très heureux pour nos partisans de l’ouest de l’état de New York... Nous avons hâte d’ajouter un excellent joueur à notre groupe ici», a déclaré le directeur général des Sabres Jason Botterill. 

Les Hurricanes de la Caroline ont aussi gagné à ce jeu de hasard, alors qu’ils ont obtenu le deuxième choix, eux qui n’avaient que 3 % de chances de remporter la toute première sélection, les 11e meilleures probabilités.

Les Sénateurs avaient les deuxièmes meilleures chances de remporter le premier choix à 13,5 %, mais ils ont plutôt reculé de deux rangs par rapport à leur 30e place sur 31 clubs au classement et ils auront le quatrième choix au total lors du repêchage du 22 juin prochain à Dallas. 

«On espérait tous obtenir le premier choix, c’est certain. Mais le quatrième choix, c’est quand même excitant pour notre franchise. Nous n’avons pas eu un choix dans les cinq premiers depuis 17 ans. Que l’on choisisse un attaquant ou un défenseur, on sait que nous allons obtenir un joueur d’impact qui va nous aider en attaque», a commenté leur directeur général Pierre Dorion en entrevue téléphonique avec Le Droit.

Ottawa n’a jamais parlé quatrième à l’encan annuel des meilleurs espoirs amateurs au monde. Le club ne pouvait pas descendre plus bas qu’au cinquième rang. Leur dernière sélection aussi élevée avait été Jason Spezza en 2001, avec le deuxième choix obtenu des Islanders de New York contre Alexeï Yashin. Ils ont eu le tout premier choix à trois occasions avant 1996 (Alexandre Daigle, Bryan Berard et Chris Phillips), ainsi que le deuxième (Yashin en 1992) et le troisième (Radek Bonk en 1994). 

Concernant Dahlin, l’arrière suédois qui a dit en entrevue à la CBC avant la loterie qu’Erik Karlsson «est le joueur de la LNH que j’aime le plus regarder», Dorion a ajouté : «Les gens sont d’accord qu’il va être un très bon joueur. Mais le premier choix n’est pas toujours le meilleur joueur d’un repêchage. Il a réalisé de belles choses à 17-18 ans, Les choses peuvent changer, on va tenter de repêcher le meilleur joueur possible», a-t-il dit.

La décision a déjà été prise de conserver cette sélection qui était protégée dans l’échange qui a amené Matt Duchene du Colorado. L’Avalanche obtiendra plutôt le premier choix des Sénateurs au repêchage de 2019 qui aura lieu à Vancouver.

Les 15 premiers choix au prochain repêchage

  1. Sabres de Buffalo
  2. Hurricanes de la Caroline
  3. Canadien de Montréal
  4. Sénateurs d’Ottawa
  5. Coyotes de l’Arizona
  6. Red Wings de Detroit
  7. Canucks deVancouver
  8. Blackhawks de Chicago
  9. Rangers de New York
  10. Oilers d’Edmonton
  11. Islanders de New York
  12. Islanders de New York (obtenu de Calgary)
  13. Stars de Dallas
  14. Flyers de Philadelphie (obtenu de St. Louis)
  15. Panthers de la Floride

Canadien

Ducharme nommé adjoint à Claude Julien

BROSSARD — Dominique Ducharme n’a jamais connu l’expérience de la LNH en tant que joueur et c’est entre autres pour cette raison qu’il a été tenté par l’aventure comme entraîneur adjoint avec le Canadien de Montréal.

La direction du Canadien avait promis des changements au sein du personnel hockey et elle a respecté cet engagement, vendredi, avec la nomination de Ducharme. L’équipe a aussi annoncé le départ des adjoints Jean-Jacques Daigneault et Dan Lacroix, ainsi que l’octroi d’un nouveau contrat à l’entraîneur des gardiens Stéphane Waite.

Daigneault était responsable des défenseurs et l’entraîneur-chef Claude Julien a confirmé qu’il était à la recherche d’une autre personne pour pourvoir à ce poste. Julien a aussi confirmé que les responsabilités de Kirk Muller n’allaient pas changer.

Âgé de 45 ans, Ducharme a passé les 10 dernières saisons comme entraîneur dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, dont les sept dernières comme entraîneur-chef. Entre 2011 et 2016, il a dirigé les Mooseheads de Halifax avant de se joindre aux Voltigeurs de Drummondville en 2016.

Au cours d’une carrière de 15 saisons comme joueur, Ducharme a gravi les échelons de la Ligue de hockey Midget AAA à la Ligue de hockey senior du Québec, en passant par cinq campagnes en France. Il n’a toutefois jamais goûté à la LNH, ce qui manquait peut-être à son palmarès en vue d’une éventuelle nomination comme entraîneur-chef dans le circuit Bettman.

C’est ce qui explique aussi pourquoi il a préféré un poste d’adjoint dans la LNH à celui d’entraîneur-chef dans la Ligue américaine de hockey.

