David Desharnais (51) a récupéré un retour pour déjouer le gardien des Bruins Jonas Gustavsson lors d'un avantage numérique en fin de match pour donner la victoire au Tricolore 4-2 contre Boston.

Victoire spéciale pour Condon

Le Canadien a clôturé une semaine fort fructueuse de sept points sur une possibilité de huit au Centre Bell, samedi, en venant à bout des Bruins de Boston 4-2.
David Desharnais a rompu l'égalité de 2-2 à 18:52 de la troisième période pendant un jeu de puissance. Max Pacioretty a mis fin à une série de six matchs sans but, en concrétisant le 13e gain des siens dans un filet désert.
Quelques instants avant le but de Desharnais, l'attaquant David Krejci a écopé d'une mauvaise pénalité qui a ouvert toute grande la porte. «Je suis à blâmer pour la défaite. Je m'en veux», s'est confessé l'attaquant des Bruins, qui a appliqué un double-échec à son compatriote Tomas Plekanec, près du banc du Canadien.
La sixième victoire en sept rencontres de Mike Condon a revêtu un cachet particulier pour lui, qui a grandi au Massachusetts en idolâtrant les Bruins. «C'était un match spécial sachant que tous les membres de ma famille le suivaient attentivement à la maison», a admis le gardien, qui a effectué 29 arrêts, comme son opposant Jonas Gustavsson.
«Je suis heureux d'avoir gagné. J'espère simplement ne pas recevoir trop de messages textes haineux. Ce sera amusant de jeter un oeil sur mon téléphone intelligent ce soir.»
Le CH a été brouillon et bougon en première période. Résultat : il a vu les Bruins prendre les devants tôt, et s'imposer 12-6 au chapitre des lancers. Une pénalité pour avoir eu trop de joueurs sur la glace a ouvert la voie au but chanceux de Loui Eriksson. Patrice Bergeron a tiré et la rondelle a bifurqué sur un patin du Suédois, bien malgré lui.
Pénalités douteuses
Les hôtes ont par la suite péché d'indiscipline, en écopant deux pénalités inutiles. Les fautifs, de surcroît, ont été les vétérans Plekanec et Andrei Markov. Sur sa séquence, le défenseur Markov aurait pu être sanctionné davantage parce qu'il a décoché un tir frappé vers le banc des Bruins, au moment où l'arbitre stoppait l'action pour le punir.
«Pour moi, ce n'était pas de l'indiscipline», s'est inscrit en faux l'entraîneur Michel Therrien. «Nous étions animés de bonnes intentions. Mais nous avons écopé de trois pénalités douteuses. Si les arbitres avaient le pouvoir de modifier leurs décisions, ils l'auraient peut-être fait ce soir.
«Ç'a été une période frustrante, mais le plus important, c'est la façon que vous réagissez. Et nous avons réagi de la bonne manière. Nous avons affiché une grande force de caractère.»
Au deuxième vingt, le Canadien a d'entrée de jeu mieux canalisé sa frustration. Tomas Plekanec a même créé l'égalité en supériorité numérique, à 1:09. Frank Vatrano a redonné l'avance aux Bruins à 8:51 avec son premier but dans la LNH. La vision obstruée, Condon n'a pas vu grand-chose du tir qu'il a dirigé de loin.
Plekanec a cru avoir créé l'égalité à 4:01 de la troisième, mais les Bruins ont contesté et ont gain de cause. La reprise a démontré que Brendan Gallagher avait gêné le travail du gardien. Environ cinq minutes de jeu plus tard, Lars Eller a marqué un vrai but en faisant glisser la rondelle sous les jambières de Gustavsson après le tir anodin initial d'Alex Galchenyuk.
À une trentaine de secondes de la fin, Nathan Beaulieu a été chassé pour un double-échec porté au visage de Zac Rinaldo. Soulignant que l'attaquant des Bruins est du type agitateur, Therrien a expliqué que son défenseur a cherché à se protéger en voyant son rival foncer vers lui. «Je ne m'attends pas à ce que Nathan soit suspendu.»