Après avoir été retiré du match en deuxième période à la suite du quatrième but des Sharks, Carey Price a lancé un regard vers le banc des siens qui a fait jaser.

Une première fatale

Même après plus d'un siècle d'existence, il survient encore des premières dans l'histoire du Canadien!
Le Tricolore a été incapable de se remettre d'une première moitié de match hideuse et s'est incliné 4-2 devant les Sharks de San Jose, au Centre Bell. La page d'histoire est un brin anecdotique, mais voilà : pour la première fois de son histoire, le Tricolore a perdu un match de saison un vendredi soir à domicile.
Le fait saillant de la soirée a toutefois été la sortie de Carey Price. Grâce à David Schlemko, à Patrick Marleau et à Timo Meier, son premier dans la LNH, les Sharks menaient 3-0 après 20 atroces minutes du CH. Amateurs et observateurs ont passé le premier entracte à se demander si Al Montoya amorcerait la deuxième période, sachant que Michel Therrien avait déjà annoncé qu'il serait son gardien partant samedi à Washington.
C'est finalement Price qui a amorcé la deuxième période, mais à la septième minute, Melker Karlsson l'a déjoué et c'est là qu'il a été rappelé à la faveur de Montoya. En retournant au vestiaire, Price (14 arrêts) a lancé un regard vers le banc des siens - visait-il Therrien? - qui a enflammé le Web 2.0.
Si on exclut les blessures, Price était retiré d'un match pour la première fois depuis le 13 octobre 2014, à Tampa. Contre les Sharks, il aurait peut-être été plus élégant de le remplacer pendant le premier entracte, quand le score était de 3-0.
«Il nous a sauvés tellement souvent depuis le début de la saison. Ce n'était pas facile de le voir quitter le match comme ça» a dit Shea Weber
Après le match, Therrien a répété qu'il n'avait pas chassé Price de son filet parce qu'il était insatisfait du travail de son gardien. «Quand tu prends une telle décision, ce n'est rien contre ton gardien, c'est plus en raison de la manière que l'équipe joue devant lui. Je n'aimais pas la manière qu'on jouait. Quand tu donnes un but tôt en deuxième période, il n'y a pas de positif à garder ton gardien numéro un, surtout à la maison.
«Les athlètes sont des personnes fières, il n'y a pas un gardien qui aime se faire sortir. Je le comprends très bien», a ajouté Therrien, qui a finalement annoncé que Price pourra se reprendre dès samedi face aux Capitals, samedi.
Bon match de McCarron
Bizarrement, le Canadien a semblé retrouver ses repères après le retrait de Price. Montoya a d'ailleurs attendu 13 longues minutes avant de recevoir son premier tir du match.
En troisième période, ça s'est même mis à débloquer offensivement pour le CH. Brian Flynn et Jeff Petry ont marqué en milieu d'engagement, pour mettre un peu de vie dans un Centre Bell où régnait le malaise. Sur le but de Petry, Michael McCarron a obtenu une aide. L'attaquant format géant a connu une excellente soirée à son premier match de la saison dans la LNH.
Les hommes de Therrien ont joué une très mauvaise première période. Un simple indicateur : après 20 minutes, ils avaient commis plus de revirements (11) qu'ils n'avaient tenté de tirs au filet (9). 
«Nous avons manqué d'énergie en début de match et ils ont obtenu de belles occasions en avantage numérique», a noté le capitaine du Max Pacioretty. «Ç'a permis à leurs bons joueurs de trouver leur rythme et ils ont marqué trop de buts pour nous permettre de venir de l'arrière.» Avec La Presse canadienne
Les jeunes mieux entourés
À son premier match dans la LNH, Timo Meier a déjoué Carey Price pour inscrire le troisième but des Sharks en première période. Le Suisse a joué pour Halifax et Rouyn-Noranda dans la LHJMQ.
Quand Logan Couture a fait ses premiers pas dans la Ligue nationale, c'était encore l'époque des durs à cuire. Une époque où les jeunes n'avaient peut-être pas l'impact qu'ils ont aujourd'hui.
Malgré son statut de neuvième choix au total, Couture a donc commencé sa carrière au bas de l'échelle. C'était le 25 octobre 2009.
«C'était à Philadelphie, s'est remémoré Couture, après l'entraînement des Sharks vendredi matin, au Centre Bell. «À cette époque, quand tu étais rappelé, tu jouais avec les joueurs de quatrième trio, donc j'étais avec Brad Staubitz et Jody Shelley. Je crois qu'on a seulement joué deux minutes! Mais c'était tout de même une belle expérience.»