«C’est quelque chose que j’ai regardé aussi, a admis Ducharme, qui avait rencontré tour à tour Julien et le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin, au cours des derniers jours. Je n’ai pas joué dans la Ligue nationale et pour moi, c’était important de découvrir l’ambiance d’un vestiaire de la Ligue nationale, le calendrier de la Ligue nationale et tout ce qui entoure le voyagement. Comment gérer le quotidien d’une équipe de la Ligue nationale. Et de pouvoir le faire ici, c’est quelque chose de très intéressant pour moi.»

Originaire de Joliette, Ducharme était aussi très fier de se retrouver dans l’organisation du Canadien.

«J’ai grandi ‘‘Canadien’’ et aujourd’hui je suis ‘‘Canadien’’. Il n’y a pas mieux pour moi», a-t-il affirmé lors de sa première mêlée de presse comme membre du Tricolore.

Des yeux supplémentaires

Julien n’a pas voulu entrer dans les détails, mais Ducharme s’attend à se faire confier la responsabilité de travailler avec les attaquants. Julien a mentionné que Ducharme sera à ses côtés sur le banc lors des matchs et qu’il lui servira de paire d’yeux supplémentaires — un rôle que Julien a lui-même eu aux côtés de Mike Babcock avec l’équipe canadienne aux Jeux olympiques et à la Coupe du monde.

«Mike me posait des questions sur différents aspects, sur les trios, ce que je voyais, a expliqué Julien. C’est important d’avoir ça. Dominique a une bonne connaissance du jeu et des ajustements à faire au cours d’un match. Au lieu que ce soit par radio vers Kirk [Muller] et moi, je vais l’avoir à mes côtés.

«C’était le candidat idéal pour ce que je recherchais.»

Dans la LHJMQ, Ducharme a présenté en saison régulière un dossier de 255 victoires et 195 défaites — incluant les revers en prolongation et en tirs de barrage. Il a ajouté 49 victoires en 78 rencontres des séries éliminatoires. Il a été le récipiendaire du trophée Paul-Dumont, remis à la personnalité de l’année dans la LHJMQ, lors de la dernière saison.

Sur la scène internationale, Ducharme s’est démarqué comme entraîneur-chef de la formation canadienne au Championnat mondial de hockey junior de 2017 et de 2018, procurant à la nation canadienne l’argent et l’or, respectivement.

Retrouvailles

Au cours de sa carrière, il a côtoyé plusieurs joueurs qui se retrouvent aujourd’hui au sein de l’organisation du Canadien.

«Je suis content de travailler avec Jonathan Drouin. On a connu du succès, a rappelé Ducharme en ayant en tête leur triomphe à la Coupe Memorial en 2013. Mais il n’est pas le seul. J’ai aussi été impliqué avec [Victor] Mete et [Noah] Juulsen avec Équipe Canada junior. Et encore plus jeune avec Charles Hudon. De retrouver ces joueurs-là, de savoir que tu as déjà des relations dans l’équipe où tu arrives, ça aide.

«Mais je vais aussi apprendre à connaître les autres. Je veux aider chaque joueur, autant collectivement qu’individuellement, à atteindre leur plein potentiel. Je pense que c’est le mandat de chaque entraîneur.»

Âgé de 52 ans, Daigneault s’était joint au personnel d’entraîneurs du Canadien le 15 juin 2012. Au cours de sa carrière de joueur dans la LNH, Daigneault a évolué pour le Canadien de 1989 à 1995, et a remporté la Coupe Stanley avec l’équipe en 1993.

Âgé de 49 ans, Lacroix s’était joint au personnel d’entraîneurs du Canadien le 30 juillet 2014.

Waite est l’entraîneur des gardiens du Canadien depuis le 4 juillet 2013. L’équipe n’a pas précisé la durée de sa nouvelle entente.

+

UN BEL HÉRITAGE À DRUMMONDVILLE

Bien qu’il ne dirigera plus l’équipe, Dominique Ducharme a laissé un bel héritage avant de quitter les Voltigeurs. Selon TVA Sports, l’attaquant vedette des Tigres de Victoriaville Maxime Comtois a été échangé à Drummondville en retour de quatre choix au repêchage, dont deux de première ronde (2018 et 2019) et deux de deuxième ronde. Comtois a bouclé sa saison avec une récolte de 44 buts et 85 points en 54 matchs. Choix de troisième ronde des Ducks d’Anaheim, en 2017, il a remporté l’or avec le Canada au Mondial Junior.

Les Voltigeurs ne se sont pas limités à faire l’acquisition de Comtois. Ils ont aussi mis la main sur le centre de 20 ans Félix Lauzon, également en retour d’un choix de première ronde en 2020. Ces transactions, qui seront officialisées en marge du repêchage de la LHJMQ, début juin, feront des Voltigeurs l’un des clubs favoris pour la prochaine saIson.  Carl Tardif (Le Soleil)