En fait, Couture avait joué sept minutes ce soir-là. Et sans surprise, son compagnon de trio Shelley avait laissé tomber les gants.
Sept ans plus tard, c'est au tour d'un autre neuvième choix au total des Sharks de disputer son premier match dans la LNH. Le Suisse Timo Meier, un ancien des Mooseheads d'Halifax et des Huskies de Rouyn-Noranda, a eu droit à son baptême contre le Canadien, vendredi. Et il était tout de même mieux entouré que Couture à l'époque, alors qu'il a formé un trio avec Chris Tierney et avec Joonas Donskoi.
«Le premier match, c'est spécial. Tu travailles pour ça toute ta vie. J'ai hâte. Je veux prendre ça une présence à la fois», a simplement répondu vendredi matin l'attaquant de 20 ans, qui parle quelques mots de français.
Meier a conclu une prolifique carrière junior en récoltant 87 points en 52 matchs la saison dernière, avant d'en ajouter 23 points en 18 matchs en séries pour aider les Huskies à remporter la Coupe du Président, et à atteindre du coup la Coupe Memorial. Meier a fini troisième compteur du tournoi avec huit points.
Terrassé par une mononucléose
Meier faisait donc partie des candidats pour se tailler un poste avec les Sharks dès le camp d'entraînement, mais il a été terrassé par une mononucléose. «J'ai dû prendre un mois de repos. Ensuite, c'était dur de retrouver la forme», a admis Meier. «Je ne me sentais pas au sommet de ma forme. Mais après quelques matchs, je me sentais nettement mieux, je retrouvais mon rythme. Ça arrive, mais ça ma rendu plus fort de me battre pour revenir. Ces choses-là sont hors de ton contrôle, donc tu dois en tirer le maximum.»
L'arrivée de Meier a signifié un premier retrait de l'alignement cette saison pour le vétéran Joel Ward. L'attaquant de 36 ans compte 9 points en 30 matchs, et a vu son temps d'utilisation dégringoler à 11 minutes lors du dernier match.
Le printemps dernier, Ward faisait pourtant partie des acteurs centraux des Sharks avec une récolte de 13 points, dont 7, en 24 matchs au cours des séries. «En 30 matchs, les gars se bâtissent de l'équité sur ce qu'ils ont fait l'an passé, mais jusqu'à un certain point», a rappelé l'entraîneur-chef des Sharks, Peter DeBoer.
«En tant qu'entraîneur, tu veux de la compétition à l'interne», a-t-il ajouté. «On a des jeunes qui sont arrivés et qui ont défoncé les portes. [Kevin] Labanc est arrivé et on ne peut plus le sortir de la formation. Timo est ici et je m'attends à ce qu'il essaie d'en faire autant.»
Commotion à retardement
Andrew Shaw souffre de symptômes d'une commotion cérébrale qui se sont manifestés en fin de journée, jeudi. Il n'a pas affronté les Sharks vendredi, ni accompagné l'équipe à Washington pour le match de samedi. Victime d'une violente mise en échec de Torey Krug (Boston) en première période, lundi, il était revenu au jeu et avait finalement joué pendant 16:37. Il avait raconté mercredi qu'il s'était soumis au protocole de la LNH et qu'il ressentait de la douleur au visage et au cou. Il avait participé à l'entraînement régulier jeudi et avait même été employé au sein de la première unité en avantage numérique.  La Presse canadienne
Couture exaucé
Vendredi matin, des doutes persistaient quant à la présence de Logan Couture contre le Canadien, deux jours après qu'il eut reçu un violent double-échec de Mike Hoffman à la tête, à Ottawa. Il était finalement du rendez-vous, mais il ne décolérait pas en attendant de connaître la décision de la LNH. «Je m'attends à une suspension, mais qui sait ce que la ligue fera. À la reprise, on voit bien qu'il patine avec l'intention de me donner un double-échec. Je ne sais pas s'il visait ma tête, mais il voulait me donner un double-échec. On dirait qu'il voulait me blesser, donc j'espère qu'il sera suspendu.» La Ligue l'a exaucé en début de soirée en suspendant Hoffman pour deux matchs. Par ailleurs, Marc-Édouard Vlasic a écopé d'une amende de 5000 $ pour son coup de bâton à l'endroit d'Erik Karlsson. La Presse canadienne